Fiche sur les vins AOC en France

Blaye

Voir aussi l'aoc « Blaye - Côtes de Bordeaux »

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes et Photos
Les adresses

Les nouvelles

 

 

Situation Géographique


Le vignoble de « Blaye » est situé dans la région viticole du Bordelais,
sur 40 communes du département de la Gironde (33) :

Anglade, Berson, Blaye, Braud-et-Saint-Louis, Campugnan, Cars, Cartelègue, Cavignac, Cézac, Civrac-de-Blaye, Cubnezais, Donnezac, Etauliers, Eyrans, Fours, Générac, Laruscade, Marcenais, Marcillac, Marsas, Mazion, Plassac, Pleine-Selve, la partie de la commune de Pugnac correspondant au territoire de Lafosse avant sa fusion avec celle-ci au 1er juillet 1974, Reignac, Saint-Androny, Saint-Aubin-de-Blaye, Saint-Caprais-de-Blaye, Saint-Christoly-de-Blaye, Saint-Ciers-sur-Gironde, Saint-Genès-de-Blaye, Saint-Girons-d'Aiguevives, Saint-Mariens, Saint-Martin-Lacaussade, Saint-Palais, Saint-Paul, Saint-Savin, Saint-Seurin-de-Cursac, Saint-Vivien-de-Blaye, Saint-Yzan-de-Soudiac et Saugon.

 

 

 

 

Historique

 

ETYMOLOGIE :
Origine du nom

L'origine du nom remonte à l'époque Gallo Romaine : BLAVIA (Belli via: route de la Guerre)

 

Voir aussi : Histoire du Bordelais

HISTOIRE

Dès l’Antiquité, les Romains, installés dans cette région, ont implanté la viticulture et initié le développement du commerce du vin. Les domaines viticoles se développent rapidement le long de la côte de l’estuaire, profitant d’un transport maritime dynamique et florissant.

En l'an 25 avant JC, les Romains s'installent sur le site et en font une place fortifiée.
Le Général Romain, MESSALA, y fait bâtir un « castrum » (camp militaire).

 

Au Ier Siècle

92
L’édit de l'empereur romain Domitien, en 92, interdisait la plantation de nouvelles vignes hors d’Italie ; il fit arracher partiellement les vignes en Bourgogne afin d’éviter la concurrence.

Au IIème Siècle

Dès le IIe siècle, les romains y enracinent les premiers plants de "Vitis Biturica", et les écrits d'Ausone au IVe siècle nous permettent de savoir que le vin de ces vignobles était réputé jusqu'à Rome.

Au IIIème Siècle

280
Probus annula l'édit de Dominitien en 280.

Au IVème Siècle

les écrits d'Ausone au IVème siècle attestent de la réputation de ces vignobles jusqu'à Rome.

Au Vème Siècle

406
Destruction de Blaye par les Huns

Au VIIIème Siècle

732
A près avoir été reconstruite par les Wisigoths, Blaye est détruite une seconde fois par les Maures appelés aussi Sarrazins.

Au IXème Siècle

848
En 848, la ville est pillée par le chef viking Hasting qui remonte ensuite la Garonne.

Au XIIème Siècle

le véritable essor viticole ne commence qu'au Moyen Âge, avec le mariage d'Aliénor d'Aquitaine et d'Henri Plantagenêt qui crée une union dynastique ouvrant le marché londonien aux vins de cette région.

Au XIVème siècle

Tout au long des XIVe et XVe siècles, les luttes d’influences entre Français, Anglo-aquitains et seigneurs locaux auront des conséquences catastrophiques pour Saint-Emilion et son vignoble.

Au XVème Siècle

1453
Cette période d'essor s’achève par la célèbre bataille de Castillon en 1453 qui met un terme à la Guerre de Cent Ans.
En 1453, la fameuse bataille de Castillon rend l’Aquitaine à la France et Bordeaux est brusquement privé de débouché commercial vers l’Angleterre.

Au XVIIème Siècle

1689
Située sur un promontoire rocheux dominant l’estuaire de la Gironde, la citadelle de Blaye construite par Vauban entre 1686 et 1689 avait été commandée par le Roi Louis XIV pour fermer l’estuaire et protéger Bordeaux des bateaux ennemis, anglais ou hollandais.

Au XVIIIème Siècle

1750
Le développement du commerce avec la Hollande favorise la production de vins blancs et ces échanges encouragent l’innovation technique et l’introduction de nouvelles techniques comme par exemple vers 1750, l’élevage en barriques, puis en bouteilles, grâce à « l’allumette hollandaise » (mèche soufrée) .

