Fiche sur les vins AOC en France

Nuits Saint Georges

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Les adresses
Les nouvelles
Cartes et Photos

 

 

Situation Géographique

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée« Nuits Saint Georges » est situé dans la région viticole de la Bourgogne .

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Nuits Saint Georges » est situé sur les communes de Nuits-Saint-Georges et Premeaux en Côte d'Or.

Liste des premiers crus:

- commune de Nuits-Saint-Georges :

Aux Champs Perdrix, En la Pierre Noblot, Les Damodes, Aux Boudots,
Aux Cras, La Richemone, Aux Murgers, Aux Vignerondes, Aux Chaignots,
Aux Thorey, Aux Argilas, Aux Bousselots, Les Perrières, Les Hauts Pruliers,
Chateau Gris, Les Crots, Rue de Chaux, Les Procès, Les Pruliers, Roncière,
Les Saints-Georges, Les Cailles, Les Porets Saints-Georges,
Clos des Porets Saints-Georges, Les Vallerots, Les Poulettes,
Les Chaboeufs, Les Vaucrains et Chaines Carteaux.

- commune de Premeaux :

Clos des Grandes Vignes, Clos de la Maréchale, Clos Arlot,
Les Terres Blanches, Les Didiers, Clos des Forêts Saints-Georges, Aux Perdrix,
Clos des Corvées, Clos des Corvées Pagets, Clos Saint-Marc,
Les Arguillières et Clos des Arguillières.


 

 

 

Historique

ETYMOLOGIE

Origine du nom :
Le nom de Saint-Georges est directement lié à la production de vin. Au IVe siècle, Philibert de Mollans aurait rapportés à Nuits les reliques de Georges de Lydda, martyr chrétien persécuté par l'empereur Dioclétien, un clos de vignes de la paroisse aurait alors pris le nom de Saint-Georges.

Regardez aussi : L'histoire de la Bourgogne

HISTOIRE

Il remonte avec l'arrivée des Romains.

La commune de Nuits-Saint-Georges est un centre viticole historique. Située, à l’instar de Beaune, sa voisine, au coeur du vignoble de « la Côte », elle semble avoir dès le haut Moyen-Âge une activité viticole importante.

92
L’édit de l'empereur romain Domitien, en 92, interdisait la plantation de nouvelles vignes hors d’Italie ; il fit arracher partiellement les vignes en Bourgogne afin d’éviter la concurrence.

280
Probus annula l'édit de Dominitien en 280.

Au IVème siècle

312
En 312, un disciple d'Eumène rédigea la première description du vignoble de la Côte d'Or.
La « Côte de Beaune » semble avoir porté un vignoble réputé dès les premiers siècles de notre ère. Au début du IVème siècle, EUMÈNE, rhéteur d’Autun, expose, dans son « Discours à Constantin », le triste état, dû à leur âge, des vignes du « Pagus arebrignus », près de Beaune.

Au VIème siècle

En 570, « La Côte de Beaune est couverte de vignes », écrit GRÉGOIRE DE TOURS, « …et il n’y a pas de liqueur préférable aux vins de ces coteaux ».

Au XIème siècle

1023
A Vergy, Le Cru « St Georges » fût donné en 1023 au chapitre de Saint-Denis que venait de créerHubert de Vergy, seigneur de Nuits.

Au XIVème siècle

 

1349
Vers 1349, lorsque l’on découvre le gamay comme nouveau cépage, les réactions de mécontentement se multiplient. Le nouveau plant, très productif, risque en effet de compromettre la qualité des vins de Bourgogne.

1351
interdiction aux vendeurs de donner un nom qui ne serait pas du pays d'origine du vin sous peine d'amende et de confiscation ( sous le régne de Jean le Bon, roi de France de 1350 à 1364)

1360
ordonnance du conseil du roi ( une ordonnance royale de Jean Le Bon ) qui classe le vin en 3 catégories -vins français (île de France) –vin de bourgogne-vins de grand prix (beaujolais à St Pourçain)

1395
Au 14ème siècle, Philippe-le-Hardi, fit interdire le plant 'Gamay' au profit du 'Pinot' afin de mieux garantir la qualité de nos vins, par l'ordonnance de 6 août 1395, dans le Duché de Bourgogne et ses terres.

