Fiche sur les vins AOC en France

Bordeaux
suivit ou non de : Haut-Benauge, Côtes de Francs, ou, clairet

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes et Photos
Les adresses
Les nouvelles

 

 

Situation Géographique


Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Bordeaux » est situé dans la région viticole du Bordelais.

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Bordeaux » est situé sur les 501 communes suivantes du département de la Gironde :

Abzac, Aillas, Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Anglade, Arbanats, Arbis, Arcins, Arsac, Artigues-près-Bordeaux, Arveyres, Asques, Aubiac, Aubie-et-Espessas, Auriolles, Auros, Avensan, Ayguemorte-les-Graves, Bagas, Baigneaux, Barie, Baron, Barsac, Bassanne, Bassens, Baurech, Bayas, Bayon-sur-Gironde, Bazas, Beautiran, Bégadan, Bègles, Béguey, Bellebat, Bellefond, Belvès-de-Castillon, Bernos-Beaulac, Berson, Berthez, Beychac-et-Caillau, Bieujac, Birac, Blaignac, Blaignan, Blanquefort, Blasimon, Blaye, Blésignac, Bommes, Bonnetan, Bonzac, Bordeaux, Bossugan, Bouliac, Bourdelles, Bourg, Branne, Brannens, Braud-et-Saint-Louis, Brouqueyran, Bruges, Budos, Cabanac-et-Villagrains, Cabara, Cadarsac, Cadaujac, Cadillac, Cadillac-en-Fronsadais, Camarsac, Cambes, Camblanes-et-Meynac,
Camiac-et-Saint-Denis, Camiran, Camps-sur-l'Isle, Campugnan, Canéjan, Cantenac, Cantois, Capian, Caplong, Carbon-Blanc, Cardan, Carignan-de-Bordeaux, Cars, Cartelègue, Casseuil, Castelmoron-d'Albret, Castelnau-de-Médoc, Castelviel, Castets-en-Dorthe, Castillon-de-Castets, Castillon-la-Bataille, Castres-Gironde, Caudrot, Caumont, Cauvignac, Cavignac, Cazats, Cazaugitat, Cénac, Cenon, Cérons, Cessac, Cestas, Cézac, Chamadelle, Cissac-Médoc, Civrac-de-Blaye,
Civrac-de-Dordogne, Civrac-en-Médoc, Cleyrac, Coimères, Coirac, Comps, Coubeyrac, Couquèques, Courpiac, Cours-de-Monségur, Cours-les-Bains, Coutras, Coutures, Créon, Croignon, Cubnezais, Cubzac-les-Ponts, Cudos, Cursan,
Cussac-Fort-Médoc, Daignac, Dardenac, Daubèze, Dieulivol, Donnezac, Donzac, Doulezon, Escoussans, Espiet, Etauliers, Eynesse, Eyrans, Eysines, Faleyras, Fargues, Fargues-Saint-Hilaire, Flaujagues, Floirac, Floudès, Fontet, Fossés-et-Baleyssac, Fours, Francs, Fronsac, Frontenac, Gabarnac, Gaillan-en-Médoc, Gajac, Galgon, Gans, Gardegan-et-Tourtirac, Gauriac, Gauriaguet, Générac, Génissac, Gensac, Gironde-sur-Dropt, Gornac, Gours, Gradignan, Grayan-et-l'Hôpital, Grézillac, Grignols, Guillac, Guillos, Guîtres, Haux, Hure, Illats, Isle-Saint-Georges, Izon,
Jau-Dignac-et-Loirac, Jugazan, Juillac, La Brède, La Lande-de-Fronsac, La Réole, La Rivière, La Roquille, La Sauve, Labarde, Labescau, Ladaux, Lados, Lagorce, Lalande-de-Pomerol, Lamarque, Lamothe-Landerron, Landerrouat,
Landerrouet-sur-Ségur, Landiras, Langoiran, Langon, Lansac, Lapouyade, Laroque, Laruscade, Latresne, Lavazan, Le Bouscat, Le Fieu, Le Haillan, Le Nizan,
Le Pian-Médoc, Le Pian-sur-Garonne, Le Pout, Le Puy, Le Taillan-Médoc,
Le Tourne, Le Verdon-sur-Mer, Léogeats, Léognan, Les Artigues-de-Lussac,
Les Billaux, Les Eglisottes-et-Chalaures, Les Esseintes, Les Lèves-et-Thoumeyragues, Les Peintures, Les Salles, Lesparre-Médoc, Lestiac-sur-Garonne, Libourne, Lignan-de-Bazas, Lignan-de-Bordeaux, Ligueux, Listrac-de-Durèze, Listrac-Médoc, Lormont, Loubens, Loupes, Loupiac, Loupiac-de-la-Réole,
Ludon-Médoc, Lugaignac, Lugasson, Lugon-et-l'Ile-du-Carnay, Lussac, Macau, Madirac, Maransin, Marcenais, Marcillac, Margaux, Margueron, Marimbault, Marions, Marsas, Martignas-sur-Jalle, Martillac, Martres, Masseilles, Massugas, Mauriac, Mazères, Mazion, Mérignac, Mérignas, Mesterrieux, Mombrier, Mongauzy, Monprimblanc, Monségur, Montagne, Montagoudin, Montignac, Montussan, Morizès, Mouillac, Mouliets-et-Villemartin, Moulis-en-Médoc, Moulon, Mourens, Naujac-sur-Mer, Naujan-et-Postiac, Néac, Nérigean, Neuffons, Noaillac, Noaillan, Omet, Ordonnac, Paillet, Parempuyre, Pauillac, Pellegrue, Périssac, Pessac,
