Fiche sur les vins AOC en France :

« Vin de Corse » ou « Corse »

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes et Photos
Les adresses
Les nouvelles

 

 

Situation Géographique

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Vin de Corse » ou « Corse » est situé dans la région viticole de la Corse.

Le vignoble d’appellation d’origine contrôlée en Corse est ainsi essentiellement un vignoble littoral, le pourtour de l’île étant presque partout planté en vigne. Cette organisation maritime de la production confère une forte unité à la viticulture corse.
A l’exception de la zone géographique de l’appellation d’origine contrôlée « Patrimonio » qui en est distincte, l’ensemble des zones géographiques des autres appellations d’origine contrôlées de l’île s’inscrit au sein de cette zone géographique constituée de 110 communes des départements de Haute-Corse et de Corse-du-Sud.

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Vin de Corse » ou « Corse » est situé sur les 110 communes suivantes des 2 départements :

Corse-du-Sud (2A) : Afa, Ajaccio, Alata, Albitreccia, Ambiegna, Appietto, Arbellara, Arbori, Arro, Bastelicaccia, Belvédère-Campomoro, Bilia, Bonifacio, Calcatoggio, Cannelle, Carbuccia, Cargèse, Casaglione, Casalabriva, Cauro, Coggia, Cognocoli-Monticchi, Conca, Coti-Chiavari, Cuttoli-Corticchiato, Eccica-Suarella, Figari, Fozzano, Giuncheto, Granace, Grossa, Grosseto-Prugna, Lecci, Loreto-di-Tallano, Mela, Monacia-d'Aullène, Ocana, Olmeto, Olmiccia, Peri, Piana, Pianottoli-Caldarello, Pietrosella, Pila-Canale, Porto-Vecchio, Propriano, Sainte-Lucie-de-Tallano, San-Gavino-di-Carbini, Sant'Andréa-d'Orcino, Sari-d'Orcino, Sari-Solenzara, Sarrola-Carcopino, Sartène, Serra-di-Ferro, Sollacaro, Sotta, Tavaco, Valle-di-Mezzana, Vero, Vico, Viggianello, Villanova, Zonza

Haute-Corse (2B) : Aghione, Aiti, Aléria, Algajola, Altiani, Antisanti, Aregno, Avapessa, Barrettali, Belgodère, Biguglia, Borgo, Brando, Cagnano, Calenzana, Calvi, Campi, Canale-di-Verde, Canari, Canavaggia, Casevecchie, Castellare-di-Casinca, Castello-di-Rostino, Castifao, Castirla, Cateri, Centuri, Cervione, Chiatra, Corbara, Costa, Erbajolo, Ersa, Feliceto, Focicchia, Furiani, Galéria, Gavignano, Ghisonaccia, Ghisoni, Giuncaggio, (L') Île-Rousse, Lama, Lavatoggio, Linguizzetta, Lucciana, Lugo-di-Nazza, Lumio, Luri, Manso, Meria, Moltifao, Moncale, Monte, Montegrosso, Monticello, Morosaglia, Morsiglia, Muro, Nessa, Nonza, Novella, Occhiatana, Ogliastro, Olcani, Olmeta-di-Capocorso, Olmo, Omessa, Palasca, Pancheraccia, Penta-di-Casinca, Piedicorte-di-Gaggio, Piedigriggio, Pietra-di-Verde, Pietracorbara, Pietralba, Pietraserena, Pietroso, Pigna, Pino, Poggio-di-Nazza, Poggio-Mezzana, Prato-di-Giovellina, Prunelli-di-Casacconi, Prunelli-di-Fiumorbo, Rogliano, Saliceto, San-Giuliano, San-Martino-di-Lota, San-Nicolao, Sant'Andréa-di-Cotone, Sant'Antonino, Santa-Lucia-di-Moriani, Santa-Maria-di-Lota, Santa-Maria-Poggio, Santa-Reparata-di-Balagna, Serra-di-Fiumorbo, Sisco, Solaro, Sorbo-Ocagnano, Soveria, Speloncato, Taglio-Isolaccio, Talasani, Tallone, Tomino, Tox, Tralonca, Urtaca, Valle-di-Campoloro, Ventiseri, Venzolasca, Vescovato, Vezzani, Vignale, Ville-di-Paraso, Ville-di-Pietrabugno, Zalana, Zilia