Au XVème Siècle

A partir du XVème siècle, les vins dits « de Beaune », produits en fait sur l’ensemble de la « Côte », sont commercialisés dans toute l’Europe. Ils sont l’image de marque du Duché de Bourgogne, à son apogée.
Ce sont des vins rouges, les « pinots vermeils », peu tanniques et capiteux, les seuls capables de voyager.

1416
Par l'édit de 1416, du roi Charles VI fixant les limites de production du vin de Bourgogne ( Voir le texte d'époque à la page: vignoble de Bourgogne en 1416 )
« les vins récoltés en amont du pont de Sens avec ceux du pays de l'Auxerrois comme ceux du pays de Beaunois seront considérés comme des vins de Bourgogne »

1422
En 1422, les vendanges débutèrent à la mi-août.

1477
En 1477, à la mort de Charles le Téméraire, le vignoble de Bourgogne
fut rattaché à la France, sous le règne de Louis XI.

Au XVIIIème Siècle

Au XVIIIème siècle, le négoce-éleveur se développe dans la région, donne aux vins de « Bourgogne » une image nouvelle et organise leur large diffusion à l’échelle européenne. A cette époque, naissent, sur la commune de Nuits, des maisons de négoce qui vont marquer l’histoire viticole de la région.
La commune de Nuits se positionne alors comme le second centre de commerce du vin de Bourgogne aux côtés de Beaune. La « Côte » alimente en « vins fins » les maisons de négoce, qui tiennent une grande part du marché.

1789
Depuis la révolution française de 1789, l’extrême valorisation du patrimoine foncier et la réputation internationale des vins de Bourgogne ont conduit à un très important morcellement des terres.

 

Au XIXème Siècle

1816
Dès 1816, Jullien cite, en première classe, le lieudit « Saint-Georges », sur la commune de Nuits-Saint-Georges, ainsi que le « Clos de Premeau », sur la commune de Premeaux-Prissey, et, en deuxième classe, l’ensemble du vignoble des deux communes.

1830
Dans les décennies 1830-1840, la pyrale survint et attaqua les feuilles de la vigne.

1849
En 1849, l'arrivée du chemin de fer à Nuits permet de plus grands échanges commerciaux.

1860
Depuis le XVIIIème siècle, les vignobles et leurs facteurs de qualité sont largement étudiés et nombre d’auteurs fournissent pour la Bourgogne des classifications de « crus, » dont le classement effectué par le Comité de viticulture de l’arrondissement de Beaune, en 1860, constitue un aboutissement.
Sur le territoire des communes de la « Côte », chaque « climat » (nom d'usage, le plus souvent un nom de lieudit) planté en « cépage fin » est classé sur une échelle de qualité.
Le classement du comité de viticulture de l’arrondissement de Beaune, en 1860, relève environ 300 hectares « de vignes de vins fins » pour les deux communes, dont 100,53 hectares en « 1ère classe ». Ce classement orientera la reconnaissance des futurs « climats » reconnus sous la mention « premier cru ».

1865
En 1865, les vendanges débutèrent pour certains domaines cette année-là à la mi-août.

1879
D'abord l'oïdium, puis le surtout phylloxéra qui apparait en 1879, à Nuits Saint-Georges et finit par entrainer l'arrachage total des plants anciens et leur remplacement par des vignes sur porte-greffes américains.

1892
Signe d’une image d’excellence bien établie, la commune de Nuits adjoint, à son nom, celui de son « cru » le plus prestigieux, en 1892, devenant ainsi Nuits-Saint-Georges.

À la fin de ce siècle arrivèrent deux nouveaux fléaux de la vigne. Le premier fut le mildiou, autre maladie cryptogamique, le second le phylloxéra.

Au XXème Siècle

1904
En 1904, à Nuits-Saint-Georges, Henri Challand (vigneron) débute ses premières fabrications de jus de raisin, afin de vendre son éxédant en vin.

1910
Le mildiou provoque un désastre considérable dans les cultures en 1910, dans le vignoble de Nuits Saint-Georges.

1911
La première cave coopérative viticole apparait en 1911.

1926
Pampryl est née en 1926, à Nuits-Saint-Georges, lorsque des viticulteurs français ( négoce de vins Maillard et Grivot) qui avaient du mal à exporter leur production.

