Fiche sur les vins AOC en France

Margaux

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes et Photos
Les adresses

Les nouvelles

 

Situation Géographique

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Margaux » est situé dans la région viticole du Bordelais et s’étend sur la rive gauche de l’estuaire de la Gironde.

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Margaux » est situé sur 5 communes:

Margaux, Cantenac, Soussans, Arsac, Labarde.

L'aire de production définie en 1923 puis confirmée en 1954, est modifiée en 2007.

 

 

 

Historique

 

ETYMOLOGIE :
Origine du nom

Les Médullis, peuplade qui donna son nom à la région du Médoc.

 

Voir aussi : Histoire du Bordelais

HISTOIRE

Au XVème Siècle

1453
En 1453, la fameuse bataille de Castillon rend l’Aquitaine à la France et Bordeaux est brusquement privé de débouché commercial vers l’Angleterre.

Au XVIème Siècle

Ce n’est qu’à partir du XVIème siècle, sous l’impulsion de grandes familles Bordelaises, que de véritables propriétés viticoles, les « bourdieux », les ancêtres des châteaux viticoles, apparaissent dans le paysage margalais. Avec l’assainissement des terres entrepris sous le règne de Louis XIV sous l’impulsion des ingénieurs hollandais, le vignoble gagne rapidement les croupes graveleuses de la basse et des moyennes terrasses en supplantant toutes les autres cultures. Les principaux crus de Margaux émergent tour à tour.

Au XVIIème Siècle

A la fin du XVIIème siècle, l’Angleterre et la Hollande boivent du « claret », ce vin encore assez pâle et qui ne vieillit pas bien.

Au XVIIIème Siècle

Le régisseur Berlon (Château Margaux), au tout début du XVIIIème siècle. Il est le premier à vinifier séparément les raisins rouges et les raisins blancs, dont les ceps étaient à l’époque plantés en mélange dans les vignes.

Dès les débuts de la commercialisation sur le marché londonien des « New French Clarets », au début du XVIIIème siècle, les vins du futur château Margaux sont nommément désignés et se vendent à un prix trois fois supérieur à celui du « claret » traditionnel.

L'usage du nom de Margaux est courant depuis au moins le XVIIIème siècle

1742
L’analyse des registres des transactions enregistrées par le courtier Abraham Lawton entre 1742 et 1775, montre que les cinq paroisses de la future appellation « Margaux » occupent déjà le premier plan, avec des volumes qui représentent un peu plus du quart du volume total des vins médocains pour un montant qui dépasse légèrement le tiers de la valeur marchande totale des vins du Médoc.

1760
Vers 1760, la quasi-totalité du vignoble est constituée et la cartographie du vignoble établie à cette époque (carte dite de Belleyme).

1784
La renommée des «premiers crus» franchit l’Atlantique et Thomas Jefferson, ambassadeur des Etats-Unis en France, dépeint la hiérarchie qui règne déjà entre les meilleurs vins de Bordeaux avec Château Margau (sic!) en première place. Il passe une commande de Margaux 1784 dont il écrit « qu’il ne peut y avoir une meilleure bouteille de Bordeaux ».

1787
En 1787, la hiérarchie des crus établie par Thomas Jefferson, place château Margaux parmi les premiers. Figurent ensuite plusieurs crus de la région de Margaux tels, Durfort, Kirwan, Issan, Marquis de Terme et Rauzan.

Au XIXème Siècle

1826
Les premiers cadastres établis entre 1826 et 1830, montrent que le paysage de la région de Margaux était constitué par la juxtaposition de noyaux viticoles surtout situés sur les croupes graveleuses de la basse et des moyennes terrasses. La forêt se concentrait à l’ouest, les prairies et pâtures étaient l’apanage des terres de palus.