 

« Vin de Corse Sartène » : Arbellara, Belvédère-Campomoro, Bilia, Fozzano, Granace, Grossa, Giuncheto, Loreto-di-Tallano, Mela, Olmeto, Olmiccia, Santa-Lucia-di-Tallano, Sartène, Sollacaro, Tivolaggio, Viggianello, Propriano et Sant'Andréa-di-Tallano

« Sartène »

Au sud d’Ajaccio, les terres granitiques du Sartenais, abritées au pied des crêtes montagneuses qui doucement descendent vers la mer Méditerranée s’ouvrent sur la façade sud-ouest de l’île. Le climat y est plus tranché, de très fortes températures estivales, des épisodes hivernaux très froids dès lors que l’on prend un peu d’altitude, des précipitations parfois importantes.
Exploités par 10 caves particulières, les 165 hectares de vigne donnent ici des vins rouges remarquablement puissants et des vins blancs secs et fruités.

« Vin de Corse Calvi »: cantons de Belgodère, Calenzana, Calvi, L'Ile-Rousse, Lama et Muro

« Calvi »

Au coeur de la Balagne, la zone géographique est constituée par le territoire de 32 communes, bordée au sud et au sud-est par un important relief montagneux, structurée par cinq petits fleuves qui délimitent des petits ensembles collinaires comme celui du couvent d’Alzipratu, portant chênaie, oliveraie et vignes.
Formant ainsi un grand amphithéâtre ouvert sur la Méditerranée qui joue son rôle thermorégulateur, cette zone géographique est l’une des plus sèches et des plus chaudes de Corse au régime venteux dominé par le Libeccio et surtout le Maestrale. Elaborés par une douzaine de caves particulières sur moins de 300 hectares, les vins sont à l’image de ces paysages, droits, francs, riches d’un caractère forgé tout autant par
les parois abruptes que par les ouvertures marines.

« Vin de Corse Coteaux du Cap Corse » : cantons de Brando, Luri, Nonza, Rogliano et San-Martino-di-Lota

« Coteaux du Cap Corse »

Le Cap Corse est incontournable dans l’histoire de la viticulture corse. Longtemps seules portes d’entrée et de sortie, les ports du Cap ont façonné l’économie agricole et viticole de l’île. Tout naturellement et en dépit des difficultés, les coteaux escarpés furent progressivement domestiqués par la mise en culture de minces terrasses souvent difficiles d’accès, parfois plongeant jusqu’en bord de mer.
« Squelette de montagne » constituant la partie septentrionale de la Corse schisteuse, le Cap Corse est marqué par la violence et la fréquence des vents dont le Libeccio qui y souffle prés de 200 jours par an, et par l’irrégulière répartition des précipitations entre les côtes orientales et occidentales, entre les bords de mer et la montagne (plus de 1100 millimètres à Luri qui n’est pourtant située qu’à 250 mètres d’altitude).
5 caves particulières se disputent ce territoire de 21 communes où demeurent en production un peu plus de 35 hectares de vigne qui donnent des vins rouges de longue garde et des vins blancs d’une rare élégance.

« Vin de Corse Figari » : communes de Figari, Monacia-d'Aullène et Pianottoli-Caldarello

« Figari »

Vignoble le plus méridional de l’île, la zone géographique s’inscrit dans un paysage, fermé à l’ouest et au nord par un arc de cercle montagneux, et ouvert aux influences de la mer Tyrrhénienne qui lui apporte sa douceur mais aussi son régime hydrique des plus irréguliers et ses vents d’est parfois violents. Ses sols granitiques pauvres, secs, viennent renforcer le caractère aride du climat et permettent, sur ce petit territoire de 3 communes et par 6 producteurs se partageant les 130 hectares de vigne, la production de vins caractérisés par leur grande finesse.

« Vin de Corse Porto-Vecchio »: communes de Bonifacio, Conca, Lecci, Porto-Vecchio, San-Gavino-di-Carbini, Sari-di-Porto-Vecchio, Sotta et Zonza.