1934
En 1934, en pleine période de difficultés économiques pour la Bourgogne, quelques producteurs « nuitons » se rassemblent pour créer la « Confrérie des chevaliers du tastevin ». Cette association, archétype des confréries vineuses, a pour but d’assurer la promotion et le rayonnement des vins de Bourgogne dans le monde entier.

En 1934, les limites géographiques de l’appellation d’origine « Nuits-Saint-Georges » sont fixées lors d’un jugement du tribunal civil de Beaune.

1936
L'apellations Nuits-Saint-Georges est reconnue par un décret du 11 septembre 1936.

1943
En 1943, une liste de « climats » pouvant bénéficier de la mention « premier cru » est reconnue pour « Nuits-Saint-Georges ». Il s’agit des « crus » les plus réputés, identifiés en particulier en 1860.

1962
Le 13 mai 1962, se tient la première vente aux enchères des vins des Hospices de Nuits-Saint-Georges. Les fonds qui y sont récoltés finance à la fois l'établissement et une association à but caritatif.

1970
En 1970, les villages de Concœur et Corboin fusionnent avec Nuits-Saint-Georges.

1971
La mission Apollo 15 a déposé, en 1971, une étiquette de « Nuits-Saint-Georges », cuvée « terre-lune », et baptisé un des cratères lunaires « Cratère Saint-Georges ».

1974
Les vins ne peuvent être mis en circulation avec une AOC sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

Au XXIème siècle

2003
Avec la canicule de 2003, les vendanges débutèrent pour certains domaines cette année-là à la mi-août, soit avec un mois d'avance, des vendanges très précoces qui ne s'étaient pas vues depuis 1422 et 1865 d'après les archives.

2009
C'est la fin d'un usage qui remontait au Moyen-Age: en Bourgogne, il n'y a plus de ban des vendanges. Les viticulteurs sont libres de décider eux-mêmes du jour où ils commencent à cueillir les raisins.

Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

Le vignoble couvre, en 2009, une superficie d’environ 300 hectares, dont 148 hectares classés en « premier cru », pour une production moyenne annuelle de 13400 hectolitres La production de vin blanc ne représente que 300 hectolitres environ pour 6 hectares. Les vins sont commercialisés pour près des deux tiers par les producteurs.

2011

Cahier des charges de l'AOC « Nuits-Saint-Georges »
homologué par le décret n° 2011-1762 du 2 décembre 2011,
JORF du 6 décembre 2011

2013

Le cépage pinot noir N constitue la base de l’encépagement du vignoble. Cependant, le cépage chardonnay B est également présent mais ne représente que 2 % de l'encépagement, principalement regroupé dans le secteur de Premeaux-Prissey.

Cahier des charges de l'AOC « Nuits-Saint-Georges »
le décret n°2013-1100 du 2 décembre 2013,
JORF du 4 décembre 2013

2015
Les « climats » du vignoble français de Bourgnogne sont inscrits au Patrimoine mondial de l’Humanité, a annoncé l’Unesco, le samedi 4 juillet .
Les « climats » du vignoble de Bourgogne sont, eux, « des parcelles de vignes précisément délimitées sur les pentes de la côte de Nuits et de Beaune, au sud de Dijon », précise l’organisation. Ces parcelles donnent chacune un caractère unique au vin.

 


Regardez aussi : L'histoire de la Bourgogne


 

 

 

Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Nuits Saint Georges » :
Vins blancs
chardonnay B et pinot blanc B
Vins rouges

Pinot noir

cépages accessoires :
chardonnay B, pinot blanc B, pinot gris G.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

Pour les vins rouges, les cépages accessoires sont autorisés uniquement en mélange de plants dans les vignes. Leur proportion totale est limitée à 15 % au sein de chaque parcelle.

VINIFICATION

Les vins rouges produits à partir de parcelles complantées en mélange de plants, sont vinifiés par assemblage de raisins.

 

Historique

Pinot Noir :
appelé localement aussi « Pinot noirien », « Pinot beurot », « Pinot liebault »

Chardonnay :
Le cépage Chardonnay B provient, d'après les analyses génétiques publiées, d'un croisement entre le Pinot et le Gouais B.
Le chardonnay n'est apparu en France qu'au début du 20e siècle ! Jusqu'à la fin du 19e siècle en Bourgogne, point de trace de ce cépage, il était comfondu avec le pinot blanc. C'est Pierre Galet en 1958 qui a permis de le différencier définitivement du « pinot blanc B ».

