Fiche sur les vins AOC en France

Bourgogne

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes et Photos
Les adresses
Les nouvelles

 

Situation Géographique

 

Le vignoble de l'appellation « Bourgogne » s'étend sur l'ensemble du vignoble de la Bourgogne et du Beaujolais.

La zone géographique repose sur les reliefs traditionnellement voués à la viticulture des départements de l’Yonne, de la Côte-d’Or, de la Saône-et-Loire et du Rhône. Elle s’étend ainsi sur le territoire de plus de 300 communes.

1 - Département de l'Yonne : 54 communes :

Accolay, Asquins, Augy, Auxerre, Beine, Bernouil, Béru, Bleigny-le-Carreau, Chablis, Champvallon, Chapelle-Vaupelteigne (La), Charentenay, Chemilly-sur-Serein, Cheney, Chichée, Chitry, Collan, Coulanges-la-Vineuse, Courgis, Cravant, Dannemoine, Dyé, Epineuil, Escolives-Sainte-Camille, Fleys, Fontenay-près-Chablis, Irancy, Joigny, Junay, Jussy, Lignorelles, Ligny-le-Châtel, Maligny, Migé, Molosmes, Mouffy, Poilly-sur-Serein, Quenne, Saint-Bris-le-Vineux, Saint-Cyr-les-Colons, Saint-Père, Serrigny, Tharoiseau, Tonnerre, Tronchoy, Val-de-Mercy, Venoy, Vermenton, Vézelay, Vézinnes, Villy, Vincelottes, Viviers, Volgré.

2 - Département de la Côte-d'Or : 91 communes :

Aloxe-Corton, Ancey, Arcenant, Auxey-Duresses, Baubigny, Beaune, Belan-sur-Ource, Bévy, Bissey-la-Côte, Bligny-lès-Beaune, Boncourt-le-Bois, Bouix, Bouze-lès-Beaune, Brion-sur-Ource, Brochon, Chambolle-Musigny, Charrey-sur-seine, Chassagne-Montrachet, Chaumont-le-Bois, Chaux, Chenôve, Chevannes, Chorey, Collonges-lès-Bévy, Comblanchien, Corcelles-les-Monts, Corgoloin, Cormot-le-Grand, Corpeau, Couchey, Curtil-Vergy, Daix, Dijon, Echevronne, Etang-Vergy (L'), Fixin, Flagey-Echezeaux, Fussey, Gevrey-Chambertin, Gilly-lès-Cîteaux, Gomméville, Griselles, Ladoix-Serrigny, Larrey, Magny-lès-Villers, Mâlain, Marcenay, Marsannay-la-Côte, Massingy, Mavilly-Mandelot, Marey-lès-Fussey, Meloisey, Messanges, Meuilley, Meursault, Molesmes, Monthelie, Montliot-et-Courcelles, Morey-Saint-Denis, Mosson, Nantoux, Noiron-sur-Seine, Nolay, Nuits-Saint-Georges, Obtrée, Pernand-Vergelesses ,Plombières-lès-Dijon, Poinçon-lès-Larrey, Pommard, Pothières, Premeaux-Prissey, Puligny-Montrachet, Reulle-Vergy, Rochepot (La), Saint-Aubin, Saint-Romain, Santenay, Savigny-lès-Beaune, Segrois, Talant, Thoires, Vannaire, Vauchignon, Villars-Fontaine, Villedieu, Villers-la-Faye, Villers-Patras, Vix, Volnay, Vosne-Romanée, Vougeot.

3 - Département de Saône-et-Loire : 154 communes :

Aluze, Ameugny, Azé, Barizey, Berzé-la-Ville, Berzé-le-Châtel, Bissey-sous-Cruchaud, Bissy-la-Mâconnaise, Bissy-sur-Fley, Bissy-sous-Uxelles, Blanot, Bonnay, Bouzeron, Boyer, Burgy, Burnand, Bussières, Buxy, Bray, Bresse-sur-Grosne, Cersot, Chagny, Chaintré, Chamilly, Champagny-sous-Uxelles, Chânes, Change, Chapaize, Chapelle-de-Guinchay (La), Chapelle-sous-Brancion (La), Charbonnières, Chardonnay, Charnay-lès-Mâcon, Charrecey, Chasselas, Chassey-le-Camp, Château, Cheilly-lès-Maranges, Chenôves, Chevagny-les-Chevrières, Chissey-lès-Mâcon, Clessé, Cortambert, Cortevaix, Couches, Crêches-sur-Saône, Créot, Cruzille, Culles-les-Roches, Curtil-sous-Burnand, Davayé, Dennevy, Dezize-lès-Maranges, Donzy-le-National, Dracy-lès-Couches, Dracy-le-Fort, Epertully, Etrigny, Farges-lès-Mâcon, Fleurville, Fley, Fontaines, Fuissé, Genouilly, Germagny, Givry, Grevilly, Hurigny, Igé, Jalogny, Jambles, Jugy, Jully-lès-Buxy, Lacrost, Laives, Laizé, Leynes, Lournand, Lugny, Mâcon, Malay, Mancey, Martailly-lès-Brancion, Massy, Mellecey, Mercurey, Milly-Lamartine, Montagny-lès-Buxy, Montbellet, Montceaux-Ragny, Moroges, Nanton, Ozenay, Paris-l'Hôpital, Péronne, Pierreclos, Préty, Prissé, Pruzilly, Remigny, Roche-Vineuse (La), Romanèche-Thorins, Rosey, Royer, Rully, Saint-Albain, Saint-Amour-Bellevue, Saint-Boil, Saint-Clément-sur-Guye, Saint-Denis-de-Vaux, Saint-Désert, Saint-Gengoux-de-Scissé, Saint-Gengoux-le-National, Saint-Gilles, Saint-Jean-de-Trézy, Saint-Jean-de-Vaux, Saint-Léger-sur-Dheune, Saint-Mard-de-Vaux, Saint-Martin-Belle-Roche, Saint-Martin-du-Tartre, Saint-Martin-sous-Montaigu, Saint-Maurice-des-Champs, Saint-Maurice-de-Satonnay, Saint-Maurice-lès-Couches, Saint-Pierre-de-Varennes, Saint-Sernin-du-Plain, Saint-Symphorien-d'Ancelles, Saint-Vallerin, Saint-Vérand, Saint-Ythaire, Salle (La), Salornay-sur-Guye, Sampigny-lès-Maranges, Santilly, Sassangy, Saules, Savigny-sur-Grosne, Sennecey-le-Grand, Senozan, Sercy, Serrières, Sigy-le-Châtel, Sologny, Solutré-Pouilly, Tournus, Uchizy, Vaux-en-Pré, Vergisson, Vers, Verzé, Villars (Le), Vineuse (La), Vinzelles, Viré.