1801
Laure de Fumel, propriètaire du Château Margaux, le met aux enchères en 1801. L’acquéreur est Bertrand Douat .

1855
Classement de 1855 à la demande de Napoléon III. pour l'exposition universelle.
L'Empereur demanda donc aux courtiers et négociants rattachés à la Chambre de commerce de Bordeaux d'établir leur classement et le 18 avril 1855, le syndicat des courtiers adressait la fameuse liste.
Le célèbre classement de 1855, qui est largement préfiguré par celui de Lawton, consacre la future appellation « Margaux » en la dotant d’un éventail unique de 21 grands crus classés.

Le mildiou, autre maladie de la vigne due à un champignon, apparaît peu de temps après que l’oïdium ait été maîtrisé ; cette fois le remède sera trouvé sous la forme d’une pulvérisation de sulfate de cuivre, la fameuse « bouillie bordelaise ».

Le phylloxéra, insecte venu des Etats-Unis, est un fléau plus terrible encore et sa propagation est inexorable ; il faut attendre la solution du greffage des cépages français sur des plants américains résistants pour sauver le vignoble bordelais.

Au XXème Siècle

1923
Avant les jugements qui définiront les limites territoriales de l'appellation Margaux, les noms de « Margaux » ou « près Margaux » étaient employés pour désigner les vins des communes de Margaux, Cantenac, Labarde, Arsac et Soussans mais aussi provenant de certaines communes peu éloignées de la région de Margaux.
C’est un jugement du Tribunal Civil de Bordeaux du 3 décembre 1923 qui fixera les premiers contours de la future appellation Margaux , en considérant que la région de Margaux comprend les cinq communes de Margaux, Cantenac, Soussans, Arsac et Labarde.

1932
En 1932 par le classement des crus bourgeois qui récompensera 16 propriétés, avec 2 crus bourgeois exceptionnels, 8 crus bourgeois supérieurs et 6 crus bourgeois.

1954
l'appellation d'origine contrôlée « Margaux » est reconnu par le décret du 10 août 1954,
JORF du 17 août 1954 page 7926

1955
Décret du 10 août 1954 modifié définissant l'appellation d'origine contrôlée
Margaux par le Décret du 29 Octobre 1955 :
Article 3 - Les vins ayant droit à l'appellation contrôlée « Margaux » devront obligatoirement provenir de moûts contenant, avant tout enrichissement ou concentration, au minimum 178 grammes de sucre naturel par litre et présenter, après fermentation, un degré alcoolique minimum de 10° 5.

1959
A partir de la récolte 1959, tout producteur de vin à appellation d'origine « Margaux » possédant dans son exploitation des parcelles situées dans l'aire délimitée, destinées à la production de vins de consommation courante et contenant des hybrides, ne pourra revendiquer le droit à l'appellation « Margaux ».

1983
Décret du 10 août 1954 modifié définissant l'appellation d'origine contrôlée
Margaux par le Décret du 22 Octobre 1983

1989
Décret du 10 août 1954 modifié définissant l'appellation d'origine contrôlée
Margaux par le Décret du 9 Février 1989

1995
Décret du 10 août 1954 modifié définissant l'appellation d'origine contrôlée
Margaux par le Décret du 7 Novembre 1995

1998
Décret du 10 août 1954 modifié définissant l'appellation d'origine contrôlée
Margaux par le Décret du 24 Mars 1998 :
La densité de plantation doit être de 6 500 à 10 000 pieds à l'hectare.

Au XXIème Siècle

2005
l'appellation d'origine contrôlée « Margaux » est sur une superficie plantée de 1 423 hectares, en 2005, avec une production de 62 700 hl.

2007
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors de la séance du comité national compétent du 16 mars 2007.

Décret du 10 août 1954 modifié définissant l'appellation d'origine contrôlée
Margaux par le Décret du 1 Octobre 2007

2009
Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

Le Cahier des charges défini l'aoc des appellations « Margaux »,
par le Décret n° 2009-1137 du 18 septembre 2009
JORF n°0220 du 23 septembre 2009

Modifications :
* (Avant : La densité de plantation doit être de 6 500 à 10 000 pieds à l'hectare )
Mainteant, minimum de 7000 pieds par hectare
* Ne peuvent être considérés comme étant à bonne maturité les raisins présentant une richesse en sucre inférieure à 189 grammes par litre de moût pour le merlot et 180 grammes par litre de moût pour les autres cépages. ( Avant : minimum 178 grammes de sucre par litre)
* Le rendement est fixé à 57 ( avant : 45) hectolitres par hectare

2011

Cahier des charges de l’appellation d’origine contrôlée « MARGAUX »
homologué par le décret n°2011-1587 du 17 novembre 2011,
JORF du 20 novembre 2011

Modification :
Le conditionnement est réalisé au plus tard le 31 décembre de la troisième année qui suit celle de la récolte.