1349 : Découverte du cépage Gamay en Bourgogne.
1395 : Le cépage Gamay est interdit au profit du « Pinot Noir »
1937 - Décret : Seront néanmoins tolérés dans l'encépagement des vignes            produisant le vin ayant droit à ladite appellation et pendant une durée            maximum de quinze ans, les plants dits de Renevey, étant spécifié qu'à partir            de l'année 1938 ce cépage sera interdit dans toutes les plantations et dans            tous les remplacements.
           L'usage local d'incorporer dans les vignes destinées à produire les vins à            appellation contrôlée « Aloxe-Corton » un certain nombre de plants blancs            Pinot blanc ou gris et Chardonnay, dont le pourcentage peut s'élever à 15 %            au maximum, reste autorisé.
1938 : Renevey, à partir de l'année 1938, sera interdit dans toutes les plantations
           et remplacements.
1951 : le cépage Renevey est interdit
1958 : C'est Pierre Galet en 1958 qui a permis de le différencier définitivement
           le « pinot blanc B » et le Chardonnay.
1997 : Grâce à une équipe américaine conduite par Carole Meredith à l'université            de Davis, l'analyse ADN du cépage a montré que le chardonnay est un            hybride entre le pinot noir et le gouais, un cépage blanc du Moyen Age
           qui a disparu depuis
2009 : Pinot Beurot, Pinot Liébault ont disparu du « cahier des charges »
2013 : Le cépage pinot noir N constitue la base de l’encépagement du vignoble.           Cependant, le cépage chardonnay B est également présent mais ne
           représente que 2 % de l'encépagement, principalement regroupé dans
           le secteur de Premeaux-Prissey.

 

 

 

 

Sols et Climat

Le sol est composé de calcaire.

A « Nuits-Saint-Georges », le front de « la Côte », d'environ 150 mètres de dénivelé, est constitué d'une série de calcaires du Bajocien et Bathonien (Jurassique moyen) dont le « calcaire de Comblanchien », particulièrement compact, forme l'ossature.

Un niveau de marnes (calcaires argileux) du Bajocien s'intercale dans la série calcaire dans la partie basse du versant, se marquant, dans la topographie, par un léger replat.

Le relief est interrompu par une vallée encaissée, drainant l'arrière-pays, où coule une petite rivière intermittente, le Meuzin. A son débouché, un large cône de déjection est occupé, en partie, par la commune de Nuits-Saint-Georges.

Le substrat calcaire des versants est souvent masqué par des épandages mêlant des éboulis à des argiles et limons issus de l'altération du sous-sol et des reliefs sus-jacents. La nature des épandages dépend de leur position sur le talus. Très pierreux et peu épais en haut de versant, ils sont plus riches en particules fines, en piémont, et plus épais (quelques décimètres à 1 mètre).

En haut de versant, apparaît une formation particulière, en placage sur le calcaire dur, constituée de graviers cryoclastiques (générés pendant les glaciations quaternaires), très filtrants et peu fertiles. Le cône de déjection du Meuzin est constitué de formations alluviales graveleuses, calcaires et bien drainées.

Les parcelles délimitées pour la récolte des raisins occupent le front de « Côte », de part et d'autre de la vallée du Meuzin, lorsque les formations superficielles sont suffisamment développées pour permettre à la fois l'enracinement et un drainage satisfaisant, ainsi que le cône de déjection, dans sa partie amont.

Les sols y sont peu évolués, généralement carbonatés et peu épais, bien drainants, en particulier sur le substrat calcaire. Ils s'organisent en topo-séquences, allant de sols maigres très calcaires, en haut de versant, s'enrichissant en argile, en allant vers le bas, jusqu'à des sols relativement profonds (0,50 mètre) et décarbonatés en surface, sur les épandages de piémont et le cône.

 

Le Climat est océanique frais, perturbé par des influences continentales ou méridionales conduites par l'axe Rhône-Saône.

Le caractère océanique régional se manifeste par un régime pluviométrique modéré et
régulier (environ 750 millimètres par an), sans sécheresse estivale affirmée.