Au XIXème siècle

A la croisée des influences entre Gironde et Charentes, le Blayais produit au XIXème siècle aussi bien des vins rouges que des vins blancs, ces derniers destinés à la distillation via la région de Cognac.

1853
la production de vins en Blayais a chuté en 1853 à 10 % de la récolte normale.

1857
l’oïdium est enrayé par l’invention de traitements à base de soufre (1857)

1875
le phylloxéra ruine tout le vignoble Bordelais, de 1875 à 1892, finalement sauvé par le greffage des cépages bordelais sur des pieds américains résistants à la maladie.

A la suite de la crise phylloxérique et de la reconstitution du vignoble grâce à des porte-greffes américains, c’est le cépage ugni blanc B qui se révèle le mieux adapté à la production de vins blancs destinés à la distillation, le colombard B, cépage traditionnel, étant fragilisé par le greffage.

Au XXème siècle

1905
Création de la réprésion des fraudes en 1905 avec la définition de la notion de « Tromperie sur la marchandise », Loi du 1 août 1905 .
Quiconque, qu'il soit ou non partie au contrat, aura trompé ou tenté de tromper le contractant, par quelque moyen ou procédé que ce soit, même par l'intermédiaire d'un tiers :
- soit sur la nature, l'espèce, l'origine, les qualités substantielles, la composition ou la teneur en principes utiles de toutes marchandises ;
- soit sur la quantité des choses ou sur leur identité par la livraison d'une marchandise autre que la chose déterminée qui a fait l'objet du contrat ;
- soit sur l'aptitude à l'emploi, les risques inhérents à l'utilisation du produit, les contrôles effectués, les modes d'emploi ou les précautions à prendre,
Sera puni d'un emprisonnement de trois mois au moins, deux ans au plus et d'une amende de 1.000 F au moins, 250.000 F au plus ou de l'une de ces deux peines seulement.

1908
la création de l’AO « Bordeaux » en 1908.

1910
Le Chateau les Graves posséde cinq hectares de vignes en 1910.

1929
Au début du XXème siècle, à la suite d’une instance menée contre un propriétaire, le Tribunal Civil de Blaye définit par jugement du 18 juillet 1929 l’appellation « Blaye » ou « Blayais » pour les vins rouges et blancs produits dans les trois cantons de Blaye, Saint-Ciers-sur-Gironde et Saint-Savin.

1936
Le décret du 11 septembre 1936 qui reconnait l’appellation d’origine contrôlée « Blaye » ou « Blayais », confirme l’aire géographique.

1938
l’AOC Blaye
L'AOC « Blaye » produit des vins rouges et blancs
les vignes peuvent produire qu'à partir de la deuxième année suivant celle au cours de laquelle la plantation a été mise en place, avant le 31 août.
La densité de plantation doit être au minimum de 4 500 pieds à l'hectare.
Taille :
La distance entre les ceps doit être au minimum de 0,90 mètre pour les vignes taillées en Guyot (simple ou double) et 0,70 mètre pour les vignes taillées en cordon bas palissé.
le nombre d'yeux à l'hectare doit être inférieur à 60 000.
Pour les vins blancs :
cépage principal : ugni blanc . Le pourcentage de ce cépage doit être supérieur ou égal à 90 % de l'encépagement; cépages accessoires : colombard , sémillon , sauvignon , muscadelle et chenin .
Le cépage chenin est autorisé dans l'encépagement de l'appellation jusqu'à la récolte de l'année 2025.
Les vins blancs :après fermentation, teneur en sucres résiduels fermentescibles inférieure à 4 grammes par litre.
Pour les vins rouges: cabernet, merlot, malbec, prelongeau, cahors, béguignol, verdot.
*
Les vins ayant droit à l'appellation contrôlée " Blaye " devront être vinifiés conformément aux usages locaux par foulage ou pressurage, à l'exclusion de surpressurage, qui est interdit.
Les vins rouges doivent provenir de moûts contenant au minimum 170 grammes de sucre naturel par litre. les vins blancs doivent provenir de raisins récoltés à bonne maturité et présenter un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 9,5 %.
Ne peut être considéré comme étant à bonne maturité tout lot unitaire de vendanges présentant une richesse en sucres inférieure à 153 grammes par litre de moût.


1956
Un coups durs de la nature avec le gel de 1956.

1974
Les communes de Pugnac et de Lafosse fusionnent le 1er juillet 1974

Les vins ne peuvent être mis en circulation avec une AOC sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

1987
les jeunes vignerons de Blaye ont largement contribué en se regroupant en 1987 sous l’égide de la Maison du vin de Blaye.

