Fiche sur les vins AOC en France

Haut-Médoc

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Les adresses
Les nouvelles
Cartes et Photos

 

 

 

Situation Géographique

Le vignoble de « Haut-Médoc » est situé dans la région viticole du Bordelais,
sur 29 communes du département du Gironde (33) :

Arcins, Arsac, Avensan, Blanquefort, Cantenac, Castelnau-de-Médoc, Cissac-Médoc, Cussac-Fort-Médoc, Labarde, Lamarque, Listrac-Médoc, Ludon-Médoc, Macau, Margaux, Moulis-en-Médoc, Parempuyre, Pauillac, (Le) Pian-Médoc,
Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Estèphe, Saint-Julien-Beychevelle, Saint-Laurent-Médoc, Saint-Médard-en-Jalles, Saint-Sauveur, Saint-Seurin-de-Cadourne, Sainte-Hélène, Soussans, (Le) Taillan-Médoc, Vertheuil

 

Six appellations commmunales sont enclavées dans l'aire de l'appellation:

Saint-estèphe (AOC)
Pauillac (AOC)
Saint-julien (AOC)
Moulis-en-médoc (AOC)
Listrac-médoc (AOC)
Margaux (AOC)

 

L'aire de production est définie en 1936, modifiée en 1955 et en 1960, puis 1970, en 1990, en 1994, en 1997, en 2004 et en 2007.

 

 

Historique

ETYMOLOGIE :
Origine du nom

Les Médullis, peuplade qui donna son nom à la région du Médoc.

 

Voir aussi : Histoire du Bordelais

HISTOIRE

Dans l’Antiquité, le « Haut-Médoc » se partage entre le territoire des Médullis, au nord, et celui des Bituriges Vivisques, fondateurs de Burdigala, ville ancêtre de Bordeaux, au sud. Ainsi, dès l’origine, le « Haut-Médoc » se trouve à la fois soumis à l’influence de l’extension du vignoble citadin bordelais et tributaire du développement de ses foyers viticoles historiques locaux.

 

Au XIIème siècle

1152
La notoriété des vins de cette appellation d’origine contrôlée est ancienne et ses fondements reposent sur la notion de « Château ». Avec le mariage d’ALIENOR, Duchesse d'Aquitaine et D’HENRI PLANTAGENET, futur roi d'Angleterre en 1152, le développement des échanges commerciaux avec l’Angleterre a joué un rôle majeur dans la notoriété des vins du « Médoc » à l’étranger.

Au XVème Siècle

1453
Cette période d'essor s’achève par la célèbre bataille de Castillon en 1453 qui met un terme à la Guerre de Cent Ans.
En 1453, la fameuse bataille de Castillon rend l’Aquitaine à la France et Bordeaux est brusquement privé de débouché commercial vers l’Angleterre.

A la fin de la Guerre de Cent ans, vers le milieu du XVème siècle, les vignobles du « Haut-Médoc » se situent en bordure de la route de la Rivière et le long de la Levade, route antique centrale du Médoc. Ces foyers viticoles médiévaux se trouvent groupés autour des structures ecclésiastiques et des tenants du droit de bourgeoisie de Bordeaux.

Au XVIème siècle

Au sein de leurs domaines, dès le XVIème siècle, les nobles bordelais et
les nobles locaux créent des maines, puis des bourdieux, ancêtres du château viticole typique de la région du « Haut-Médoc ».

Au XVIIème siècle

Au XVIIème siècle, l’expansion viticole, se fait depuis les portes de Bordeaux par multiplication de ces métairies dont la vocation ne fait que s’amplifier au fil du temps.

1647
En 1647, lorsque la « Jurade de Bordeaux » émet le premier classement des vins de Guyenne de l’histoire, les vins des paroisses du « Médoc » ont déjà établi leur renom.