2012

Décret n° 2012-655 du 4 mai 2012 relatif à l'étiquetage et à la traçabilité des produits vitivinicoles et à certaines pratiques œnologiques, JORF n°0107 du 6 mai 2012

Les règles pour le « vin biologique » sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

 

Voir aussi : Histoire du Bordelais

 

 

 

 

Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Margaux » :
Cahier des charges du 17 Novembre 2011
Vins rouges

 

cabernet franc N, cabernet-sauvignon N, carmenère N,
cot N (ou malbec), merlot N et petit verdot N.


Ampélographie
( Etude des cépages )

Cabernet Franc
cépage Vitis Biturica, ancêtre des cabernets.


Cépage : Cabernet Franc

Cabernet Sauvignon
Le cépage « Cabernet Sauvignon » très cultivé en Gironde d'où il serait originaire. Il est issu du croisement entre le cabernet franc et le sauvignon blanc .

Historique

1709 : le Grand Hiver , les vignes géles
1710 : les nouvelles plantations se font exclusivement avec des « cépages à petits            grains » : carmenère N, cabernet franc N, cabernet-sauvignon N,
          petit verdot N, cot N, merlot N.
1959 : les cépages hybrides sont interdir dans l'appellation « Margaux ».

 

 

 

 

 

Sols et Climat

Le sol est composé de terrasses graveleuses.

Les sols sont caractérisés pour l’essentiel sur les dépôts fluviatiles plio-quaternaires et quaternaires de la Garonne. Disposés en terrasses, ces dépôts se présentent sous la forme de collines qui s’étagent aujourd’hui entre 6 et 33 m d’altitude. Le réseau hydrographique dense participe au morcellement de ces croupes et permet l’évacuation des eaux de drainage.

Les terrasses quaternaires correspondent à deux grands ensembles sédimentaires :
- le premier, couramment dénommé haute terrasse, d’âge Villafranchien, fait intervenir une dynamique de dépôt de type méandre. Ce niveau alluvionnaire, est constitué d’argile sableuse à graviers et petits galets, entrecoupés d’argiles et de sables. La taille des galets n’excède pas 35 mm et leur a valu le nom de « graves dragées ». Il se rencontre exclusivement dans la partie sud de la commune d’Arsac.
- le second, qui correspond à la basse et aux moyennes terrasses, fait intervenir une compétence des leuves bien plus importante. Ces dépôts, sont à mettre en relation avec les phénomènes de débâcles consécutifs de la fonte des glaciers au cours des différentes périodes glaciaires. A chacune de ces crises climatiques, correspond un niveau alluvionnaire. Le matériel alluvial est nettement plus grossier, des dimensions de galets supérieures à 80 mm sont fréquentes.
Ces deux ensembles sont séparés par un talus de raccordement qui s’étire sur la commune d’Arsac suivant une direction subparallèle à l’actuelle Gironde. Ce talus, localement entaillé par des « ravines » profondes est aujourd’hui recouvert par des formations sableuses d’origine éolienne et colluviale.

A l’ouest de ces nappes alluviales, le plateau qui s’établit entre 30 et 40 m d’altitude est recouvert par une importante formation sableuse d’origine éolienne : le sable des landes.
A l’est, le long de l’estuaire de la Gironde, suivant une bande d’un à deux kilomètres, on trouve de vastes plaines d’origine alluviale situées à des altitudes inférieures à 5 m. Elles constituent ce qu’on appelle communément les palus, à dominante limono-argileuse mais parfois plus sableuses.