Pessac-sur-Dordogne, Petit-Palais-et-Cornemps, Peujard, Pineuilh, Plassac,
Pleine-Selve, Podensac, Pomerol, Pompéjac, Pompignac, Pondaurat, Porchères, Portets, Préchac, Preignac, Prignac-en-Médoc, Prignac-et-Marcamps, Pugnac, Puisseguin, Pujols, Pujols-sur-Ciron, Puybarban, Puynormand, Queyrac, Quinsac, Rauzan, Reignac, Rimons, Riocaud, Rions, Roaillan, Romagne, Roquebrune, Ruch, Sablons, Sadirac, Saillans, Saint-Aignan, Saint-André-de-Cubzac,
Saint-André-du-Bois, Saint-André-et-Appelles, Saint-Androny, Saint-Antoine,
Saint-Antoine-du-Queyret, Saint-Antoine-sur-l'Isle, Saint-Aubin-de-Blaye,
Saint-Aubin-de-Branne, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Avit-de-Soulège,
Saint-Avit-Saint-Nazaire, Saint-Brice, Saint-Caprais-de-Blaye,
Saint-Caprais-de-Bordeaux, Saint-Christoly-de-Blaye, Saint-Christoly-Médoc,
Saint-Christophe-de-Double, Saint-Christophe-des-Bardes, Saint-Cibard,
Saint-Ciers-d'Abzac, Saint-Ciers-de-Canesse, Saint-Ciers-sur-Gironde, Sainte-Colombe, Saint-Côme, Sainte-Croix-du-Mont, Saint-Denis-de-Pile, Saint-Emilion, Saint-Estèphe, Saint-Etienne-de-Lisse, Sainte-Eulalie, Saint-Exupéry,
Saint-Félix-de-Foncaude, Saint-Ferme, Sainte-Florence, Sainte-Foy-la-Grande, Sainte-Foy-la-Longue, Sainte-Gemme, Saint-Genès-de-Blaye,
Saint-Genès-de-Castillon, Saint-Genès-de-Fronsac, Saint-Genès-de-Lombaud, Saint-Genis-du-Bois, Saint-Germain-de-Grave, Saint-Germain-de-la-Rivière,
Saint-Germain-d'Esteuil, Saint-Germain-du-Puch, Saint-Gervais, Saint-Girons-d'Aiguevives, Sainte-Hélène, Saint-Hilaire-de-la-Noaille, Saint-Hilaire-du-Bois,
Saint-Hippolyte, Saint-Jean-de-Blaignac, Saint-Jean-d'Illac, Saint-Julien-Beychevelle, Saint-Laurent-d'Arce, Saint-Laurent-des-Combes, Saint-Laurent-du-Bois,
Saint-Laurent-du-Plan, Saint-Laurent-Médoc, Saint-Léon, Saint-Loubert,
Saint-Loubès, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Macaire,
Saint-Magne-de-Castillon, Saint-Maixant, Saint-Mariens, Saint-Martial,
Saint-Martin-de-Laye, Saint-Martin-de-Lerm, Saint-Martin-de-Sescas,
Saint-Martin-du-Bois, Saint-Martin-du-Puy, Saint-Martin-Lacaussade,
Saint-Médard-de-Guizières, Saint-Médard-d'Eyrans, Saint-Médard-en-Jalles,
Saint-Michel-de-Fronsac, Saint-Michel-de-Lapujade, Saint-Michel-de-Rieufret, Saint-Morillon, Saint-Palais, Saint-Pardon-de-Conques, Saint-Paul,
Saint-Pey-d'Armens, Saint-Pey-de-Castets, Saint-Philippe-d'Aiguille, Saint-Philippe-du-Seignal, Saint-Pierre-d'Aurillac, Saint-Pierre-de-Bat, Saint-Pierre-de-Mons, Saint-Quentin-de-Baron, Saint-Quentin-de-Caplong, Sainte-Radegonde,
Saint-Romain-la-Virvée, Saint-Sauveur, Saint-Sauveur-de-Puynormand, Saint-Savin, Saint-Selve, Saint-Seurin-de-Bourg, Saint-Seurin-de-Cadourne,
Saint-Seurin-de-Cursac, Saint-Seurin-sur-l'Isle, Saint-Sève,
Saint-Sulpice-de-Faleyrens, Saint-Sulpice-de-Guilleragues,
Saint-Sulpice-de-Pommiers, Saint-Sulpice-et-Cameyrac, Sainte-Terre, Saint-Trojan, Saint-Vincent-de-Paul, Saint-Vincent-de-Pertignas, Saint-Vivien-de-Blaye,
Saint-Vivien-de-Médoc, Saint-Vivien-de-Monségur, Saint-Yzan-de-Soudiac,
Saint-Yzans-de-Médoc, Salaunes, Salignac, Salleboeuf, Samonac, Saucats, Saugon, Sauternes, Sauveterre-de-Guyenne, Sauviac, Savignac, Savignac-de-l'Isle, Semens, Sendets, Sigalens, Sillas, Soulac-sur-Mer, Soulignac, Soussac, Soussans, Tabanac, Taillecavat, Talais, Talence, Targon, Tarnès, Tauriac, Tayac, Teuillac,
Tizac-de-Curton, Tizac-de-Lapouyade, Toulenne, Tresses, Uzeste, Valeyrac, Vayres, Vendays-Montalivet, Vensac, Vérac, Verdelais, Vertheuil, Vignonet, Villandraut, Villegouge, Villenave-de-Rions, Villenave-d'Ornon, Villeneuve, Virelade, Virsac, Yvrac.