Au XVIIIème siècle

Au XVIIIème siècle, le succès de ces « New French Clarets » conduit à une vague de défrichement des terres occupées auparavant par la lande. Ainsi, ce siècle est marqué par une croissance continue de la vigne sur les sols de graves désormais clairement identifiés comme les plus qualitatifs.

Les nouvelles plantations se font exclusivement avec des « cépages à petits grains » : carmenère N, cabernet franc N, cabernet-sauvignon N, petit verdot N, cot N, merlot N. Dans ces paroisses viticoles, en un siècle, la part des vignes dans les exploitations est devenue majoritaire.

Ces remembrements entreprisaux XVIIème et XVIIIème siècles permettent de planter de grandes surfaces de vignes en quinconces à la « rège » (en rangs palissés dont l’écartement est inférieur à un mètre) selon la tradition médocaine et le
palissage avec des lattes de pins apparaît.

Les sols sont désormais travaillés et drainés. On déchausse les pieds au printemps et on les chausse à l’automne (cavaillonner) pour un meilleur enracinement des pieds et une protection contre le gel.

Après les troubles de la Révolution et les guerres d’Empire, la croissance viticole trouve un nouvel élan. Il dure un siècle et engendre en Haut-Médoc la monoculture de la vigne.

Au XIXème siècle

Malgré les aléas de la période des maladies, la croissance viticole connue au cours du XIXème siècle porte les vignes à des niveaux jusqu’alors inconnus.

1855
Classement de 1855 à la demande de Napoléon III. pour l'exposition universelle.
L'Empereur demanda donc aux courtiers et négociants rattachés à la Chambre de commerce de Bordeaux d'établir leur classement et le 18 avril 1855, le syndicat des courtiers adressait la fameuse liste.
5 Grands Crus Classés sont installés sur les vignobles du Haut-Médoc ( Cht La Lagune : 3°cru classé, Cht La Tour Carnet : 4° cru classé, Cht Camensac : 5° cru classé, Cht Cantemerle : 5° cru Classé). Tous les autres se trouvent dans des appellations : Pauillac, Margaux, Saint Julien, Saint Estèphe.

 

1877
En 1872, le préfet de Gironde avait suscité un « comité départemental pour l'étude du phylloxéra ».
Il est vrai que l'apparition du phylloxéra fut en Médoc ( en 1877) plus tardive que dans les autres régions Bordelaises.


Au XXème siècle:

Au XXème siècle, le vignoble qui s’étend depuis les portes de Bordeaux entame un inéluctable reflux face à la croissance de l’agglomération. Hormis les terres conquises par la ville, ces abandons viticoles définitifs touchent principalement les terres de palus, les « terreforts » et les graves de la haute terrasse qui dispose d’un relief très peu sculpté par l’érosion.

1905
Décret du 1er août 1905 sur la répression des fraudes dans la vente des marchandises et des falsifications des denrées alimentaires et des produits agricoles, en ce qui concerne les vins, les vins mousseux et les eaux-de-vie .

1932
Le premier classement des crus bourgeois du Médoc.
Le classement des « crus bourgeois du Médoc » en 1932 porte sur 444 crus dont 153 appartiennent à l’appellation d’origine contrôlée « Haut-Médoc ».

1936
Le Décret du 14 novembre 1936 donne l'appellation d'origine contrôlée « Haut-Médoc » :
Article 1 - Seuls peuvent prétendre à l'appellation d'origine contrôlée "Haut-Médoc les vins qui, répondant aux conditions énumérées ci-dessous, ont été récoltés sur le territoire des communes suivantes, à l'exclusion de toutes les parcelles situées sur alluvions modernes et sable, sur sous-sol imperméables : Blanquefort, le Taillan, Saint-Aubin, Sainte-Hélène, Saint-Médard-en-Jalles, Parempuyre, le Pian, Ludon, Macau, Arsac, Labarde, Cantenac, Margaux, Avensan, Castelnau, Soussans, Arcins, Moulis, Listrac, Lamarque, Cussac, Saint-Laurent-de-Médoc, Saint-Julien, Pauillac, Saint-Sauveur, Cissac, Saint-Estèphe, Vertheuil, Saint-Seurin-de-Cadourne.
Article 2 - Le cépage gros-verdot n'est plus autorisé dans les plantations nouvelles de vignes destinées à la production du vin à appellation contrôlée Haut-Médoc ; dans un délai de dix ans, à dater de la promulgation du présent décret, il devra avoir été supprimé de l'encépagement.