4 - Département du Rhône : 85 communes :

Alix, Anse, Arbresle (L'), Ardillats (Les), Arnas, Bagnols, Beaujeu, Belleville, Belmont, Blacé, Bois-d'Oingt (Le), Breuil (Le), Bully, Cercié, Chambost-Allières, Chamelet, Charentay, Charnay, Châtillon, Chazay-d'Azergues, Chénas, Chessy, Chiroubles, Cogny, Corcelles-en-Beaujolais, Dareizé, Denicé, Emeringes, Fleurie, Frontenas, Gleizé, Jarnioux, Juliénas, Jullié, Lacenas, Lachassagne, Lancié, Lantignié, Légny, Létra, Liergues, Limas, Lozanne, Lucenay, Marchampt, Marcy, Moiré, Montmelas-Saint-Sorlin, Morancé, Nuelles, Odenas, Oingt, Olmes (Les), Perréon (Le), Pommiers, Pouilly-le-Monial, Quincié-en-Beaujolais, Régnié-Durette, Rivolet, Salles-Arbuissonnas-en-Beaujolais, Saint-Clément-sur-Valsonne, Saint-Cyr-le-Chatoux, Saint-Didier-sur-Beaujeu, Saint-Etienne-des-Oullières, Saint-Etienne-la-Varenne, Saint-Germain-sur-l'Arbresle, Saint-Georges-de-Reneins, Saint-Jean-d'Ardières, Saint-Jean-des-Vignes, Saint-Julien, Saint-Just-d'Avray, Saint-Lager, Saint-Laurent-d'Oingt, Saint-Loup, Sainte-Paule, Saint-Romain-de-Popey, Saint-Vérand, Sarcey, Ternand, Theizé, Vaux-en-Beaujolais, Vauxrenard, Vernay, Ville-sur-Jarnioux, Villié-Morgon.

 

Le nom de l’appellation d’origine contrôlée peut être suivi des dénominations géographiques complémentaires suivantes :

- « Chitry » :
  (département de l’Yonne)
Chitry
- « Côte Chalonnaise » :
  (département de Saône-et-Loire)
Aluze, Barizey, Bissey-sous-Cruchaud, Bissy-sur Fley, Bouzeron, Buxy, Cersot, Chagny, Chamilly, Chassey-le-Camp, Chenôves, Culles-les-Roches, Dennevy, Dracy-le-Fort, Fley, Fontaines, Genouilly, Givry, Jambles, Jully-lès-Buxy, Mellecey,
Mercurey (y compris Bourgneuf-Vald’Or), Montagny-lès-Buxy, Moroges, Remigny (partie Sud), Rosey, Rully, Saint-Boil,
Saint-Clément-sur-Guye, Saint-Denis-de-Vaux, Saint-Désert,
Saint-Gilles, Saint-Jean-de-Vaux,Saint-Léger-sur-Dheune,
Saint-Mard-deVaux, Saint-Martin-du-Tartre,
Saint-Martin-sous-Montaigu, Saint-Maurice-des-Champs,
Saint-Vallerin,Santilly, Sassangy, Saules, Sercy et Vaux-en-Pré
- « Côtes d’Auxerre » :
  (département de l’Yonne)
Augy, Auxerre-Vaux, Quenne, Saint-Bris-le-Vineux et Vincelottes
- « Côtes du Couchois » :
  (département de Saône-et-Loire)
Couches, Dracy-lès-Couches, Saint-Jean-de-
Trézy, Saint-Maurice-lès-Couches, Saint-Pierrede-Varennes et Saint-Sernin-du-Plain
- « Côte Saint-Jacques » :
  (département de l’Yonne)
Joigny
- « Coulanges-la-Vineuse » :
  (département de l’Yonne)
Charentenay, Coulanges-la-Vineuse, Escolives-Sainte-Camille,
Jussy, Migé, Mouffy et Val-de-Mercy
- « Epineuil » :
  (département de l’Yonne)
Epineuil
- « Hautes Côtes de Beaune » :
 

- Dans le département de la Côte-d’Or :
Auxey-Duresses, Baubigny, Beaune, Bouze-lès-Beaune,
Cormot, Echevronne, Fussey, Magny-lès-Villers
(partie au sud du VC 4 d’Echevronne à Magny et
à l’ouest du CD 115 c de Magny à Ladoix),
Mavilly-Mandelot, Meloisey, Meursault,
Monthelie, Nantoux, Nolay (y compris Cireylès-Nolay),
La Rochepot, Pernand-Vergelesses,
Pommard, Saint-Aubin, Saint-Romain, Savigny lès-Beaune, Vauchignon et Volnay.

