Fiche sur les vins AOC en France

Santenay

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes et Photos
Les adresses

Les nouvelles

 

Situation Géographique

Le vignoble de « Santenay » est situé dans la région viticole de la Bourgogne.

Le vignoble de « Santenay » est situé sur 2 communes du département de la Côte-d'Or (21) : Santenay et Remigny .

Le vignoble de « Santenay » comprend de climats :

LISTE DES CLIMATS
- « Beauregard » ;
- « Beaurepaire » ;
- « Clos Faubard » ;
- « Clos Rousseau » ;
- « Clos de Tavannes » ;
- « Clos des Mouches » ;
- « Grand Clos Rousseau » ;
- « La Comme » ;
- « La Maladière » ;
- « Les Gravières » ;
- « Les Gravières-Clos de Tavannes » ;
- « Passetemps ».

L’aire parcellaire de production a été modifié en novembre 1978 et en novembre 1997, pour les premier cru en septembre 1984.

 

 

 

 

Historique

ETYMOLOGIE

Origine du nom : Le mon « Santenay »


Regardez aussi : L'histoire de la Bourgogne

HISTOIRE

Le village de Santenay apparaît comme un centre rural important, à toutes les époques. De nombreux vestiges archéologiques, datés de différentes périodes, de la préhistoire et de la période gallo-romaine, en témoignent. Ce village est situé au bord d’une vallée qui offre une voie de communication importante entre le couloir rhodanien, le Sud du Morvan et les pays de la Loire.
De surcroît, une source thermale salée a, de tous temps, attiré les malades pour ses propriétés thérapeutiques.

92
L’édit de l'empereur romain Domitien, en 92, interdisait la plantation de nouvelles vignes hors d’Italie ; il fit arracher partiellement les vignes en Bourgogne afin d’éviter la concurrence.

280
Probus annula l'édit de Dominitien en 280.

Au IVème siècle

312
En 312, un disciple d'Eumène rédigea la première description du vignoble de la Côte d'Or.
La « Côte de Beaune » semble avoir porté un vignoble réputé dès les premiers siècles de notre ère. Au début du IVème siècle, EUMÈNE, rhéteur d’Autun, expose, dans son « Discours à Constantin », le triste état, dû à leur âge, des vignes du « Pagus arebrignus », près de Beaune.

Au VIème siècle

En 570, « La Côte de Beaune est couverte de vignes », écrit GRÉGOIRE DE TOURS, « …et il n’y a pas de liqueur préférable aux vins de ces coteaux ».

Au XIIIème siècle

Au XIIIème siècle, des vignes sont propriétés des abbayes de Cîteaux et Maizières, et de l’Ordre de Malte, tandis que l’évêque d’Autun détient une vigne nommée « Serpentine ». Situé aux portes de la ville de Beaune, le vignoble est partagé, de surcroît, entre les seigneuries locales et de grandes familles bourgeoises. Sa production est alors assimilée aux « vins fins » de la « Côte de Beaune ».

A partir du XIIIème siècle, de nombreuses citations relatives à l’existence du vignoble apparaissent. Les noms de certains lieudits, toujours réputés, sont couramment cités.

Au XIVème siècle

Le Château de Santenay appartenait jadis à Philippe le Hardi, fils du Roi de France Jean le Bon et Premier Duc de la Grande Bourgogne (1342 ~ 1404).
C'est pourquoi on l'appelle couramment « Château Philippe le Hardi »

1349
Vers 1349, lorsque l’on découvre le gamay comme nouveau cépage, les réactions de mécontentement se multiplient. Le nouveau plant, très productif, risque en effet de compromettre la qualité des vins de Bourgogne.

1395
En l'an 1395, Philippe le Hardi décida d’améliorer la qualité des vins et interdit la culture du gamay au profit du pinot noir dans ses terres.

Au XVème siècle

A partir du XVème siècle, les vins dits « de Beaune », produits en fait sur l’ensemble de la « Côte », sont commercialisés dans toute l’Europe. Ils sont l’image de marque du Duché de Bourgogne, à son apogée.
Ce sont des vins rouges, les « pinots vermeils », peu tanniques et capiteux, les seuls capables de voyager.