1946
Le cépage gros verdot devra avoir été supprimé de l'encépagement, à partir du 14 novembre 1946.

1955
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 6 juillet 1955:

1956
Les gelées de février 1956 confortent l’abandon de certains secteurs précédemment explorés. Ensuite, la croissance viticole reprend sur l’ensemble des sols caractéristiques du « Haut-Médoc ».

1960
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 9 novembre 1960: Moulis-en-Médoc entre dans la surface de production du vignoble de l'AOC Haut-Médoc

1970
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 13 mai 1970: Listrac-Médoc entre dans la surface de production du vignoble de l'AOC Haut-Médoc

1974
Les vins ne peuvent être mis en circulation avec cette appellation sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

1975
En 1975, suite à une grave crise économique, l'interprofession, compte tenu du grand nombre d'appellations d'origine contrôlées, met en place les « Groupes organiques ». Ils réunissent les cinquante-sept appellations d'origine contrôlées du département de la Gironde en six familles :
* le groupe « Bordeaux » et « Bordeaux supérieur » ;
* le groupe relatif aux vins blancs secs ;
* le groupe relatif aux vins blancs liquoreux ;
* le groupe « Médoc » et « Graves » ;
* le groupe relatif aux vins du Libournais (« Saint-Emilion », « Pomerol », « Fronsac ») ; et
* le groupe des « Côtes ».
La famille des « Côtes » est alors créée avec six appellations d'origine contrôlées :
Premières Côtes de Blaye » ;
* « Côtes de Bourg » ;
*« Côtes de Castillon » ;
*« Bordeaux Côtes de Francs » ;
Premières Côtes de Bordeaux » ;
Graves de Vayres ».
Ces différentes familles mettent en place des structures sous la forme de GIE ou d'association loi 1901 dont l'objet est à leur tour de défendre et de promouvoir les appellations d'origine contrôlées les concernant.

1990
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 1er juin 1990: Arcins, Blanquefort, Castelnau-de-Médoc, Cissac-Médoc, Cussac, Lamarque, Ludon-Médoc, Macau, Parempuyre, Pian - Médoc (le), Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Laurent -Médoc, Saint-Médard-en-Jalles, Saint-Sauveur, Saint-Seurin-de-Cadourne, Sainte-Hélène, Taillan-Médoc (le), Vertheuil entrent dans la surface de production du vignoble de l'AOC Haut-Médoc

1994
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 8 septembre 1994: Saint-Estèphe entre dans la surface de production du vignoble de l'AOC Haut-Médoc

1997
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 6 novembre 1997: Pauillac et Saint-Julien-Beychevelle entrent dans la surface de production du vignoble de l'AOC Haut-Médoc

1998
Le décret de l'AOC « Haut-Médoc » est modifié le 24 mars 1998:
Le premier alinéa de l'article 5 du décret du 14 novembre 1936 susvisé relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Haut Médoc » est remplacé par les dispositions suivantes ;
« Les seuls modes de taille autorisés sont :
« - la taille à cots et à astes, le cep ayant deux astes à cinq yeux maximum pour le cabernet-sauvignon, le malbec, le merlot et le petit verdot et à sept yeux maximum pour le cabernet franc et la carmenère ;
« - la taille à cots, en éventail à 4 bras ou à 2 cordons, portant un nombre maximum de 12 yeux par cep, quel que soit le cépage. »