Après une baisse des revendications, à la fin des années 1980, le Syndicat viticole des appellations « Blaye » et « Premières Côtes de Blaye » a entrepris une démarche de révision des conditions de productions s’inscrivant dans une démarche de hiérarchisation des appellations de cette région sur la base de conditions de productions plus restrictives.

1991 et 1992
Les vins sont issus exclusivement des vignes situées dans l'aire parcellaire de production telle qu'approuvée en appellation d'origine contrôlée « Blaye » par l'Institut national de l'origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 31 mai 1991 pour les communes suivantes :
Anglade, Berson, Blaye, Braud-et-Saint-Louis, Campugnan, Cars, Cartelègue, Cézac, Civrac-de-Blaye, Cubnezais, Donnezac, Etauliers, Eyrans, Fours, Générac, Laruscade, Marcenais, Marcillac, Marsas, Mazion, Plassac, Pleine-Selve, la partie de la commune de Pugnac correspondant au territoire de Lafosse avant sa fusion avec celle-ci au 1er juillet 1974, Reignac, Saint-Androny, Saint-Aubin-de-Blaye, Saint-Caprais-de-Blaye, Saint-Christoly-de-Blaye, Saint-Ciers-sur-Gironde, Saint-Genès-de-Blaye, Saint-Girons-d'Aiguevives, Saint-Mariens, Saint-Martin-Lacaussade, Saint-Palais, Saint-Paul, Saint-Savin, Saint-Seurin-de-Cursac, Saint-Vivien-de-Blaye, Saint-Yzan-de-Soudiac, Saugon et du 4 novembre 1992 pour la commune de Cavignac.

Au XXIème siècle

2000
Depuis le millésime 2000, l'appellation Blaye est remise au goût du jour. Les conditions de production mentionnent notamment un rendement moyen décennal de 51 hl/ha (11 hl de moins que pour les Premières Côtes de Blaye) et une richesse naturelle en sucre plus importante.
La charte qualitative, quant à elle, exige la mise en bouteille (modèle spécifique) à la propriété avec libération des vins au plus tôt 18 mois après la récolte.
Cette démarche devrait aboutir à la modification du décret existant, avec, des densités minimales de plantation de 6000 pieds par hectare et un agrément définitif après élevage.
A partir du millésime 2000, l'AOC "blaye" (autrefois au bas de l'échelle) vient se placer au-dessus des AOC "côtes de blaye" et "premières côtes de blaye"

Depuis le millésime 2000, une vingtaine de producteurs consacrent une cinquantaine d’hectares à l’appellation « Blaye» pour un volume de 1 500 à 2 500 hectolitres.

2009
Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

Publication le 31 décembre 2009, au journal officiel RF du « Cahier des charges »
de l'appellation d'origine contrôlée « Blaye » qui s'applique jusqu'à la récolte 2020 incluse.

2011

Le Cahier des charges défini l'aoc « Blaye »,
homologué par le décret n°2011-1738 du 2 décembre 2011,
JORF du 4 décembre 2011

2012

Décret n° 2012-655 du 4 mai 2012 relatif à l'étiquetage et à la traçabilité des produits vitivinicoles et à certaines pratiques œnologiques, JORF n°0107 du 6 mai 2012

Les règles pour le « vin biologique » sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

2013

Le Cahier des charges défini l'aoc « Blaye »,
modifié par décret n° 2013-1093 du 29 novembre 2013,
publié au JORF du 3 décembre 2013

l’aire géographique de l’appellation « Blaye» couvre plus de 20 000 hectares.

Voir aussi : « Blaye - Côtes de Bordeaux »

 

 


Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Blaye » :
cahier des charges du 29 novembre 2013, publié au JORF du 3 décembre 2013
Pour les vins rouges

 

- cépages principaux :
        cabernet-sauvignon N, cabernet franc N, et merlot N ;
- cépages accessoires :
        carmenère N, cot N (ou malbec) et petit verdot N.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

La proportion des cépages principaux est supérieure ou égale à 50 % de l’encépagement.
La proportion de l’ensemble des cépages carmenère N et petit verdot N est inférieure ou égale à 15 % de l’encépagement.
La proportion du cépage carmenère N est inférieure ou égale à 10 % de l’encépagement.
La conformité de l’encépagement est appréciée sur la totalité des parcelles de l’exploitation produisant le vin de l’appellation d’origine contrôlée.

VINIFICATION

- la proportion des cépages principaux est supérieure ou égale à 50 % dans les assemblages ;
- la proportion du cépage cot N (ou malbec) est inférieure ou égale à 50 % ;
- la proportion de l’ensemble des autres cépages accessoires est inférieure ou égale à 15 %.