1416
Par l'édit de 1416, du roi Charles VI fixant les limites de production du vin de Bourgogne ( Voir le texte d'époque à la page: vignoble de Bourgogne en 1416 )
« les vins récoltés en amont du pont de Sens avec ceux du pays de l'Auxerrois comme ceux du pays de Beaunois seront considérés comme des vins de Bourgogne »

1477
En 1477, à la mort de Charles le Téméraire, le vignoble de Bourgogne
fut rattaché à la France, sous le règne de Louis XI.

Au XVIIIème siècle

Au XVIIIème siècle, le négoce-éleveur se développe dans la région bourguignonne, donne aux vins de Bourgogne une image nouvelle et organise leur large diffusion à l’échelle européenne. La « Côte de Beaune » alimente en « vins fins » les maisons de négoce beaunoises, qui tiennent une grande part du marché.

1789
A la révolution française de 1789, les biens monastiques sont confisqués et vendus aux enchères.

Au XIXème siècle

Au XIXème siècle et jusqu'au début du XXème siècle, les vins ne sont pas commercialisés sous le nom de « Santenay », mais se vendent alors sous les noms de « crus » réputés de la « Côte de Beaune ».

1829
« Santenay » est alors un des plus importants vignobles de la « Côte ». En 1829, près de 500 hectares sont plantés en « cépages fins », de la famille des « pinots ».

1855
En 1855, le Docteur LAVALLE, dans son ouvrage « Histoire et statistique de la vigne et des grands vins de la Côte d’Or », note que le vignoble de « Santenay » est conduit avec le plus grand soin, ce qui se traduit par des rendements élevés pour l’époque. Plusieurs « climats » sont classés dans les catégories « hors ligne » et « première cuvée » de sa hiérarchie. Ce sont les « climats » classés maintenant en « premier cru ».

1856
C’est au XIXème siècle qu’on été créées les sociétés de secours mutuels dont la vocation était de secourir ses membres malades ou endeuillés. Les confrères – artisans et vignerons – se mobilisaient alors, pour effectuer les travaux. Soutien et entraide étaient les mots d’ordre de ces confréries d’inspiration chrétienne. Etablie en 1856 et modifiée après les décrets de 1864 et 1870, celle de Santenay prit pour nom " La Fraternelle ", le 25 juin 1883 et fut inscrite sous le numéro 59 du Répertoire des Sociétés de la Côte d’Or. Elle comptait alors 151 membres parmi lesquels 76 vignerons , 17 propriétaires, 6 tonneliers, 2 commissionnaires en vins, 2 cultivateurs, 3 voituriers ; les artisans, au nombre de 45 étaient menuisiers, plâtriers, cordonniers, maçons, couvreurs, tourneurs, charpentiers, jardiniers, tailleurs de pierre, scieurs de long, maîtres d’hôtel, comptables, carriers, selliers, peintres, cantonniers, maréchal ferrand, bouchers, facteurs et musiciens.

1860
Le classement effectué par le Comité de viticulture de l’arrondissement de Beaune, en 1860, constitue l’aboutissement de ces études.
Pour chaque commune étudiée, chaque « climat » (nom local des lieudits) planté en « cépage fin » est classé sur une échelle de qualité.
Les « climats » qu’il cite apparaissent dans le classement du Comité de viticulture de l’arrondissement de Beaune, en 1860, qui relève près de 400 hectares de vignes de « vins fins » dont 92 hectares en « 1ère classe ». Ce classement orientera la reconnaissance des futurs « climats » classés sous la mention « premier cru ».

Au XXème siècle

1905
Création de la réprésion des fraudes en 1905 avec la définition de la notion de « Tromperie sur la marchandise », Loi du 1 août 1905 .
Quiconque, qu'il soit ou non partie au contrat, aura trompé ou tenté de tromper le contractant, par quelque moyen ou procédé que ce soit, même par l'intermédiaire d'un tiers :
- soit sur la nature, l'espèce, l'origine, les qualités substantielles, la composition ou la teneur en principes utiles de toutes marchandises ;
- soit sur la quantité des choses ou sur leur identité par la livraison d'une marchandise autre que la chose déterminée qui a fait l'objet du contrat ;
- soit sur l'aptitude à l'emploi, les risques inhérents à l'utilisation du produit, les contrôles effectués, les modes d'emploi ou les précautions à prendre,
Sera puni d'un emprisonnement de trois mois au moins, deux ans au plus et d'une amende de 1.000 F au moins, 250.000 F au plus ou de l'une de ces deux peines seulement.