- Dans le département de Saône-et-Loire :
Change, Créot, Epertully et Paris-l’Hôpital, ainsi que les
parties des communes de Cheilly-lès-Maranges,
Dezize-lès-Maranges et Sampigny-lès-Maranges,
situées à l’ouest du cours de la Dheune et à
l’extérieur de l’aire parcellaire délimitée de
l’appellation d’origine contrôlée « Maranges ».

- « Hautes Côtes de Nuits » :
  (département de la Côte-d’Or)
Arcenant, Bévy, Chaux, Chambolle-Musigny, Chevannes,
Collonges-lès-Bévy, Flagey-Echézeaux, Nuits-Saint-Georges,
Curtil-Vergy, L’Etang-Vergy,
Magny-lès-Villers (partie au nord du VC4
d’Echevronne à Magny et à l’est du CD 115 c de
Magny à Ladoix), Marey-lès-Fussey, Messanges,
Meuilley, Premeaux-Prissey, Reulle-Vergy,
Segrois, Villars-Fontaine, Villers-la-Faye.
- « La Chapelle Notre-Dame » :
  (département de la Côte-d’Or)
Ladoix-Serrigny
- « Le Chapitre » :
  (département de la Côte-d’Or)
Chenôve
- « Montrecul » ou « Montre-Cul » ou « En Montre-Cul » :
  (département de la Côte-d’Or)
Dijon
- « Tonnerre » :
  (département de l’Yonne)
Dannemoine, Epineuil, Junay, Molosmes, Tonnerre et Vézinnes
- « Vézelay » :
  (département de l’Yonne)
Asquins, Saint-Père, Tharoiseau et Vézelay

 


 

 

Historique


ETYMOLOGIE
Origine du nom :

Le nom « Bourgogne » est le pays où s'établirent les Burgondes ou Burgundiones, peuple germanique.

Regardez aussi : L'histoire de la Bourgogne

HISTOIRE

 

L’apparition de la vigne remonterait, d’après une étude réalisée par Pierre FORGEOT, au IIème siècle avant Jésus-Christ.

Après la conquête de César (58 av. J.-C.), Auguste rattacha la Séquanaise à la Belgique

92
L’édit de l'empereur romain Domitien, en 92, interdisait la plantation de nouvelles vignes hors d’Italie ; il fit arracher partiellement les vignes en Bourgogne afin d’éviter la concurrence.

280
Probus annula l'édit de Dominitien en 280.

Au IVème siècle

312
En 312, un disciple d'Eumène rédigea la première description du vignoble de la Côte d'Or.
La « Côte de Beaune » semble avoir porté un vignoble réputé dès les premiers siècles de notre ère. Au début du IVème siècle, EUMÈNE, rhéteur d’Autun, expose, dans son « Discours à Constantin », le triste état, dû à leur âge, des vignes du « Pagus arebrignus », près de Beaune.

Au Vème siècle

407
En 407, menacée par les Vandales, la Séquanaise appela à l'aide les Burgondes,
qui se répandirent alors dans le pays situé entre le Haut-Rhin, le Rhône et la Saône.

Au Vème siècle, les Burgondes, arrivant de l’Europe du Nord, s’installent dans la région et apprécient son vin. Les « lois gombettes » qu’ils édictent alors, en favorisent la production.
Le nom de « Burgundia » (Bourgogne) apparait avec les Burgundes.

 

Au VIème siècle

En 570, « La Côte de Beaune est couverte de vignes », écrit GRÉGOIRE DE TOURS, « …et il n’y a pas de liqueur préférable aux vins de ces coteaux ».

Au XIème siècle

Au XIème siècle, les moines de Cluny possèdent en ce lieu un important vignoble.

Au XIIIème siècle

Au XIIIème siècle, des vignes sont propriétés des abbayes de Cîteaux et Maizières, et de l’Ordre de Malte, tandis que l’évêque d’Autun détient une vigne nommée « Serpentine ». Situé aux portes de la ville de Beaune, le vignoble est partagé, de surcroît, entre les seigneuries locales et de grandes familles bourgeoises. Sa production est alors assimilée aux « vins fins » de la « Côte de Beaune ».

1210
Ce droit à fixer le premier jour de la récolte, le ban des vendanges, a en effet été cédé à la ville par Eudes III, duc de Bourgogne, en septembre 1210 .

Au XIVème siècle

1349
Vers 1349, lorsque l’on découvre le gamay comme nouveau cépage, les réactions de mécontentement se multiplient. Le nouveau plant, très productif, risque en effet de compromettre la qualité des vins de Bourgogne.

1351
interdiction aux vendeurs de donner un nom qui ne serait pas du pays d'origine du vin sous peine d'amende et de confiscation ( sous le régne de Jean le Bon, roi de France de 1350 à 1364)

1360
ordonnance du conseil du roi ( une ordonnance royale de Jean Le Bon ) qui classe le vin en 3 catégories -vins français (île de France) –vin de bourgogne-vins de grand prix (beaujolais à St Pourçain)

1395
Au 14ème siècle, Philippe-le-Hardi, fit interdire le plant 'Gamay' au profit du 'Pinot' afin de mieux garantir la qualité de nos vins, par l'ordonnance de 6 août 1395, sur son territoire (Duché de Bourgogne)

Au XVème siècle

A partir du XVème siècle, les vins dits « de Beaune », produits en fait sur l’ensemble de la « Côte », sont commercialisés dans toute l’Europe. Ils sont l’image de marque du Duché de Bourgogne, à son apogée.
Ce sont des vins rouges, les « pinots vermeils », peu tanniques et capiteux, les seuls capables de voyager.