« Porto-Vecchio »

Terre granitique, aride, battue par les vents d’est parfois violents, plongeant vers la mer Tyrrhénienne au sud-est de l’île, cette zone géographique, constituée par le territoire de 8 communes est marquée par ses faibles précipitations (23 jours de pluie par an à Bonifacio pour 450 millimètres) qui associées au fort régime venteux (300 jours de vent par an) en fait l’une des plus sèches de Corse.
6 caves particulières se partagent les 90 hectares en production et produisent des vins rouges élégants et ronds, des vins rosés fins et aromatiques et des vins blancs secs et fruités.

 

 

 

 

 

 

 

 

Historique

 

ETYMOLOGIE :
Origine du nom « Corse»

nommée Cyrnos par les Grecs

Du latin Corsus (« corse ») et Corsi (« les Corses »).

HISTOIRE
Voir aussi : la région viticole de la Corse.

Les débuts de la viticulture corse sont attribués aux Grecs, la Corse entrant dans la civilisation du vin dès le VIème siècle avant Jésus-Christ. Ainsi, en l’an 600 avant
Jésus-Christ, les Phocéens construisent, sur la rive orientale de la Corse, le comptoir d’Alalia.
L’implantation d’Alalia, comme dans les autres comptoirs en Gaule, comprend l’arrivée de la vigne comme culture au même titre que l’olivier.

Pendant toute la période de la Pax Romana, la viticulture bénéficie du savoir agronomique des Romains, pour les modes de conduite de la vigne et les techniques d’élaboration du vin.
La consommation grandissante du vin touche toutes les classes, des esclaves aux classes nobles, des valets de ferme aux domestiques.

Après la chute de l’Empire Romain, des invasions successives touchent la Corse jusqu’au XIème siècle.

Au VIIIème siècle

774
Le roi des Francs Charlemagne, devenu roi des Lombards, cède la Corse à la Papauté, en 774.

Au XIIIème siècle

La Corse est administrée par Pise jusqu’en 1285 et l’Eglise romane donne un nouvel élan à la viticulture en développant à nouveau le commerce du vin. La période génoise qui suit un siècle plus tard ne fait que renforcer les échanges avec l’Italie.

Au XVIIème siècle

Victorieuse de Pise à la bataille de Meloria, la République de Gênes va pratiquer de 1638 à 1640 une politique agricole nettement favorable à la viticulture. Pour la mener à bien, elle usera d'un arsenal de textes allant de l'incitation à la contrainte. Si elle permit d'obtenir des résultats importants dans la Corse schisteuse du Cap Corse ou de la Castagniccia, ils seront bien moindres au sud dans la Corse granitique qui restera, dans l'ensemble, plus céréalière et moins cultivée.

Au XVIIIème siècle

1768
En 1768, Gênes cède, par le Traité de Versailles, l'île de Corse au Royaume de France.

Entre 1788 et 1896 sa production fait plus que doubler, et l'île peut facilement exporter vers la région parisienne grâce à l'arrivée du chemin de fer à Sète.

Au XIXème siècle

1873
En 1873, le vignoble occupe 30 000 hectares, soit plus de trois fois la surface actuelle (8 000 hectares) avant d'être ravagé par le phylloxéra.

Au XXème siècle

1905
Décret du 1er août 1905 sur la répression des fraudes dans la vente des marchandises et des falsifications des denrées alimentaires et des produits agricoles, en ce qui concerne les vins, les vins mousseux et les eaux-de-vie .

1930
Dans les années 1930, après la Grande Dépression, il n'en restera plus que 5 000 hectares.

1942
dès 1942, des démarches de demandes de reconnaissance en appellation d’origine voient le jour, longtemps sans suite favorable.

1950
En 1950, la superficie cultivée couvre 8 500 ha.

1960
La deuxième moitié du XXème siècle est marquée par l’arrivée de quelques 17000 rapatriés d’Afrique du Nord. Celle-ci, conjuguée à des moyens financiers et à une législation favorable, va insuffler une impulsion réelle à « la nouvelle viticulture ».
Les producteurs arrivent avec des techniques viticoles et oenologiques de masse, ils créent des vignobles mécanisés pour produire ce dont ils ont l’expérience : un vin médecin pour le continent.
L’exploitation de la plantation commence en 1960, s’accélère de 1964 à 1969 et atteint son sommet en 1976.