Les températures témoignent d'une certaine fraîcheur avec une moyenne annuelle de 10,5°C. La « Côte », à l'est du massif du Morvan et des plateaux de Bourgogne, bénéficie d'un abri climatique lui assurant un avantage thermique ainsi qu'un déficit pluviométrique notable pour la région.

 

 

 

 

 

Fiche technique

L'AOC « Nuits Saint Georges » produit des vins


Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des charges
du 02 décembre 2013

 

Vignoble

 

1° Conduite du vignoble

Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 9000 pieds par hectare.

La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à :
- 10500 kilogrammes par hectare, pour les vins blancs ;
- 9000 kilogrammes par hectare, pour les vins rouges.

Afin de préserver les caractéristiques du milieu physique et biologique qui constitue un élément fondamental du terroir :
- L’enherbement ou l'empierrement des tournières est obligatoire, sauf en cas de travaux ponctuels d'aménagement de parcelles ;
- Toute modification substantielle de la morphologie, du sous-sol, de la couche arable ou des éléments permettant de garantir l’intégrité et la pérennité des sols d’une parcelle destinée à la production de l'appellation d'origine contrôlée est interdite, à l’exclusion des travaux de défonçage classique.

L’irrigation est interdite.

2° Vendange

La vendange est protégée de la pluie pendant son transport et lors de sa réception.

Maturité :
un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 10,5 % pour les vins rouges ; et de 11 % pour les vins blancs.

une richesse en sucre égale ou supérieure à 180 grammes par litre de moût pour les vins rouges ;et à 178 grammes par litre de moût pour les vins blancs.

Pour les « Premier Cru »

un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 11 % pour les vins rouges ; et de 11,5 % pour les vins blancs.

une richesse en sucre égal ou supérieure à 189 grammes par litre de moût pour les vins rouges ; et à 187grammes par litre de moût pour les vins blancs.

 

Rendement :
Le rendement est fixé à
- AOC « Nuits-Saint-Georges »
           50 hectolitres pour les vins rouges
            et à 57 hectolitres pour les vins blancs par hectare.
- « premier cru »
           48 hectolitres pour les vins rouges
            et à 55 hectolitres pour les vins blancs par hectare



Chai

1° arrivée au Chai

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Enrichissement
Les techniques soustractives d’enrichissement (TSE) sont autorisées, pour les vins rouges, dans la limite d’un taux de concentration de 10 % .
Après enrichissement, les vins ne dépassent pas le titre alcoométrique volumique total de 13,5 % ;
- Après enrichissement, les vins susceptibles de bénéficier de la mention « premier cru », ne dépassent
pas le titre alcoométrique volumique total de 14 %.

2° Vinification
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée doivent être vinifiés conformément aux usages locaux. Ils bénéficient de toutes les pratiques oenologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

L’utilisation de morceaux de bois est interdite.

Les vins font l’objet d’un élevage au moins jusqu’au 15 juin de l’année qui suit celle de la récolte.


3° Contrôles
Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance, pour le compte de l'INAO, sur la base d'un plan de contrôle approuvé.

Les bulletins d'analyse sont effectués et conservés par le vignerons ou négociant, pendant une période de 6 mois à compter de la date de conditionnement.

 

 

Commercialisation

A l’issue de la période d’élevage, les vins sont mis en marché à destination du consommateur à partir du 30 juin de l’année qui suit celle de la récolte.

L’étiquetage des vins bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée peut préciser l’unité géographique plus grande « Vin de Bourgogne » ou « Grand Vin de Bourgogne ».


 

 

 

Cartes et Photos


Carte du Vignoble de la Bourgogne

 

 

Adresses

     

 

 

 

 

 

Les nouvelles sur l'appellation

 

Le 15 et 16 mars 2014

Toute la ville est en fête pendant le week-end de la 53ème vente des vins des Hospices de Nuits.

Le samedi 15 mars, un superbe parcours dans le vignoble bourguignon.

La 53ème édition de la Vente des Vins des Hospices de Nuits-Saint-Georges aura lieu le dimanche 16 mars, à partir de 15 heures, au Cellier du Château du Clos de Vougeot.

Vous pourrez déguster les vins le samedi (14h à 17h) et le dimanche (15h à 17h) à la cuverie du domaine.

Autres informations : http://www.hospicesdenuits.com/

 

 

 

 

 

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.