1416
Par l'édit de 1416, du roi Charles VI fixant les limites de production du vin de Bourgogne ( Voir le texte d'époque à la page: vignoble de Bourgogne en 1416 )
« les vins récoltés en amont du pont de Sens avec ceux du pays de l'Auxerrois comme ceux du pays de Beaunois seront considérés comme des vins de Bourgogne »

1477
En 1477, à la mort de Charles le Téméraire, le vignoble de Bourgogne
fut rattaché à la France, sous le règne de Louis XI.

Au XVIIIème siècle

1787
Thomas JEFFERSON, futur Président des Etats-Unis, visite la Bourgogne, en 1787, et reste, jusqu'à la fin de sa vie, un grand promoteur des « crus » bourguignons, qu'il contribue à faire connaitre en Amérique.

1789
Depuis la révolution française de 1789, l’extrême valorisation du patrimoine foncier et la réputation internationale des vins de Bourgogne ont conduit à un très important morcellement des terres.

Au XVIIIème siècle, le négoce-éleveur se développe dans la région bourguignonne, donne aux vins de Bourgogne une image nouvelle et organise leur large diffusion à l’échelle européenne. La « Côte de Beaune » alimente en « vins fins » les maisons de négoce beaunoises, qui tiennent une grande part du marché.

Au XIXème siècle

la « Bourgogne viticole » s'individualise nettement au cours du XIXème siècle.
Les découpages administratifs anciens (provinces) ou récents (départements) se mêlent à la dimension économique, les centres urbains, tels Auxerre, Dijon, Beaune, Chalon-sur-Saône ou Mâcon, assurant la diffusion des vins de la région. Le Nord du « Beaujolais » s'identifie à cette même époque aux vins de « Mâcon ». Le
« Tonnerrois » et le « Châtillonnais », aux portes de la Champagne, se tournent, eux aussi, vers la « Bourgogne ».

1816
JULLIEN, en 1816, se justifie, dans son ouvrage « Topographie de tous les
vignobles connus », son choix de rassembler dans un même chapitre les vins de la « Basse Bourgogne » (département de l'Yonne), ceux de « Haute Bourgogne » (Côte d'Or et Nord de la Saône-et-Loire), enfin, les « vins de Mâcon », où il regroupe « Mâconnais » et une partie du « Beaujolais ».

1860
Depuis le XVIIIème siècle, les vignobles et leurs facteurs de qualité sont largement étudiés et nombre d’auteurs fournissent pour la Bourgogne des classifications de « crus, » dont le classement effectué par le Comité de viticulture de l’arrondissement de Beaune, en 1860, constitue un aboutissement.
Sur le territoire des communes de la « Côte », chaque « climat » (nom d'usage, le plus souvent un nom de lieudit) planté en « cépage fin » est classé sur une échelle de qualité.

Au XXème siècle

1905
Création de la réprésion des fraudes en 1905 avec la définition de la notion de « Tromperie sur la marchandise », Loi du 1 août 1905 .
Quiconque, qu'il soit ou non partie au contrat, aura trompé ou tenté de tromper le contractant, par quelque moyen ou procédé que ce soit, même par l'intermédiaire d'un tiers :
- soit sur la nature, l'espèce, l'origine, les qualités substantielles, la composition ou la teneur en principes utiles de toutes marchandises ;
- soit sur la quantité des choses ou sur leur identité par la livraison d'une marchandise autre que la chose déterminée qui a fait l'objet du contrat ;
- soit sur l'aptitude à l'emploi, les risques inhérents à l'utilisation du produit, les contrôles effectués, les modes d'emploi ou les précautions à prendre,
Sera puni d'un emprisonnement de trois mois au moins, deux ans au plus et d'une amende de 1.000 F au moins, 250.000 F au plus ou de l'une de ces deux peines seulement.

1930
L'appellation d'origine « Bourgogne » est officialisée par un jugement du Tribunal de Dijon en 1930. Les bases proposées par ce premier jugement n'ont que très peu évolué depuis et la délimitation en 2014 de la zone géographique en est héritée.

1937
naissance de l'aoc "Bourgogne " par le décret du 31 juillet 1937

1951
En 1951, un arrêté sur la commercialisation du vin fixe la vente des vins nouveau le le 15 décembre.

En octobre 1951 , les vignerons réunis au sein de l'Union Viticole du Beaujolais demandent la possibilité de commercialiser " de suite les vins du Beaujolais

Le 13 novembre 1951, une note de l'Administration des Contributions Indirectes précise " dans quelles conditions certains vins à appellation contrôlée peuvent être commercialisés dès maintenant, sans attendre le déblocage général du 15 décembre prochain " . Les vins visés sont : le Beaujolais, les Côtes-du-Rhône, la Bourgogne (vins blancs) et Bourgogne Grand Ordinaire, le Bourgogne Aligoté, le Mâcon (vins blancs), le Gaillac et Gaillac Premières Côtes (vins blancs), le Muscadet.

1967
En 1967, un décret fixe la commercialisation du beaujolais nouveau au 15 novembre, à minuit.

Les vins de l'appellation " Bourgogne " blancs peuvent bénéficier, conformément aux dispositions du décret du 15 novembre 1967 , de la qualification " Vin de primeur ". (Complété, D. 27 février 1990).