Le substratum ancien de ces dépôts fluviatiles correspond le plus souvent à une formation d’origine continentale à dominante argileuse d’âge fini Eocène ou à des calcaires et des marnes d’âge Eocène
supérieur. Plus rarement, des calcaires d’âge Oligocène constituent le soubassement de la terrasse la plus ancienne. Ce substratum affleure de façon ponctuelle au profit des vallées affluentes de la Garonne qui drainent l’appellation, ainsi qu’à la périphérie des terrasses, en bordure de marais, sur les communes de Cantenac, Margaux et Soussans.

 

Le Climat est Océanique tempéré.

A ce climat s’associent parfois quelques dépressions automnales pluvieuses qui expliquent en grande part l’effet millésime.

 

 

 

 

 

Fiche technique

L'AOC « Margaux » est réservée aux vins tranquilles rouges.

Vignoble

Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des charges
du 17 Novembre 2011

1° Conduite du vignoble

Les vignes présentent une densité minimale à la plantation
de 7 000 pieds à l’hectare.


La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à 9500 kilogrammes par hectare.
Cette charge correspond à un nombre maximum de :
- quatorze grappes par pied pour le cépage petit verdot N et pour les tailles réalisées en cordon et éventail ;
- douze grappes par pied pour les autres cépages.
- Lorsque l’irrigation est autorisée, la charge maximale moyenne à la parcelle des parcelles irriguées est fixée à 8000 kilogrammes par hectare.

2° Vendange

Maturité :

Ne peuvent être considérés comme étant à bonne maturité les raisins présentant une richesse en sucre inférieure à 189 grammes par litre de moût pour le merlot et 180 grammes par litre de moût pour les autres cépages.

Les vins présentent un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 11 %.

Rendement :

 

Le rendement butoir est fixé à 63 hectolitres par hectare.

Historique
(2009- ...) Le rendement est fixé à 57 hectolitres par hectare.
( ... -2008 ) Le rendement est fixé à 45 hectolitres par hectare

Divers :

Chai

1° Arrivée en cave

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Enrichissement
Les techniques soustractives d'enrichissement (TSE) sont autorisées dans la limite d'un taux de concentration maximum de 15 %.
Les vins ne dépassent pas, après enrichissement, le titre alcoométrique volumique total de 13, 5 %.

 

2° Vinification
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée doivent être vinifiés conformément aux usages locaux. Ils bénéficient de toutes les pratiques oenologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

Le conditionnement est réalisé au plus tôt le 1er juin de l’année qui suit celle de la récolte et au plus tard le 31 décembre de la troisième année qui suit celle de la récolte.

Nos commentaires :

Aucune mention sur le cahier des charges interdit les copeaux de bois. Par conséquence, l'utilisation de copeaux de bois est autorisé pour cette AOC.

 


3° Contrôles
Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance, pour le compte de l'INAO, sur la base d'un plan de contrôle approuvé.

 

 

Commercialisation

Date de mise en marché à destination du consommateur.
A l'issue de la période d'élevage, les vins ne peuvent être mis en marché à destination du consommateur qu'à partir du 1er septembre de l'année qui suit celle de la récolte.

Cartes et Photos


Carte du Vignoble du Bordelais
   

 

 

 

 

Adresses

Château Boyd Cantenac    
Château Cantenac Brown    
Château Dauzac    
Château d'Issan    
Château du Tertre    
Château Ferrière    
Château Giscours    
Château Kiwan    
Château Lascombes    
Château Malescot Saint-Exupéry    
Château Margaux   Site Internet
www.chateau-margaux.com
Château Marquis d'Alesme
   
Château Marquis de Terme    
Château Palmer    
Château Prieuré-Lichine    
Château Pouget    
Château Rouzan-Gassie    

Château Rouzan-Ségla

33460
Margaux
Tél: 05.57.88.82.10
Site Internet
www.rouzan-segla.com
Château Siran    

 

 

 

Les nouvelles sur l'appellation

 

 

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.