 

Pour la dénomination géographique Haut-Benauge, la récolte des raisins, la vinification et l'élaboration des vins sont assurées sur le territoire des communes suivantes du département de la Gironde :

Arbis, Cantois, Escoussans, Gornac, Ladaux, Mourens,
Saint-Pierre-de-Bat, Soulignac et Targon.

 

Le vignoble de "Bordeaux" est situé à l'intérieur des territoires délimités par le décret de 1911, à l'exception des terrains de marais et de ceux inondés par les crues périodiques des rivières

 

 

 

 

Historique

Le Cahier des charges défini l'aoc « Bordeaux »,
modifié par décret n° 2013-1079 du 28 novembre 2013,
publié au JORF du 30 novembre 2013


ETYMOLOGIE :

Origine du nom « Bordeaux »

Le nom viendrait de Burdigala, nom de la ville dans l'Antiquité.

 

Voir aussi : région viticole du Bordelais.

HISTOIRE

L'apparition de la vigne dans la région remonte au premier siècle de notre ère lorsque les Bituriges vivisques, une peuplade de guerriers celtiques, décident de planter leur propre vignoble avec un nouveau cépage plus résistant au froid, le Biturica, ancêtre des cépages Cabernets.

En 71 après JC, quand Pline visite la région, les vignes sont là.

Au XIème siècle

Dès le 11ème siècle, naît à Bordeaux, une classe de marchands faisant le commerce du vin vers l'Angleterre

Au XIIème siècle

Au XIIe siècle, la Guyenne correspondant approximativement à l'Aquitaine

1152
En 1152, Aliénor, Duchesse d'Aquitaine, épouse Henri PLANTAGENET, futur roi d'Angleterre. Dès lors, naissent des échanges commerciaux très importants : les Anglais exportent des aliments, textiles et métaux, et importent des vins de Bordeaux. Ils le nomment Claret en raison de sa couleur claire.

1154
Henri II PLANTAGENET devient roi d’Angleterre en 1154.

Pendant plus de trois siècles, le claret, vin issu de jus de raisins blancs et rouges clair très apprécié des anglo-saxons, sera exporté par les négociants bordelais et participera au développement de la région entière.

Au XIIIème siècle

Au XIIIe siècle, la prise de La Rochelle, port exportateur des vins bordelais, par le roi de France transforme Bordeaux en port exportateur privilégié des vins à destination du marché anglais.