 

1974
Les vins ne peuvent être mis en circulation avec une AOC sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

1977
en 1977, année particulièrement tardive, le Beaujolais Nouveau est mis en vente le 25 novembre, à minuit.

1985
en 1985, un décret fixe au troisième jeudi de novembre la date de la mise à la consommation des vins primeurs.

Le 31 décembre 1985, l'appellation d'origine contrôlée " Bourgogne mousseux " ne pourra plus être utilisée que pour les vins rouges.

1990
L'A.O.C. Bourgogne Côte Chalonnaise a été reconnue par décret du le 27 février 1990.

1997
aoc par le décret de 1997 Appellation d'origine contrôlée « Bourgogne Vézelay »

Au XXIème siècle

2006
Naissance de l'AOC Bourgogne Tonnerre, le 17 Juillet 2006.


Sur les communes suivantes du département de Saône-et-Loire, Azé, Bissy-la-Mâconnaise, Chardonnay, Clessé, Cruzille, Lugny, Montbellet, La Roche-Vineuse, Uchizy et Viré, les parcelles plantées en vigne, exclues de l’aire parcellaire délimitée, identifiées par leurs références cadastrales, leur superficie et leur encépagement, dont la liste a été approuvée par le comité national compétent de l’Institut national de l’origine et de la qualité en séance des 6 et 7 septembre 2006, continuent à
bénéficier, pour leur récolte, du droit à l’appellation d’origine contrôlée jusqu’à leur arrachage et au plus tard jusqu’à la récolte 2020 incluse, sous réserve qu’elles répondent aux autres dispositions fixées dans le cahier des charges.

2008
Les parcelles de vigne en place à la date du 29 mai 2008, situées dans les communes exclues de l’aire géographique par décision du comité national compétent de l'Institut national de l'origine et de la qualité en sa séance du 28 septembre 2011, continuent à bénéficier, pour leur récolte, du droit à l’appellation d’origine contrôlée jusqu’à leur arrachage, et au plus tard jusqu’à la récolte 2035 incluse.

Sur les communes suivantes du département de Saône-et-Loire, Bussières, Charnay-les-Mâcon, Fuissé, Leynes, Mâcon-Loché, Milly-Lamartine, Pierreclos, Prissé, Sologny, Solutré-Pouilly, Vergisson et Vinzelles, les parcelles plantées en vigne, exclues de l’aire parcellaire délimitée, identifiées par leurs références cadastrales, leur superficie et leur encépagement, dont la liste a été approuvée par le comité national compétent de l’Institut national de l’origine et de la qualité en séance du 29 mai 2008, continuent à bénéficier, pour leur récolte, du droit à l’appellation d’origine contrôlée jusqu’à leur arrachage et au plus tard jusqu’à la récolte 2020 incluse, sous réserve qu’elles répondent aux autres dispositions fixées dans le cahier des charges.

2009
C'est la fin d'un usage qui remontait au Moyen-Age: en Bourgogne, il n'y a plus de ban des vendanges. Les viticulteurs sont libres de décider eux-mêmes du jour où ils commencent à cueillir les raisins.

Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

 

2011

Cahier des charges de l’appellation d’origine contrôlée « Bourgogne »,
homologué par le décret n° 2011-1615 du 22 novembre 2011,
JORF du 24 novembre 2011

L'A.O.C. « Bourgogne Côte Chalonnaise » passe AOC Bougogne avec mention « Côte Chalonnaise »
l'AOC Bourgogne Tonnerre passe AOC Bougogne avec mention « Tonnerre »
L' AOC « Bourgogne Vézelay » passe AOC Bougogne avec mention « Vézelay »

Le cépage gamay est autorisé à 100% dans l'AOC Bourgogne.

2012

Décret n° 2012-655 du 4 mai 2012 relatif à l'étiquetage et à la traçabilité des produits vitivinicoles et à certaines pratiques œnologiques, JORF n°0107 du 6 mai 2012

Les règles pour le « vin biologique » sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

2013

Cahier des charges de l’appellation d’origine contrôlée « Bourgogne »,
modifié par le décret n°2013-83 du 24 janvier 2013,
JORF du 27 janvier 2013

L'identification des parcelles est effectuée sur le fondement de critères relatifs à leur lieu d'implantation, fixés par la commission permanente du comité national compétent de l'Institut national de l'origine et de la qualité en sa séance du 13 avril 2011 après avis de la commission d'experts désignée à cet effet.

Le vignoble compte environ 5100 hectares pour une production annuelle de près de 200000 hectolitres de vins rouges et rosés et 80000 hectolitres de vins blancs.
Plus de 50 % des volumes bénéficient d’une dénomination géographique complémentaire, les principaux volumes étant vendus commercialisés sous les dénominations géographiques complémentaires « Hautes Côtes de Beaune » (40000 hectolitres, 17% de vins blancs), « Hautes Côtes de Nuits » (33000 hectolitres, 22% de vins blancs), « Côte châlonnaise » (28000 hectolitres, 29% de vins blancs).
De part leur grande notoriété, les vins de « Bourgogne » sont exportés à hauteur de 40% à 45% suivant les années.