1930
A partir des années 1930, le vignoble de « Santenay » prend son essor et se forge une identité propre.

1936
l’appellation d’origine contrôlée « Santenay », initialement reconnue par le
décret du 8 décembre 1936.

1943
En 1943, une liste de « climats » pouvant bénéficier de la mention « premier cru » est reconnue.
Il s’agit des « crus » les plus réputés, identifiés en particulier en 1860. En effet, depuis le XVIIIème siècle, les vignobles et les fondements de leur qualité sont largement étudiés et nombre d’auteurs fournissent pour la Bourgogne des classifications de « crus ». Le classement effectué par le Comité de viticulture de l’arrondissement de Beaune, en 1860, constitue l’aboutissement de ces études. Pour chaque commune étudiée, chaque « climat » (nom local du lieudit,) planté en « cépage fin » est classé sur une échelle de
qualité.
A Santenay, sur 250 hectares de vignes de « vins fins », 40 hectares sont en « 1ère classe » et 115 hectares en « 2ème classe ».

1956
Les vins ayant droit aux appellations susvisées devront provenir de vignes qui auront été plantées et taillées, conformément aux dispositions de l'arrêté du 17 septembre 1956.

1963
Santenay eut l’honneur de recevoir la Saint Vincent Tournante une première fois en 1963.

1974
Les vins ne peuvent être mis en circulation avec cette appellation sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

1978
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent des 2 et 3 novembre 1978.

1984
Les vins susceptibles de bénéficier de la mention « premier cru » sont issus exclusivement des vignes situées dans l’aire parcellaire de production particulière telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors de la séance du comité national compétent du 20 septembre 1984.

1989
Santenay eut l’honneur de recevoir pour le second fois, la Saint Vincent Tournante une première fois en 1989.

A la suite du succès de la Tournante, la Confrérie de Saint Vincent élargit son champ d’action en 1989. Elle prit alors pour nom : Confrérie de Saint Vincent et des Grumeurs de Santenay.

Modifié, Décret du 23 mai 1989
les vins doivent provenir de raisins récoltés à bonne maturité et présenter un titre alcoométrique volumique naturel minimum de : 10,5 % pour les vins rouges ; 11 % pour les vins blancs. Ne peut être considéré comme étant à bonne maturité tout lot unitaire de vendange présentant une richesse en sucre inférieure à : 171 grammes par litre de moût pour les vins rouges ; 170 grammes par litre de moût pour les vins blancs. En outre, lorsque l'autorisation d'enrichissement par sucrage à sec est accordée, les vins ne doivent pas dépasser un titre alcoométrique volumique total de 13,5 % pour les vins rouges et 14 % pour les vins blancs, sous peine de perdre le droit à l'appellation considérée. Les vins pour lesquels a été revendiquée l'adjonction soit du nom du climat d'origine, soit de l'expression " premier cru ", soit de l'un et de l'autre, à celui de l'une des appellations contrôlées susvisées, doivent provenir de raisins récoltés à bonne maturité et présenter un titre alcoométrique volumique naturel minimum de : 11 % pour les vins rouges ; 11,5 % pour les vins blancs. Ne peut être considéré comme étant à bonne maturité tout lot unitaire de vendange présentant une richesse en sucre inférieure à : 180 grammes par litre de moût pour les vins rouges ; 178 grammes par litre de moût pour les vins blancs. En outre, lorsque l'autorisation d'enrichissement par sucrage à sec est accordée, les vins ne doivent pas dépasser un titre alcoométrique volumique total de 14 % pour les vins rouges et 14,5 % pour les vins blancs, sous peine de perdre le droit à l'appellation considérée. Toutefois, le bénéfice de l'une ou l'autre des appellations susvisées peut être accordé aux vins d'un titre alcoométrique volumique total supérieur aux limites susvisées et élaborés sans aucun enrichissement, si le déclarant justifie d'un certificat ne pourront être déclarés après la récolte, offerts au public, délivré par l'Institut national des appellations d'origine des vins et eaux-de-vie après enquête effectuée sur sa demande présentée avant la vendange des vignes concernées. Les notifications des dérogations visées à l'alinéa précédent doivent être adressées aux services locaux de la direction générale des impôts et de la direction de la consommation et de la répression des fraudes. Les limites visées aux alinéas ci-dessus peuvent être modifiées lorsque les conditions climatiques le justifieront par arrêté conjoint du ministre de l'agriculture et du ministre chargé du budget et de la consommation, sur proposition de l'Institut national des appellations d'origine des vins et eaux-de-vie, après avis des syndicats de producteurs intéressés.
Le rendement de base à 40 hectolitres pour les vins rouges et 45 hectolitres pour les vins blancs par hectare.