1968
décret du 13 mars1968 a été distinguée par l'appellation VDQS Vins de Corse.
l’appellation d’origine vin délimité de qualité supérieure « Sartène », en 1968.

1970
le vignoble qui dépasse les 32 000 hectares dans les années 1970.

1972
l’appellation d’origine contrôlée « Vin de Corse » ou « Corse », initialement
reconnue par le décret du 22 décembre 1972.

la fin du droit à chaptaliser à partir de 1972

1974
Les vins ne peuvent être mis en circulation avec une AOC sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

1975
L'air de l'appellation « vins de Corse - Calvi » est d'environ 800 hectares

1976
La reconnaissance en appellation d’origine contrôlée intervient en 1976,
avec possibilité d’y adjoindre les dénominations géographiques suivantes : « Calvi », « Coteaux du Cap-Corse », « Figari », « Porto-Vecchio » et « Sartène ».

Au XXIème siècle

2008
Le vignoble de l’appellation « Vin de Corse » ou « Corse » couvre en 2008,
2760 hectares pour une production de 110000 hectolitres élaborés
par 59 caves particulières et 6 caves coopératives.

Les vins rouges représentent environ 30% de la production. Ils sont issus principalement des cépages nielluccio N et sciaccarello N, associés aux cépages grenache N et syrah. Les vins rosés, en développement et qui représentent environ 60% de la production.
Les vinsblancs représentent environ 10% de la production.

2009
Il y a 11 producteurs sur l'appellation « vins de Corse - Calvi » sur 300 hectares en production.

Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

2011

Cahier des charges de l'AOC « Vin de Corse » ou « Corse »,
le décret n° 2011-1084 du 8 septembre 2011,
JORF du 10/09/2011

« Vin de Corse Sartène »
Exploités par 10 caves particulières, sur 165 hectares de vigne
« Vins de Corse Porto-Vecchio »
Exploités par 6 caves particulières se partagent les 90 hectares, sur 8 communes
« Vins de Corse Figari »
Exploité sur 3 communes et par 6 producteurs se partageant les 130 hectares de vigne
« Vins de Corse Coteaux du Cap Corse »
Exploité par 5 caves particulières sur21 communes et sur 35 hectares de vigne.
« Vins de Corse Calvi »
Sur 32 communes, Elaborés par 12 caves particulières sur moins de 300 hectares.

 

 

Voir aussi : la région viticole de la Corse.


 

 

Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée« Vin de Corse », « Vin de Corse Sartène », « Vin de Corse Calvi », « Vin de Corse Figari », « Vin de Corse Porto-Vecchio »
Pour les vins blancs

 

cépage principal :
vermentino B (malvoisie de Corse) ;

cépages accessoires :
biancu gentile B,
codivarta B, genovèse B, ugni blanc B (rossola).

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

- La proportion du cépage vermentino B (malvoisie de Corse) est supérieure ou égale à 75 % de l’encépagement ;
- La proportion du cépage ugni blanc B (rossola) est inférieure ou égale à 25 % de l’encépagement ;
- La proportion de l’ensemble des cépages biancu gentile B, codivarta B et genovese B est inférieure ou égale à 10 % de l’encépagement.

VINIFICATION

Les vins proviennent de l’assemblage de raisins ou de vins dans les mêmes proportions que celles prévues pour l’encépagement.

 

Avant 2011

Cépage principal (75 % au minimum) : vermentino (malvoisie de Corse).

Cépages d'appoint (25 % au maximum) : ugni blanc (rossola) ainsi que le codivarta pour l'appellation " Vin de Corse Coteaux du Cap Corse " ou " Corse Coteaux du Cap Corse ".

Vins rouges et rosés

 

cépages principaux :
grenache N, nielluccio N, sciaccarello N ;

cépages accessoires :
aléatico N, barbaroux Rs
(barbarossa), carcajolo N, carignan N, cinsaut N,
morrastel N (minustello), mourvèdre N, syrah N,
vermentino B (malvoisie de Corse).