2020
Sur les communes suivantes du département de Saône-et-Loire, Azé, Bissy-la-Mâconnaise, Chardonnay, Clessé, Cruzille, Lugny, Montbellet, La Roche-Vineuse, Uchizy et Viré, les parcelles plantées en vigne, exclues de l’aire parcellaire délimitée, identifiées par leurs références cadastrales, leur superficie et leur encépagement, dont la liste a été approuvée par le comité national compétent de l’Institut national de l’origine et de la qualité en séance des 6 et 7 septembre 2006, continuent à
bénéficier, pour leur récolte, du droit à l’appellation d’origine contrôlée jusqu’à leur arrachage et au plus tard jusqu’à la récolte 2020 incluse, sous réserve qu’elles répondent aux autres dispositions fixées dans le cahier des charges.

Sur les communes suivantes du département de Saône-et-Loire, Bussières, Charnay-les-Mâcon, Fuissé, Leynes, Mâcon-Loché, Milly-Lamartine, Pierreclos, Prissé, Sologny, Solutré-Pouilly, Vergisson et Vinzelles, les parcelles plantées en vigne, exclues de l’aire parcellaire délimitée, identifiées par leurs références cadastrales, leur superficie et leur encépagement, dont la liste a été approuvée par le comité national compétent de l’Institut national de l’origine et de la qualité en séance du 29 mai 2008, continuent à bénéficier, pour leur récolte, du droit à l’appellation d’origine contrôlée jusqu’à leur arrachage et au plus tard jusqu’à la récolte 2020 incluse, sous réserve qu’elles répondent aux autres dispositions fixées dans le cahier des charges.

2035
Les parcelles de vigne en place à la date du 29 mai 2008, situées dans les communes exclues de l’aire géographique par décision du comité national compétent de l'Institut national de l'origine et de la qualité en sa séance du 28 septembre 2011, continuent à bénéficier, pour leur récolte, du droit à l’appellation d’origine contrôlée jusqu’à leur arrachage, et au plus tard jusqu’à la récolte 2035 incluse

 

Regardez aussi : L'histoire de la Bourgogne

 


Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Bourgogne » :


Pour les vins blancs :

 


- cépages principaux : chardonnay B, pinot blanc B ;
- cépage accessoire : pinot gris G.

- Pour « Vézelay », les vins sont issus exclusivement du cépage chardonnay B.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

La proportion du cépage pinot gris G est inférieure ou égale à 30 % de l’encépagement.

VINIFICATION

- La proportion du cépage pinot gris G est inférieure ou égale à 30 % dans l’assemblage des vins blancs

 

Pour les vins rosés :


- cépages principaux : pinot noir N, pinot gris G ;
- cépages accessoires : pinot blanc B, chardonnay B et
pour le seul département de l’Yonne, le cépage césar N.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

- La proportion du cépage césar N est inférieure ou égale à 10 % de l’encépagement ;
- Les autres cépages accessoires sont autorisés uniquement en mélange de plants dans les vignes ; leur proportion totale est limitée à 15 % au sein de chaque parcelle.

VINIFICATION

- La proportion du cépage césar N est inférieure ou égale à 49 % dans l’assemblage des vins rosés

 

Pour les vins avec mention Gamay : - Pour les vins susceptibles de bénéficier de l’appellation d’origine contrôlée « Bourgogne » suivie obligatoirement de l’indication « gamay », la proportion du cépage gamay N est supérieure ou égale à 85 % dans l’assemblage des vins.
Pour les vins rouges :


- cépage principal : pinot noir N ;
- cépages accessoires : chardonnay B, pinot blanc B, pinot gris G et,
le cépage césar N, pour le seul département de l'Yonne,
le cépage gamay N, pour les seuls vins issus des aires parcellaires délimitées des appellations d'origine contrôlées « Brouilly », « Chénas », « Chiroubles », « Côtes de Brouilly »,
« Fleurie », « Juliénas », « Morgon », « Moulin-à-Vent », « Régnié », « Saint-Amour ».

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

- La proportion du cépage césar N est inférieure ou égale à 10 % de l’encépagement ;
- La proportion du cépage gamay N est inférieure ou égale à 30 % de l’encépagement ;
- Les autres cépages accessoires sont autorisés uniquement en mélange de plants dans les vignes ; leur proportion totale est limitée à 15 % au sein de chaque parcelle.

VINIFICATION

- La proportion du cépage césar N est inférieure ou égale à 49 % dans l’assemblage des vins rouges
- La proportion du cépage gamay N est inférieure ou égale à 30 % dans l’assemblage des vins

 


Ampélographie
( étude des cépages)

Pinot Noir :
appelé localement aussi « Pinot noirien », « Pinot beurot », « Pinot liebault »
Le Pinot Noir est un cépage très ancien, à l’origine de la grande famille des Noiriens. Ainsi, il est le père d’une multitude de cépages comme le Chardonnay, l’Aligoté, ou encore le Gamay.
Quelques générations seulement le séparent des vignes sauvages présentes dans les forêts, avant même l’époque gallo-romaine. Les premières mentions écrites du cépage, sous le nom de Pinot Noir ou Plant Fin, datent de 1375.

Gamay N:
Le cépage Gamay N provient, d'après les analyses génétiques publiées, d'un croisement entre le Pinot et le Gouais B.
Le cépage Gamay est signalé vers 1327 à Millau (Sud-Ouest) et vers 1349 en Bourgogne.
Mutations :
Le gamay teinturier de Bouze est une mutation observée par Caumartin en 1832 sur une souche de gamay noir à jus blanc. Il est originaire du village bourguignon de Bouze-lès-Beaune (Côte-d'Or).
Le gamay fréaux est une mutation observée par Antoine Fréaux en 1841 à Couchey (Côte d'or) sur une souche de gamay de Bouze.