1281
En 1281, qu’est créée la charmante bastide médiévale de Sauveterre de Guyenne, au cœur de l’Entre-Deux-Mers, par Edouard 1er, roi d’Angleterre et Duc d’Aquitaine. Elle eut une place stratégique et économique de toute importance dans le commerce du vin de cette région.

Les exportations de vin vers l'Angleterre au XIIIème siècle vont donner à Bordeaux sa reputation dans le commerce du vin et la ville connaît son apogee sous Edouard de Woodstock.

Au XIVème siècle

Au 14ème siècle, la moitié de la production de vin de Bordeaux partait sur des bateaux, principalement pour l'Angleterre.

1307
En 1307, Edouard II en fit même expédier mille tonneaux à Londres pour fêter son couronnement.

Au XVème siècle


Les possessions anglaises se reduisent petit à petit pour ne finir qu'en une etroite bande qui s'etend de Bordeaux à Biarritz

1453
Quand Bordeaux repassa sous la domination française en 1453, le commerce s'effondra avec la perte du marché du vin avec l'Angleterre.

En octobre 1453, à la fin de la guerre de Cent Ans, une vraie bénédiction pour les vins de Bordeaux auxquels s’ouvre le marché anglais. Richard Cœur de Lion, le fils d’Aliénor et de « Henri II » adopte le bordeaux comme vin de table quotidien

1462
La ville ne recouvrera sa souverainete qu'en 1462 et Louis XIV donnera definitivement le statut ville du royaume de France à Bordeaux.

Au XVIIème siècle

Il fallu attendre le 17ème siècle pour commencer à voir des vignes dans le Médoc (et donc à Margaux, Saint Estèphe, Saint Jullien, Pauillac...). Auparavant le Médoc était un marécage.
Et l’arrivée des Hollandais pour voir l’apparition des vins blancs et rouges plus proches de ceux que nous connaissons aujourd’hui.

1660
A partir de 1660, le commerce entre la France et les Antilles s'intensifie

1667
En France, Colbert (ministre de Louis XIV) impose des taxes sur les produits importés d'Angleterre. En représailles, le roi d'Angleterre Charles II boycotte les « clairets » de Bordeaux.

Au XVIIIème siècle

Au 18ème, les colonies offrent de nouveaux débouchés. Les vins sont exportés en fûts à partir des quais de Bordeaux, ville qui prend une nouvelle dimension.
Et les négociants d'origine germanique ou irlandaise arrivent.

Au XVIIIème siècle, L’Angleterre ne représente que 10 % des exportations de vins de bordeaux.

1723
L'irlandais Pierre Mitchell (1687-1740) installe dans le quartier des Chartrons en 1723. A cette époque, l'endroit est couvert de marais, de vignes et de champ.
Les lettres patentes des 25 octobre et 16 novembre 1723 reconnaissent sa primauté et lui accordent même un privilège d'exclusivité.

1726
En 1726, un concurrent verrier s'installe à Bourg près de Bordeaux, les démarches de Pierre Mitchell pour s'y opposer demeurent vaines. La chambre de commerce, consultée par l'intendant, préconise le rejet de la demande de Mitchell : « Le sieur Mitchell n'a qu'à faire des verres et bouteilles supérieurs à ceux de la manufacture de Bourg et il la fera tomber d'elle-même ».

1736
Pierre Mitchell se constitue un domaine viticole . Il rachète d'abord, en 1724, une partie de la seigneurie d'Arsac ; ensuite il agrandit progressivement son domaine, par plus de vingt actes notariés, et il y fait construire le Château du Tertre vers 1736.

1738
Pierre Mitchell obtient que sa verrerie soit promue manufacture royale, par lettres patentes du 4 mars 1738, sous le nom de « Verrerie royale de Bordeaux ».

1750
l’introduction de nouveaux procédés comme par exemple vers 1750, l’élevage en barriques grâce à « l’allumette hollandaise » (mèche soufrée)

1771
Le millésime 1771 est le premier « claret » à apparaître dans un catalogue Christie’s.

1787
Lors de son passage à Bordeaux en 1787, Thomas Jefferson, futur président des Etats-Unis, évoque un classement des vins établi par les courtiers et les négociants, La notion de crus gagne du terrain.

A la fin du XVIIIème siècle, les « cabernets » (cabernet-sauvignon N et cabernet franc N), cot N (ou malbec) et petit verdot N sont les cépages principaux du Bordelais.