1997
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent des 4 et 5 novembre 1997.

Au XXI ème siècle

2002

Cahier des charges de l’appellation d’origine contrôlée « Santenay »
Décret du 29 août 2002 modifiant le décret du 21 mai 1970

2003
Avec la canicule de 2003, les vendanges débutèrent pour certains domaines cette année-là à la mi-août, soit avec un mois d'avance, des vendanges très précoces qui ne s'étaient pas vues depuis 1422 et 1865 d'après les archives.

2008
Le vignoble couvre, en 2008, une superficie d’environ 330 hectares, dont 140 hectares classés en « premier cru », pour une production moyenne annuelle de 12000 hectolitres de vins rouges et près de 2300 hectolitres de vins blancs.

2009
C'est la fin d'un usage qui remontait au Moyen-Age: en Bourgogne, il n'y a plus de ban des vendanges. Les viticulteurs sont libres de décider eux-mêmes du jour où ils commencent à cueillir les raisins.

Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.


2011

Cahier des charges de l’appellation d’origine contrôlée « Santenay »
homologué par le décret n° 2011-1765 du 2 décembre 2011,
JORF du 6 décembre 2011

2012

Décret n° 2012-655 du 4 mai 2012 relatif à l'étiquetage et à la traçabilité des produits vitivinicoles et à certaines pratiques œnologiques, JORF n°0107 du 6 mai 2012

Les règles pour le « vin biologique » sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

 


Regardez aussi : L'histoire de la Bourgogne

 

 



Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Santenay » :
Cahier des Charges du 02 décembre 2011
Pour les vins blancs chardonnay B et pinot blanc B.
Pour les vins rouges

cépage principal : pinot noir N ;
cépages accessoires : chardonnay B, pinot blanc B, pinot gris G.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

Pour les vins rouges, les cépages accessoires sont autorisés uniquement en mélange de plants dans les vignes. Leur proportion totale est limitée à 15 % au sein de chaque parcelle.

VINIFICATION

Les vins rouges produits à partir de parcelles complantées en mélange de plants, sont vinifiés par assemblage de raisins.


Historique

Pinot Noir :
appelé localement aussi « Pinot noirien », « Pinot beurot », « Pinot liebault »

Chardonnay :
Le cépage Chardonnay B provient, d'après les analyses génétiques publiées, d'un croisement entre le Pinot et le Gouais B.
Le chardonnay n'est apparu en France qu'au début du 20e siècle ! Jusqu'à la fin du 19e siècle en Bourgogne, point de trace de ce cépage, il était comfondu avec le pinot blanc. C'est Pierre Galet en 1958 qui a permis de le différencier définitivement du « pinot blanc B ».

La présence de vignes sur le territoire de la commune de Savigny-lès-Beaune est attestée dès le Xème siècle. En 947, l’évêque de Besançon y possède un vignoble.

1349 : Découverte du cépage Gamay en Bourgogne.
1395 : Le cépage Gamay est interdit au profit du « Pinot Noir »
1824 : le vignoble de la commune de Savigny-lès-Beaune comprend 400 hectares           plantés en « cépages fins », et environ 300 hectares de « gamays »,
           produisant des vins dits « ordinaires ».
1937 - Décret : Seront néanmoins tolérés dans l'encépagement des vignes            produisant le vin ayant droit à ladite appellation et pendant une durée            maximum de quinze ans, les plants dits de Renevey, étant spécifié qu'à partir            de l'année 1938 ce cépage sera interdit dans toutes les plantations et dans            tous les remplacements.
           L'usage local d'incorporer dans les vignes destinées à produire les vins à            appellation contrôlée un certain nombre de plants blancs
          Pinot blanc ou gris et Chardonnay, dont le pourcentage peut s'élever à 15 %            au maximum, reste autorisé.
1938 : Renevey, à partir de l'année 1938, sera interdit dans toutes les plantations
           et remplacements.
1951 : le cépage Renevey est interdit
1958 : C'est Pierre Galet en 1958 qui a permis de le différencier définitivement
           le « pinot blanc B » et le Chardonnay.
1997 : Grâce à une équipe américaine conduite par Carole Meredith à l'université            de Davis, l'analyse ADN du cépage a montré que le chardonnay est un            hybride entre le pinot noir et le gouais, un cépage blanc du Moyen Age
           qui a disparu depuis
2009 : Pinot Beurot, Pinot Liébault ont disparu du « cahier des charges »

 

 

Sols et Climat

Le sol est composé de calcaires bruns ou calciques surmontent des calcaires ou des marnes jurassiques.