Chardonnay :
Le cépage Chardonnay B provient, d'après les analyses génétiques publiées, d'un croisement entre le Pinot et le Gouais B.
Le chardonnay n'est apparu en France qu'au début du 20e siècle ! Jusqu'à la fin du 19e siècle en Bourgogne, point de trace de ce cépage, il était comfondu avec le pinot blanc. C'est Pierre Galet en 1958 qui a permis de le différencier définitivement du « pinot blanc B ».

HISTORIQUE

1349 : Découverte du cépage Gamay en Bourgogne.
1395 :
Le cépage Gamay est interdit au profit du « Pinot Noir »
XVème des vins rouges, avec le cépage « pinots vermeils »
1937 :
- Décret : Seront néanmoins tolérés dans l'encépagement des vignes  produisant le vin ayant droit à ladite appellation et pendant une durée  maximum de quinze ans, les plants dits de Renevey, étant spécifié qu'à partir de l'année 1938 ce cépage sera interdit dans toutes les plantations et dans  tous les remplacements.
  L'usage local d'incorporer dans les vignes destinées à produire les vins à  appellation contrôlée « Aloxe-Corton » un certain nombre de plants blancs  Pinot blanc ou gris et Chardonnay, dont le pourcentage peut s'élever à 15 %  au maximum, reste autorisé.
- Pour les vins blancs : " Chardonnay et Pinot blanc "
1938 :
Renevey, à partir de l'année 1938, sera interdit dans toutes les plantations et remplacements.
1951 :
le cépage Renevey est interdit
1958 :
C'est Pierre Galet en 1958 qui a permis de le différencier définitivement   le « pinot blanc B » et le Chardonnay
1997 :
Grâce à une équipe américaine conduite par Carole Meredith à l'université de Davis, l'analyse ADN du cépage a montré que le chardonnay est un hybride entre le pinot noir et le gouais, un cépage blanc du Moyen Age  qui a disparu depuis
2009 :
- Pinot Beurot, Pinot Liébault ont disparu du « cahier des charges »
- Le cépage Tressot n'est plus autorisé à la plantation.
- Pour la production de vins rouges, les parcelles de vigne en place à la date du 31 juillet 2009 plantées en cépage tressot N continuent à bénéficier, pour leur récolte, du droit à l’appellation d’origine contrôlée jusqu’à leur arrachage.
2011 : Le cépage Gamay est autorisé seul dans l'appellation Bourgogne
 

 

Sols et Climat


Le sol
est variable mais reste à dominance argilo-calcaire

Elle est constituée d’un ensemble de vignobles plus ou moins disjoints, regroupés au sein de la « Bourgogne viticole », qui s'étale sur environ 250 kilomètres du nord au sud.
Chacun des vignobles se caractérise par des paysages, une géologie et un climat particuliers.

Les vignobles de l'Yonne et du « Châtillonnais », au nord de la « Côte d'Or », sont implantés sur les cuestas du Bassin Parisien, sur des sédiments datés du Jurassique supérieur, à l'exception du « Vézelien », implanté sur des formations du Jurassique inférieur et moyen, et du « Jovinien », implanté sur des formations du Crétacé supérieur. Les substrats y sont principalement marneux (calcaires argileux), localement calcaires. Le vignoble se limite aux reliefs les mieux exposés des cuestas, sur les flancs des
principales vallées drainant la région, l'Yonne et ses affluents, la Seine et ses affluents. Il s’étage à des altitudes comprises entre 150 mètres et 300 mètres.

De Dijon aux abords de Lyon, les vignobles occupent une suite de reliefs rectilignes quasi-continue. Il s'agit de la bordure occidentale du fossé bressan, importante structure tectonique effondrée pendant le soulèvement alpin. Les substrats sont principalement de nature sédimentaire, calcaires ou marnes, datés en général du Jurassique, mais aussi localement du Trias. Localement, en Saône-et-Loire principalement, des affleurements de socle métamorphique et granitique de l’ère Primaire, générant alors des sols acides,
portent des vignes. Bien que les reliefs des arrière-pays soient parfois élevés (650 mètres en Côte-d'Or, 1000 mètres en « Beaujolais »), l’implantation des vignes se limite à des altitudes comprises entre 250 mètres et 400 mètres. Chacun des vignobles se caractérise par des paysages, une géologie, une morphologie propre :
- larges vallées s’enfonçant en coin dans les plateaux calcaires du Bassin Parisien ;
- mince bande continue située à la limite entre plaine et plateau pour « la Côte » ;
- suite de reliefs parallèles, allongés sur un axe nord-sud, les « chaînons », dans le « Mâconnais ».

 


Le climat
est océanique frais, perturbé par des influences continentales ou méridionales, conduites par l'axe Rhône-Saône.

La « Bourgogne viticole » est baignée dans un climat océanique plutôt frais. Ce climat se caractérise par un régime pluviométrique modéré et régulier, sans sécheresse estivale affirmée.

Les températures témoignent de sa fraîcheur, avec une moyenne annuelle de 11°C.
Bien marqué dans le département de l’Yonne, il est quelque peu atténué dans le sud-est de la zone géographique par le rôle d’écran, joué par le relief des monts du Morvan et du Charolais, qui génère un effet de foehn s'exprimant par une humidité moindre et une température plus élevée que la référence régionale.

La partie orientale de la zone géographique est touchée par des influences continentales qui s'expriment par des températures hivernales relativement basses, des périodes de gel, qui peuvent être longues et intenses, mais aussi des arrière-saisons parfois très sèches et ensoleillées.