Au XXI ème siècle

2004
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 11 février 2004 : Avensan entre dans la surface de production du vignoble de l'AOC Haut-Médoc

2005
La superficie en production est de 4.680 hectares (en 2005) .

2007
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 116 mars 2007 : Arsac, Cartenac, Labarde, Margaux, Soussans entrent dans la surface de production du vignoble de l'AOC Haut-Médoc

2009
Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

Depuis le 1er Août 2009, les analyses des vins sont effectués et conservés par le vignerons ou négociant, pendant une période de 6 mois à compter de la date de conditionnement. L'examen organoleptiques (dégustation) n'est plus obligatoire.

2011

Le Cahier des charges défini l'aoc « Haut-Médoc »,
homologué par le décret n°1741 du 2 décembre 2011,
JORF du 4 décembre 2011

Le vignoble d’appellation d’origine contrôlée « Haut-Médoc » produit en moyenne 250 000 hectolitres de vins rouges tranquilles.

2012
Les règles pour le «vin biologique» sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

 

 

 


 

Voir aussi : Histoire du Bordelais

 

 

Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Haut-Médoc » :
Cahier des charges du 02 décembre 2011
Pour les vins Rouges
cabernet franc N, cabernet-sauvignon N, carmenère N, cot N (ou malbec), merlot N, et petit verdot N.


Ampélographie
( Etude des cépages )

Cabernet Franc
cépage Vitis Biturica, ancêtre des cabernets.


Cépage : Cabernet Franc

Cabernet Sauvignon
Le cépage « Cabernet Sauvignon » très cultivé en Gironde d'où il serait originaire. Il est issu du croisement entre le cabernet franc et le sauvignon blanc .

Historique

1936 : Le cépage gros-verdot n'est plus autorisé dans les plantations
1946 : Le cépage gros-verdot n'est plus autorisé

 

 

Sols et Climat

Le sol est composé de Graviers, argile, Argilo-calcaire

Au gré des évolutions marines de l’ère Tertiaire se forme une succession de couches argilo-calcaires, en bancs massifs, comme celui caractéristique dit de « Listrac ». Durant le Quaternaire, avec les alternances de périodes glaciaires et d’interstades tempérés, les apports des fleuves sont constitués de moraines, graviers, sables et limons.

Après un phénomène d’inversion de relief dû à l’érosion, les vestiges de ces
épandages sédimentaires sont devenus des buttes témoins de graves garonnaises, ou graves glaciaires, dont la taille peut aller de la petite dragée au gros galet, étagées en terrasses successives.

La topographie est également un facteur déterminant. En effet, le découpage en croupes (« cos »), fruit de l’érosion mais aussi du creusement des lits de la Garonne et de ses affluents (« esteys » et « jalles ») durant les périodes glaciaires, est particulièrement affirmé.

Les sols se répartissent ainsi entre des nappes de graves sableuses et argileuses charriées par la Garonne et la Dordogne au Quaternaire et des sols argilo-calcaires tertiaires soumis à une poussée anticlinale.

Ainsi les paysages viticoles sont caractérisés par un relief peu marqué (entre 3 mètres et 50 mètres d’altitude), limité à l’ouest par la forêt, à l’est par la Garonne ou par l’estuaire de la Gironde et au sud par l’agglomération Bordelaise. Du sud au nord, se succèdent les croupes de graves viticoles délimitées par les jalles et des secteurs plus marécageux non viticoles.

 

Le Climat est océanique

Malgré son climat à dominante atlantique, la façade fluviale du « Haut-Médoc » se différencie des communes plus au nord du Médoc par un nivellement relatif des fluctuations saisonnières ainsi qu’une pluviosité modérée.

Ces facteurs climatiques favorables sont dus à l’effet thermique régulateur engendré
par la présence des eaux de l’Océan Atlantique et de la Gironde.