Au XIXème siècle

1819
La verrerie fondée par Pierre Mitchell est transférée en 1819 par les fils de François-Patrice, Pierre-Thomas et William, quai de Bacalan. Les fils de Pierre-Thomas étendent l'activité et créent une autre verrerie en 1855. L'activité se maintient jusqu'aux années 1930.

1830
Le merlot N, proche parent des « cabernets » et cépage principal aujourd’hui, ne commence réellement à se propager qu’à partir de 1830

1855
En 1855, ces marchands décidèrent la création d'un classement des vins de Bordeaux afin de distinguer les meilleurs vins.
Classement de 1855 à la demande de Napoléon III. pour l'exposition universelle.
L'Empereur demanda donc aux courtiers et négociants rattachés à la Chambre de commerce de Bordeaux d'établir leur classement et le 18 avril 1855, le syndicat des courtiers adressait la fameuse liste

1857
de terribles maladies frappent durement le vignoble : l'oïdium, en 1857 .
l’oïdium est enrayé par l’invention de traitements à base de soufre .

1875
le phylloxéra frappe le Bordelais de 1875 à 1892.

1887
le mildiou a causé également d’énormes dégâts dans le vignoble et c’est par l’ingéniosité des scientifiques de Bordeaux, et notamment Ulysse GAYON, l’un des pères de l’oenologie, que le remède est trouvé avec l’invention de la « bouillie bordelaise », préparation à base de cuivre (MILLARDET, A., GAYON, U.
Recherches sur les effets des divers procédés de traitement du mildiou par les composés cuivreux, 1887).

Au XXème siècle

1905
Création de la réprésion des fraudes en 1905 avec la définition de la notion de « Tromperie sur la marchandise », Loi du 1 août 1905 .
Quiconque, qu'il soit ou non partie au contrat, aura trompé ou tenté de tromper le contractant, par quelque moyen ou procédé que ce soit, même par l'intermédiaire d'un tiers :
- soit sur la nature, l'espèce, l'origine, les qualités substantielles, la composition ou la teneur en principes utiles de toutes marchandises ;
- soit sur la quantité des choses ou sur leur identité par la livraison d'une marchandise autre que la chose déterminée qui a fait l'objet du contrat ;
- soit sur l'aptitude à l'emploi, les risques inhérents à l'utilisation du produit, les contrôles effectués, les modes d'emploi ou les précautions à prendre,
Sera puni d'un emprisonnement de trois mois au moins, deux ans au plus et d'une amende de 1.000 F au moins, 250.000 F au plus ou de l'une de ces deux peines seulement.

1911
A la fin du XIXème et au début du XXème siècle, le vignoble connaît une nouvelle crise, celle des fraudes et de la baisse des prix. Pour s'en prémunir, les Girondins participent à l'élaboration d'une législation nationale sur l'origine des vins qui aboutit à l’établissement d’une délimitation départementale de l’appellation Bordeaux (décret du 18 février 1911)
Le vignoble de "Bordeaux" est situé à l'intérieur des territoires délimités par le décret de 1911, à l'exception des terrains de marais et de ceux inondés par les crues périodiques des rivières

1936
l'appellation d'origine contrôlée Bordeaux, initialement reconnue par le décret du 14 novembre 1936

1943
le Comité Interprofessionnel d’Entente et d’Etude du Vin de Bordeaux, créé par l’administration régionale en 1943.

1948
En 1948 que les Pouvoirs Publics ont créé, par la loi du 18 août 1948, ce que l’on appelle aujourd’hui le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux.

1956
Au XXème siècle, les fortes gelées de l’hiver 1956 ont conduit à une profonde restructuration et modernisation du vignoble. La désaffection pour les « vins blancs doux » a conduit d’une part à une reconversion du vignoble en cépages noirs et d’autre part à un recentrage sur le sauvignon B pour la production de vins blancs secs plus aromatiques.

1962
Les dispositions du décret du 28 mars 1962 donne naissance à l'appellation d'origine contrôlée " Bordeaux mousseux " .

1974
Les vins ne peuvent être mis en circulation avec cette appellation sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

1992
Le centre d'exposition permanent de la "Cité des vins" a ouvert ses portes à Bordeaux, la capitale du vin. La Cité mondiale des Vins et spiritueux est une combinaison nouvelle qui comprend un marché permanent réservé aux professionnels, des bureaux..

1998
L'appellation d'origine contrôlée " Bordeaux mousseux " demeurent applicables jusqu'au 31 décembre 1998. « Bordeaux mousseux » est remplacer par l'AOC « Crémant de Bordeaux »

Au XXIème siècle

2008

Le Cahier des charges défini l'aoc « Bordeaux »,
par le Décret n° 2008-1140 du 3 novembre 2008
Version consolidée au 07 novembre 2008

2009
Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

Au château Latour-Martillac, les vendanges ont débuté le lundi 31 août 2009, en blanc.