Des influences méridionales, perceptibles surtout dans la partie méridionale de la zone géographique, peuvent, momentanément, générer des températures estivales élevées et des remontées d'air marin chaud, responsables d'orages d'été.

 

 

 

 

Fiche technique

AOC « Bourgogne » : Vins tranquilles blancs, rouges ou rosés.
Mention « clairet » : Vins tranquilles rosés

- Vins tranquilles blancs, rouges ou rosés.
«La Chapelle Notre-Dame », «Le Chapitre », «Chitry », «Côtes d’Auxerre »,
«Côte Chalonnaise », «Côte Saint-Jacques », «Coulanges-la-Vineuse »,
«Hautes Côtes de Beaune », «Hautes Côtes de Nuits »,
«Montrecul » ou « Montre-Cul » ou « En Montre-Cul »,
- Vins tranquilles rouges et rosés : «Epineuil »
- Vins tranquilles rouges : «Côtes du Couchois »
- Vins tranquilles blancs : «Tonnerre » et «Vézelay »


Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des Charges du 24 janvier 2013,
JORF du 27 janvier 2013

 

vignoble


1° Conduite du vignoble

Les vignes présentent une densité minimale à la plantation entre 4000 pieds par hectare, et 9000 pieds par hectare.

La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à 11000 kilogrammes par hectare, pour les vins blancs, et à 10000 kilogrammes par hectare, pour les vins rouges et rosés ;
- Pour les dénominations géographiques complémentaires « Hautes Côtes de Beaune » et « Hautes Côtes de Nuits », la charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à 10500 kilogrammes par hectare, pour les vins blancs, et à 9500 kilogrammes par hectare, pour les vins rouges et rosés ;
- Pour la dénomination géographique complémentaires « Vézelay » la charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à 10000 kilogrammes par hectare.

L’irrigation est interdite.

2° Vendange

Maturité :

La richesse en sucre des raisins et les titres alcoométriques volumiques naturels des vins répondent aux caractéristiques suivantes :
AOC « Bourgogne »
Vins blancs 170 grammes par litre de moût et 10,5 %
Vins rouges 175 grammes par litre de moût et 10,2 %
Vins rosés 165 grammes par litre de moût et 10,2 %
- Dénominations géographiques complémentaires :
Voir cahier des charges

Rendement :

Le rendement est fixé à :
AOC « Bourgogne »
Vins blancs 68 hectolitres par hectare
Vins rouges et rosés 60 hectolitres par hectare
- Dénominations géographiques complémentaires :
Voir cahier des charges

Autres informations sur la vendange :

La vendange est protégée de la pluie pendant son transport et lors de sa réception.

 

 

chai

 

1° Arrivée du Chai

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Enrichissement
- Les techniques soustractives d’enrichissement (TSE) sont autorisées dans la limite d’un taux de concentration de 10 % .

- Après enrichissement, les vins ne dépassent pas le titre alcoométrique volumique total suivant :
AOC « Bourgogne »
Vins blancs 13 %
Vins rouges et rosés 13,2 %
- Dénominations géographiques complémentaires :
AOC « Bourgogne »
Vins blancs 13 %
Vins rouges et rosés 13,5 %

2° Vinification
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée doivent être vinifiés conformément aux usages locaux. Ils bénéficient de toutes les pratiques oenologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

- L’utilisation de morceaux de bois est interdite.

- Pour l’élaboration des vins rosés, l’utilisation de charbons à usage oenologique, seuls ou en mélange dans des préparations, est interdite.

- Les vins susceptibles de bénéficier des dénominations géographiques complémentaires
« Hautes Côtes de Beaune », « Hautes Côtes de Nuits »
et « Vézelay » font l'objet d'un élevage au moins jusqu'au 1er mars
de l'année qui suit celle de la récolte.

 

3° Contrôles
Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance, pour le compte de l'INAO, sur la base d'un plan de contrôle approuvé.

Les bulletins d'analyse sont conservés, pendant une période de 6 mois à compter de la date de conditionnement.


commercialisation

 

Date de mise en marché à destination du consommateur :
- Les vins sont mis en marché à destination du consommateur selon les dispositions de l’article D. 645-17 du code rural et de la pêche maritime (15 décembre ou 1er décembre sur autorisation)

- A l’issue de la période d’élevage, les vins bénéficiant des dénominations géographiques complémentaires « Hautes Côtes de Beaune », « Hautes Côtes de Nuits » et « Vézelay », sont mis en
marché à destination du consommateur à partir du 15 mars de l'année qui suit celle de la récolte.

 

Etiquette :
- Le nom de l’appellation d’origine contrôlée peut être suivi de la mention « clairet » .

- Le nom de l’appellation d’origine contrôlée est obligatoirement suivi de l’indication « gamay » pour les vins issus des aires parcellaires délimitées des appellations d'origine contrôlées « Brouilly », « Chénas », « Chiroubles », « Côtes de Brouilly », « Fleurie », « Juliénas », « Morgon », « Moulin-à-Vent », « Régnié », « Saint-Amour ».


 

Cartes et Photos


Carte du Vignoble de la Bourgogne
 

 

Adresses

Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne   Site Internet
www.vins-bourgogne.fr
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxx
Domaine Alian Normand
La grange du dine
71960
La roche-Vineuse
Tel : 03 85 36 61 69
Domaine Charles François et Fils
21190
Nantoux
Tel: 03.80.26.02.87
Domaine Fleurot-Larose
Château du Passe Temps
21590
Santenay
Tél: 03.80.20.61.15
     

 

 

Les nouvelles sur l'appellation

 

 

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.