Le climat océanique, accompagné certaines années de quelques dépressions automnales pluvieuses ou, au contraire d’arrière-saisons chaudes et très ensoleillées, est à l’origine d’un effet millésime marqué. Mais les principales caractéristiques sont surtout associées à la géologie typique de ce bassin sédimentaire, à l’histoire géologique originale de ses sols, au modelé et à la topographie, ainsi qu’aux composantes pédologiques actuelles de ses terres à vignes.

 

 

 

Fiche technique

L'AOC « Haut-Médoc » est réservée aux vins tranquilles rouges.

Vignoble

Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des charges
du 02 Décembre 2011

1° Conduite du vignoble

Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 6500 pieds par hectare.

La taille est obligatoire.

La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à 9500 kilogrammes par hectare.
Cette charge correspond à un nombre maximum par pied de :
- 12 grappes, pour les cépages cabernet franc N, carmenère N, cot N et merlot N ;
- 14 grappes, pour le cépage cabernet-sauvignon N ;
- 17 grappes, pour le cépage petit verdot N.

2° Vendange

Maturité

Ne peuvent être considérés comme étant à bonne maturité les raisins présentant une richesse en sucre inférieure à 189 grammes par litre de moût pour le cépage merlot N et 180 grammes par litre de moût pour les autres cépages.

Les vins présentent un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 11 %.

Rendement

Le rendement est fixé à 55 hectolitres par hectare.

Le rendement butoir est fixé à 65 hectolitres par hectare.

Historique
1936-2009 Le rendement de maximum est fixé à 48 hectolitres par hectare de vignes en production.

 

 

Chai


1° Arrivée en cave

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Enrichissement
- Les techniques soustractives d’enrichissement (TSE) sont autorisées dans la limite d’un taux de concentration de 15 %.
- Les vins ne dépassent pas, après enrichissement, le titre alcoométrique volumique total de 13 %.

2° Vinification:
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée doivent être vinifiés conformément aux usages locaux. Ils bénéficient de toutes les pratiques oenologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

Les vins font l’objet d’un élevage au moins jusqu’au 31 mai de l’année qui suit celle de la récolte.
- Le conditionnement des vins n’est autorisé qu’à partir du 1er juin de l’année qui suit celle de la récolte.

Nos commentaires :

Aucune mention sur le cahier des charges interdit les copeaux de bois. Par conséquence, l'utilisation de copeaux de bois est autorisé pour cette AOC.


3° Contrôles
Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance, pour le compte de l'INAO, sur la base d'un plan de contrôle approuvé.

 

 

Commercialisation

Date de mise en marché à destination du consommateur.
A l’issue de la période d’élevage, les vins sont mis en marché à destination du consommateur à partir du 15 juin de l’année qui suit celle de la récolte.

 


 

Cartes et Photos


Carte du Vignoble du Bordelais
   

 

Adresses

Château Barateau
 
Château Belgrave
 

Château Belle-Vue

 


69 route de Louens
33460
MACAU
Tel : 05 57 88 19 79

Mail :
sc.gironville@
wanadoo.fr
Château Bernadotte
 
Château Cambon la Pelouse
 
Château Camensac
 
Château Cantemerle
 
Château Charmail
 
Château Coufran
33180
Saint-Seurin-de Cadourne
Site Internet
www.chateau-coufran.com
Château d'Agassac
 
Château d'Arcins
 
Château Fonpiqueyre
 
Château Giscours
 
Château Labégorce
 
Château Lagrave
 
Château La Lagune
Site Internet
www.chateau-lalagune.com
Château La Tour Carnet
 
Château Lieujean
 
Château Liversan
 
Château Puy Castéra
 
Chateau saint Ahon
Site Internet
www.saintahon.com
Château Senilhac
 

Château Sociando-Mallet

Jean Gautreau


 

Château Trois Moulins
 

Vignoble la Servitude Volontaire

Bernard Magrez

 

 

 

Les nouvelles sur l'appellation

 

 

 

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.