2010
La règle relative à l'interdiction de l'utilisation du foulo-benne (benne auto-vidante munie d'une pompe à palette dite centrifuge) entre en vigueur à compter du 1er août 2010. ( voir cahier des charges du 03 novembre 2009 )

2011

Le Cahier des charges défini l'aoc « Bordeaux »,
par le décret n° 2011-1739 du 2 décembre 2011,
JORF du 4 décembre 2011

2012

Décret n° 2012-655 du 4 mai 2012 relatif à l'étiquetage et à la traçabilité des produits vitivinicoles et à certaines pratiques œnologiques, JORF n°0107 du 6 mai 2012

Les règles pour le « vin biologique » sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

2013

Le Cahier des charges défini l'aoc « Bordeaux »,
modifié par décret n° 2013-1079 du 28 novembre 2013,
publié au JORF du 30 novembre 2013

Pour les vins blancs sec de l'AOC Bordeaux :
Permettant la mise en réserve de de vins d'appellation au-delà des rendements fixés par le cahier des charges (quand le millésime le permet), le Volume Complémentaire Individuel est accessible aux vins blancs secs depuis les vendanges 2013.

2015

Au château Latour-Martillac, les vendanges ont débuté le lundi 31 août 2015 en blanc.

Le Cahier des charges défini l'aoc « Bordeaux »,
homologué par le décret n° 2015-1193 du 28 septembre 2015 publié au JORF du 30 septembre 2015

Modification
L'enrichissement par concentration partielle des vins rouges est autorisé, dans la limite d'une concentration de 15 (avant : 10 %) des volumes ainsi enrichis.

 

 

 

 

Voir aussi : région viticole du Bordelais.


 





Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Bordeaux » :

Pour les vins blancs :

 

- cépages principaux :
    sémillon B, sauvignon B, sauvignon gris G, muscadelle B
- cépages accessoires :
            colombard B, merlot blanc B, ugni blanc B.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

La proportion des cépages accessoires ne pourra être supérieure à 30 % de l'encépagement de l'exploitation pour les vins blancs.

VINIFICATION

La proportion des cépages accessoires ne pourra être supérieure à 30 % dans l'assemblage des vins.

 

Les vins rouges, clarets

et vins rosés , vin rosé fonce : clairet

 

cabernet-sauvignon N, cabernet franc N, merlot N,
cot N (ou malbec), carmenère N, petit verdot N.

 

dénomination géographique
Haut-Benauge

Vins blancs

sémillon B, sauvignon B, sauvignon gris G, muscadelle B


Ampélographie
( étude des cépages )


Sauvignon
Le cépage « Sauvignon » est un cépage de vigne (Vitis vinifera) français.
Le sauvignon est connu depuis des siècles :
- La première mention Apparu en France sous le règne d'Henri IV (1553-1610) à la fin du 16ème siècle, quand le raisin était connu sous le nom de Surin (Vendôme).
- il est formellement identifié dans le vignoble des Graves en 1736, et à Pouilly-sur-Loire en 1783.
Ce cépage est parfois nommé Savagnou, dans les Pyrénées-Atlantiques, Douce blanche, Blanc doux ou Libournais en Dordogne.
Le profilage de l'ADN a suggéré que Sauvignon blanc pourrait être liée au Chenin Blanc et/ou Traminer.
Le « cabernet sauvignon » est issu du croisement de cabernet franc et du sauvignon.


Cépage : sauvignon

 

Cabernet Franc
cépage Vitis Biturica, ancêtre des cabernets.


Cépage : Cabernet Franc

Cabernet Sauvignon
Le cépage « Cabernet Sauvignon » très cultivé en Gironde d'où il serait originaire. Il est issu du croisement entre le cabernet franc et le sauvignon blanc .

 

HISTORIQUE

Ier siècle :

l’introduction du cépage : le « Biturica » (ancêtre des cabernets)

XVIIIème les « cabernets » (cabernet-sauvignon N et cabernet franc N), cot (ou malbec) et petit verdot N sont les cépages principaux du Bordelais.
1830 : Le merlot commence réellement à se propager qu’à partir de 1830
2008 : Les cépages Mauzac, Ondenc ne sont plus autorisés
   


 

 

Sols et Climat


Le sol
est composé de sable et graves.