Ampélographie
( étude des cépages )


Cabernet Franc
cépage Vitis Biturica, ancêtre des cabernets.


Cépage : Cabernet Franc

Cabernet Sauvignon
Le cépage « Cabernet Sauvignon » très cultivé en Gironde d'où il serait originaire. Il est issu du croisement entre le cabernet franc et le sauvignon blanc .

 

HISTORIQUE

Ier siècle :

l’introduction du cépage : le « Biturica » (ancêtre des cabernets)

   

 

 

Sols et Climat


Le sol
est calcaire et gravelaux

Le Blayais présente trois ensembles géomorphologiques avec : une partie « estuarienne » de coteaux calcaires drainés vers l’Ouest et le Sud-Ouest par un réseau hydrographique court et encaissé, une partie interne de plateau, plus argileuse, drainée vers le Nord par un réseau hydrographique long morcelant peu le
paysage et enfin une région d’arrière-pays plus sableux au Nord et à l’Est où ne se sont développés que de rares cours d’eau intermittents, peu marqués dans la topographie.

La diversité géologique de la région se retrouve dans la nature des sols. Sur le socle calcaire, les sols sont bruns, peu argileux et peu épais, souvent de type rendzine. Sur l’intérieur du plateau, les sols bruns deviennent plus argileux et à tendance sableuse dans les pentes.
Au Nord et à l’Est de l’aire géographique, les sols localement sablo-graveleux sont majoritairement sableux gris à noirs, acides et reposent fréquemment sur un sous-sol induré ferrique de type « alios ». Ces « podzols » se déclinent en plusieurs nuances.

 


Le climat
est océanique

La présence de l'estuaire sous l’influence du climat océanique, accompagné certaines années de quelques dépressions automnales pluvieuses ou, au contraire d’arrière-saisons chaudes et très ensoleillées, est à l’origine d’un effet millésime marqué.

une durée d'ensoleillement soutenue (240 jours annuels), confèrent à cette région un climat tempéré et des conditions très favorables à la viticulture.

 

 

Fiche technique


L'AOC « Blaye » est réservée aux vins tranquilles rouges.


Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des charges du 29 novembre 2013,
publié au JORF du 3 décembre 2013

 

Vignoble


1° Conduite du vignoble

Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 6 000 pieds à l’hectare.

Un système de relevage est obligatoire.

La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à 7 500 kilogrammes par hectare.
Cette charge correspond à un nombre maximal de 13 grappes par pied.

 

2° Vendange

Maturité :

Les cépages Merlot doivent provenir de moûts contenant au minimum 210 grammes de sucre naturel par litre

Les autres cépages doivent provenir de moûts contenant au minimum 189 grammes de sucre naturel par litre

Les vins présentent un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 12 %

Rendement :

Le rendement de base est fixé à 48 hectolitres à l'hectare.

Le rendement butoir est fixé à 60 hectolitres par hectare.

Autres informations sur la vendange :

La vendange est nettoyée par le biais d’une ou plusieurs techniques (érafloir...).

 

Chai

 

1° Arrivée au Chai

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Enrichissement
Les techniques soustractives d'enrichissement (TSE) sont autorisées dans la limite d'un taux de concentration maximum de 15 %.
Les vins ne dépassent pas, après enrichissement, le titre alcoométrique volumique total de 14 % vol.

 

2° Vinification
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée « Blaye » doivent être vinifiés conformément aux usages locaux et constants. Ils bénéficient de toutes les pratiques œnologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

Elevage
Les vins font l'objet d'un élevage au moins jusqu'au 15 mars de la deuxième année qui suit celle de la récolte

Nos Commentaires :
Le cahier des charges n'interndit pas les Copeaux de Bois.
Par conséquence l'utilisation des copeaux de bois est autorisé pour cette appellation.

 

3 ° Contrôles :

Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance sous l'autorité de l'INAO sur la base d'un plan d'inspection approuvé.

 

Commercialisation


Date de mise à la consommation:

A l'issue de la période d'élevage, les vins ne peuvent être mis en marché à destination du consommateur qu'à partir du 31 mars de la deuxième année qui suit celle de la récolte.

Etiquette :
- L’étiquetage des vins bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée peut préciser l’unité géographique plus grande « Vin de Bordeaux » ou « Grand Vin de Bordeaux ».


 

Cartes et Photos


Carte du Vignoble du Bordelais
   

 

Adresses

Syndicat viticole   Site Internet
www.aoc-blaye.com
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxx
Château Bel-Air la Royère    
Château Mondésir-Gazin    
     

Les nouvelles sur l'appellation

 

 

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.