La zone géographique se situe au sud du vignoble de la « Côte de Beaune », relief rectiligne s'allongeant sur environ 25 kilomètres selon une direction générale nord-est/sud-ouest. Ce relief d'origine tectonique sépare les plateaux calcaires des « Hautes Côtes », à l'ouest, d’une altitude comprise entre 400 mètres et 500 mètres, et la plaine de Bresse, à l'est, fossé d'effondrement tertiaire dont l'altitude, au droit de la « Côte », avoisine 250 mètres.

La zone géographique s’étend sur le territoire des communes de Santenay, dans le département de la en Côte-d'Or, et de Remigny, dans le département de Saône-et-Loire, au sud de la ville de Beaune, en Bourgogne.

A Santenay, la « Côte » s’incurve vers l’ouest et se prolonge sur la rive gauche de la vallée de la Dheune, rivière drainant l’arrière-pays granitique. Les coteaux sont alors essentiellement exposés vers le midi.

Le substrat géologique est composé d'une alternance de calcaires et marnes (calcaires argileux) du Jurassique moyen et supérieur.
L’agencement des couches sédimentaires est bousculé par une intense fracturation. Cette structure induit, dans le paysage, une topographie complexe, au sein de laquelle se distribuent, dans un désordre apparent, des croupes rocheuses parfois couvertes de bois maigres, et des niveaux de marnes sur lesquels le vignoble est préférentiellement implanté.

La partie basse du versant est plus régulière. Les affleurements calcaires sont masqués par des épandages mêlant des éboulis à des argiles et limons, issus de l'altération du sous-sol et des reliefs sus-jacents. La nature des épandages dépend de leur position sur le talus. Très pierreux et peu épais, en haut de versant,
où ils laissent affleurer les calcaires durs, ils sont plus riches en particules fines et plus épais, en piémont (quelques décimètres à 1 mètre). Ces épandages s’étalent largement en bordure de vallée où ils constituent un piémont aux sols filtrants, modérément fertiles.

Les sols sont peu évolués, généralement carbonatés et peu épais, bien drainants, en particulier sur le substrat calcaire. Ils s'organisent en topo-séquences, allant de sols maigres très calcaires, en haut de versant, s'enrichissant en argile, en allant vers le bas, jusqu'à des sols relativement profonds (0,50 mètre) et décarbonatés en surface, sur les épandages de piémont.

Les parcelles délimitées pour la récolte des raisins sont situées sur le coteau, à une altitude comprise entre 210 mètres et 450 mètres, exposés au sud en position bien abritée, sur tous les types de substrat à l'exception des bancs de calcaire les plus durs, dépourvus de couverture pédologique. L’aire parcellaire délimitée classe également les parcelles situées en piémont, sur des épandages argileux et graveleux bien drainés.

 

Le Climat est est dominé par une tendance océanique fraîche, perturbée par des influences continentales ou méridionales conduites par l'axe Rhône-Saône.

Le caractère océanique régional se manifeste par un régime pluviométrique modéré et régulier (environ 750 millimètres par an), sans sécheresse estivale affirmée.

Les températures témoignent d'une certaine fraîcheur avec une moyenne annuelle de 10,5°C.

La « Côte », à l'est du massif du Morvan et des plateaux de Bourgogne, bénéficie d'un abri climatique se concrétisant par un méso-climat plus chaud que le climat général de la région, ainsi qu'un déficit pluviométrique notable, propices à la viticulture de qualité.

 

 

 

 


Fiche technique

L'AOC « Santenay » produit des vins blancs et rouges .

Dénomination géographique complémentaire «Côte de Beaune » Vins tranquilles rouges

Vignoble

Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des charges
du 02 décembre 2011


1° Conduite du vignoble

Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 9000 pieds par hectare.