La zone géographique bénéficie de conditions climatiques privilégiées relativement homogènes pour la production viticole : une situation à proximité de grandes masses d'eau (océan Atlantique, estuaire de la Gironde, vallées de la Garonne et de la Dordogne) qui jouent un rôle thermorégulateur important.
Les influences océaniques modératrices sur le gel de printemps s'estompent cependant à mesure que l'on s'éloigne de la mer et des grandes vallées, et que l'on se rapproche des massifs forestiers des Landes, de Saintonge et de la Double Périgourdine. Ces particularités expliquent la faible implantation de la vigne dans les extrémités nord et sud-sud-ouest de la zone géographique. Elle s’étend sur 501 des 542 communes du département de la Gironde, en excluant le sud-ouest du département, sans vocation
viticole, et dévolu à la sylviculture.

Plus vaste territoire viticole d’appellation d’origine contrôlée de France, les paysages du Bordelais, qu’ils soient urbains, périurbains ou ruraux sont toujours marqués par la viticulture et se déclinent en plusieurs nuances.
La Gironde viticole est drainée par les deux bassins-versants de la Dordogne au nord et de la Garonne au sud, qui s’unissent au niveau du Bec d’Ambès pour former l’estuaire de la Gironde. Trois grands ensembles sont ainsi délimités : le Nord-Gironde sur la rive droite de la Dordogne et de l’estuaire, la zone limitée par la Dordogne au nord et la Garonne au sud, et enfin, la rive gauche de la Garonne et de l’estuaire.

Les formations géologiques supportant le vignoble bordelais sont relativement peu diversifiées.
S’appuyant, au nord, sur les assises jurassiques et crétacées de la bordure charentaise du bassin d’Aquitaine, elles appartiennent exclusivement au Tertiaire et au Quaternaire. Il s’agit surtout de marnes, molasses et calcaires de l’Eocène et de l’Oligocène, et de formations alluviales graveleuses et sableuses plio-quaternaires, fréquemment masquées par une couverture de limons.

Les sols issus de ces formations sont diversifiés tout en constituant de grands ensembles. Sur les formations tertiaires, les sols bruns argilo-calcaire dominent. Les formations superficielles parfois épaisses de plusieurs mètres (argiles à graviers entre Garonne et Dordogne et limons éoliens dénommés localement « boulbènes ») sont fréquentes. Le long des fleuves, les dépôts graveleux constituent des terrasses bien drainées, chaudes et parfaites pour la vigne. Enfin, les dépôts alluviaux récents où l’argile domine constituent les sols de « palus ».

 


Le Climat
: Océanique

Les précipitations sont bien réparties dans l’année et comprises en moyenne entre 700 millimètres et 800 millimètres par an. Toutefois, en fin d’été, les perturbations océaniques venues de l’ouest sont variables d’une année à l’autre.

Le climat océanique, imprévisible et accompagné certaines années de quelques dépressions automnales pluvieuses ou, au contraire d’arrière-saisons chaudes et très ensoleillées, est à l’origine de l’effet millésime marqué.

 

 

 


Fiche technique

1°- L’appellation d’origine contrôlée « Bordeaux » est réservée aux vins tranquilles blancs, rosés, ou rouges.
2°- La mention « claret » est réservée aux vins rouges.
3°- La mention « clairet » est réservée aux vins rosés foncés.
4°- La dénomination géographique « Haut-Benauge » est réservée aux vins tranquilles blancs.


Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations
sur le Cahier des charges
du 28 septembre 2015

 

Vignoble

 

1° Conduite du vignoble

Avant chaque nouvelle plantation, tout opérateur doit procéder à une analyse physico-chimique du sol de la parcelle afin de disposer de tous les éléments nécessaires à la connaissance de la situation viticole et des potentialités de celle-ci.

Les parcelles sont conduites afin d’assurer un bon état cultural global de la vigne, notamment son état sanitaire et l’entretien du sol.
En particulier, aucune parcelle n’est laissée à l’abandon.

La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à :
- 10000 kilogrammes par hectare pour les vignes présentant une densité à la plantation supérieure ou égale à 4000 pieds par hectare ;
- 9500 kilogrammes par hectare pour les vignes présentant une densité à la plantation inférieure à 4000 pieds par hectare.