La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à :
- 10500 kilogrammes par hectare, pour les vins blancs ;
- 9000 kilogrammes par hectare, pour les vins rouges.

L’irrigation est interdite.

2° Vendange

Maturité :
un titre alcoométrique volumique naturel minimum de :
10,5 % pour les vins rouges et 11 % pour les vins blancs.
Ne peut être considéré comme étant à bonne maturité tout lot unitaire de vendange présentant une richesse en sucre inférieure à :
180 grammes par litre de moût pour les vins rouges ;
178 grammes par litre de moût pour les vins blancs.

Premier cru
un titre alcoométrique volumique naturel minimum de :
11 % pour les vins rouges
et 11,5 % pour les vins blancs.
Ne peut être considéré comme étant à bonne maturité
tout lot unitaire de vendange présentant
une richesse en sucre inférieure à :
189 grammes par litre de moût pour les vins rouges ;
187 grammes par litre de moût pour les vins blancs.

Rendement :
Le rendement est fixé à
- AOC
           pour les vins blancs : 57 hectolitres par hectare
           pour les vins rouges : 50 hectolitres par hectare

- « premier cru »
         pour les vins blancs : 55 hectolitres par hectare
         pour les vins rouges : 48 hectolitres par hectare

Divers :
La vendange est protégée de la pluie pendant son transport et lors de sa réception.

 

Chai

1° Arrivée en cave

L'aire de production des vins
L'aire de production des vins ayant droit à cette appellation d'origine contrôlée est délimitée à l'intérieur de communes indiqué dans le cahier des Charges.

Enrichissement
Les techniques soustractives d’enrichissement (TSE) sont autorisées pour les vins rouges dans la limite
d’un taux de concentration de 10 % ;

- Après enrichissement, les vins ne dépassent pas le titre alcoométrique volumique total de 13,5 % ;
- Après enrichissement, les vins susceptibles de bénéficier de la mention « premier cru », ne dépassent
pas le titre alcoométrique volumique total de 14 %.

2° Vinification:
Les vins ayant droit à l'appellation contrôlée devront provenir des raisins récoltés à bonne maturité et vinifiés conformément aux usages locaux, ils bénéficieront de toutes les pratiques oenologiques actuellement autorisées par les lois et règlements en vigueur.

- L’utilisation de morceaux de bois est interdite.

Elevage
- Les vins font l’objet d’un élevage au moins jusqu’au 15 mars de l’année qui suit celle de la récolte ;
- La température des contenants, au cours de la phase d’élevage, est maîtrisée et inférieure ou égale à 25°C.


3° Contrôles
Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance, pour le compte de l'INAO, sur la base d'un plan de contrôle approuvé.

Les bulletins d'analyse sont effectués et conservés par le vignerons ou négociant, pendant une période de 6 mois à compter de la date de conditionnement.

 

 

Commercialisation

Etiquetage

AOC « Santenay » pour les Vins tranquilles blancs ou rouges
AOC « Santenay » complétée par la mention « premier cru » :
Pour les Vins tranquilles blancs ou rouges

Dénomination géographique complémentaire
«Côte de Beaune » uniquement pour les Vins tranquilles rouges

Mise en marché à destination du consommateur

A l’issue de la période d’élevage, les vins sont mis en marché à destination du consommateur à partir du 31 mars de l’année qui suit celle de la récolte.


Cartes et Photos


Carte du Vignoble de la Bourgogne

Carte du vignoble de santenay

Les grumeurs de Santenay - St vincent 2010
Vidéo de france3 sur le vignoble de Santanay de 2010
   

 

Adresses

La Confrérie des Grumeurs de Santenay   Site Internet
www.grumeurs.fr
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Château de Santenay
21590
Santenay
Site Internet
www.chateau-de-santenay.com/
Domaine Anne CLAIR
2, Rue Lavau
21590
Santenay
 
Domaine de la Choupette
2, Place de la Mairie
21590
Santenay
 
Domaine Fleurot-Larose
Château du Passe Temps
21590
Santenay
Tél: 03.80.20.61.15
Domaine Ponsard-Chevalier
21590
Santenay
Tél: 03.80.20.60.87

Vignoble Clair

Françoise et Denis Clair

14 rue de la Chapelle
21590
Santenay
Tél: 03.80.20.61.96
     

 

 

Les nouvelles sur l'appellation

 

 

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.