Le bénéfice de l’appellation d’origine contrôlée ne peut être accordé aux vins provenant : - des parcelles de jeunes vignes qu’à partir de la 2ème année suivant celle au cours de laquelle la plantation a été réalisée en place avant le 31 juillet ; - des parcelles de jeunes vignes qu’à partir de la 1ère année suivant celle au cours de laquelle le greffage sur place a été réalisé avant le 31 juillet

2° récolte

Maturité
La richesse minimale en sucre des raisins :

- AOC Bordeaux (vins rouges) :
* Merlot N, sauvignon B, sauvignon gris G : 189 grammes par litre de moût
* Autres cépages : 180 grammes par litre de moût

- AOC Bordeaux (vins blancs, rosés, clairets)
* Merlot N, sauvignon B, sauvignon gris G : 170 grammes par litre de moût
* Autres cépages : 162 grammes par litre de moût

- AOC Bordeaux (vins blancs avec sucres résiduels) :
178 grammes par litre de moût

- AOC Bordeaux suivie de la dénomination géographique Haut-Benauge : 195 grammes par litre de moût

Rendement
Les rendements sont :
* pour les vins blancs, à 67 hectolitres par hectare.
* pour les vins rosés et clairets, à 62 hectolitres par hectare.
* pour les vins rouges, à 60 hectolitres par hectare.
* la dénomination géographique Haut-Benauge, à 55 hectolitres par hectare.

Autres informations sur la vendange :

- Les vins proviennent de raisins récoltés à bonne maturité.

- La vendange est nettoyée par le biais d'une ou plusieurs techniques (érafloir...).


Chai

 

1° Arrivée en cave

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Enrichissement
L'enrichissement par concentration partielle des vins rouges est autorisé, dans la limite d'une concentration de 15 % des volumes ainsi enrichis.
Les vins ne dépassent pas, après enrichissement, le titre alcoométrique volumique total suivant :
* AOC Bordeaux (vins rouges, vins blancs avec sucres résiduels) : 13.5 % vol.
* Autres vins: 13 % vol.

2° Vinification:
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée doivent être vinifiés conformément aux usages locaux. Ils bénéficient de toutes les pratiques oenologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

Titre alcoométrique volumique acquis minimum.
* Les vins blancs avec sucres résiduels présentent un titre alcoométrique volumique acquis minimum de 10 %.
* Les vins susceptibles de bénéficier de la dénomination géographique Haut-Benauge présentent un titre alcoométrique volumique acquis minimum de 11.

La vendange est nettoyée par le biais d’une ou plusieurs techniques (érafloir...).

L'emploi des charbons œnologiques, seuls ou en mélange dans des préparations, est interdit pour les vins rosés.

La fermentation malolactique est obligatoire pour les vins rouges.

Les vins rouges bénéficient d'un élevage minimum jusqu'au 31 décembre de l'année de récolte.

Nos commentaires :

Aucune mention sur le cahier des charges interdit les copeaux de bois. Par conséquence, l'utilisation de copeaux de bois est autorisé pour cette AOC.

3 ° Contrôles :

Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance sous l'autorité de l'INAO sur la base d'un plan d'inspection approuvé.



Commercialisation

 

la mise en marché à destination du consommateur
* Les vins blancs, rosés et clairets sont mis en marché à destination du consommateur selon les dispositions de l'article D. 644-35 du code rural.
* Les vins susceptibles de bénéficier de la dénomination géographique Haut-Benauge sont mis en marché à destination du consommateur selon les dispositions de l'article D. 644-35 du code rural.
* A l'issue de la période d'élevage, les vins rouges sont mis en marché à destination du consommateur à partir du 15 janvier de l'année qui suit celle de la récolte.

Etiquette
Les vins blancs dont la teneur en sucres fermentescibles (glucose + fructose) est supérieure à 3 grammes par litre et inférieure à 60 grammes par litre doivent être présentés avec les mentions prévues à l'article 16 du règlement (CE) n° 753 / 2002. ( sec, demi-sec, moelleux, doux )

 


Cartes et Photos


Carte du Vignoble du Bordelais
   

Adresses

Château Ballan-Larquette
33540
Saint Laurent du Bois
Tél: 05.56.76.40.90
Château Gabelot
Château Fayau
33410
Cadillac
Tél: 05.57.98.08.08

Château Guillaume

Guillaume BLANC

33220
Saint Philippe du Seignal
Tél. 05.57.41.91.50
Château Lamothe-Vincent
33760
Montignac
Tél: 05.56.23.96.55
Château Saintongey
8 chemin de palette
33410
Beguey
Tél: 05.56.62.94.85
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxx
Dourthe
33295
Blanquefort
Tél 05.56.35.53.00
Malesan
94357
Thiais
Tél: 01.41.80.10.46
     

Les nouvelles sur l'appellation

 

 

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.