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

- La proportion de l’ensemble des cépages principaux est supérieure ou égale à 50 % de l’encépagement ;
- La proportion de l’ensemble des cépages nielluccio N et sciaccarello N est supérieure ou égale à un tiers de l’encépagement ;
- La proportion du cépage carignan N est inférieure ou égale à 20 % de l’encépagement ;
- La proportion du cépage vermentino B (malvoisie de Corse) est inférieure ou égale à 20 % de l’encépagement ;
- La proportion de l’ensemble des cépages aléatico N, carcajolo N et morrastel N (minustello) est inférieure ou égale à 10 % de l’encépagement.

VINIFICATION

Les vins proviennent de l’assemblage de raisins ou de vins dans les mêmes proportions que celles prévues pour l’encépagement.

 

Avant 2011

Cépages principaux (50 % au minimum) : nielluccio, sciacarello et grenache noir.

Cépages d'appoint (50 % au maximum) : cinsault, mourvèdre, barbarossa, syrah, carignan et vermentino (malvoisie de Corse).

Toutefois, la proportion de vermentino et de carignan ne doit pas dépasser 20 % pour chacun de ces deux cépages.

A partir des vendanges de 1979, la proportion de nielluccio et de sciacarello devra être au minimum du tiers de l'encépagement total de chaque exploitation.

 

Appellation d'origine contrôlée « Vin de Corse Coteaux du Cap Corse »
Pour les vins blancs

 

cépage principal :
vermentino B (malvoisie de Corse) ;

cépages accessoires :
biancu gentile B,
codivarta B, génovese B, ugni blanc B (rossola).

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

- La proportion du cépage vermentino B (malvoisie de Corse) est supérieure ou égale à 80 % de l’encépagement ;
- La proportion de l’ensemble des cépages codivarta B et ugni blanc B (rossola) est inférieure ou égale à 20 % de l’encépagement ;
- La proportion de l’ensemble des cépagesbiancu gentile B et genovese B est inférieure ou égale à 10 % de l’encépagement.

VINIFICATION

Les vins proviennent de l’assemblage de raisins ou de vins dans les mêmes proportions que celles prévues pour l’encépagement.

 

Avant 2011

Cépage principal (75 % au minimum) : vermentino (malvoisie de Corse).

Cépages d'appoint (25 % au maximum) : ugni blanc (rossola) ainsi que le codivarta pour l'appellation " Vin de Corse Coteaux du Cap Corse " ou " Corse Coteaux du Cap Corse ".

 

Vins rouges et rosés

 

cépages principaux :
grenache N, nielluccio N, sciaccarello N ;

cépages accessoires :
aléatico N, barbaroux Rs
(barbarossa), carcajolo N, carignan N, cinsaut N,
mourvèdre N, syrah N, vermentino B (malvoisie
de Corse).

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

- La proportion de l’ensemble des cépages principaux est supérieure ou égale à 60 % de l’encépagement ;
- La proportion de l’ensemble des cépages nielluccio N et sciaccarello N est supérieure ou égale à un tiers de l’encépagement ;
- La proportion du cépage carignan N est inférieure ou égale à 20 % de l’encépagement ;
- La proportion du cépage vermentino B (malvoisie de Corse) est inférieure ou égale à 20% de l’encépagement ;
- La proportion de l’ensemble des cépages aléatico N et carcajolo N est inférieure ou égale à 10 % de l’encépagement.

VINIFICATION

Les vins proviennent de l’assemblage de raisins ou de vins dans les mêmes proportions que celles prévues pour l’encépagement.

Avant 2011

Cépages principaux (50 % au minimum) : nielluccio, sciacarello et grenache noir.

Cépages d'appoint (50 % au maximum) : cinsault, mourvèdre, barbarossa, syrah, carignan et vermentino (malvoisie de Corse).

Toutefois, la proportion de vermentino et de carignan ne doit pas dépasser 20 % pour chacun de ces deux cépages.

A partir des vendanges de 1979, la proportion de nielluccio et de sciacarello devra être au minimum du tiers de l'encépagement total de chaque exploitation.

 

 

Historique

1979 : Pour les vins rouges, partir des vendanges de 1979, la proportion de nielluccio et           de sciacarello devra être au minimum du tiers de l'encépagement total de chaque           exploitation.
2011 : « Vin de Corse Coteaux du Cap Corse » possède un encépagement différent
            des autres vins et le cépage morrastel N (minustello) n'est plus autorisé.
            La proportion des cépages des « Vins de Corse » change.
           

 

 

 

 

Sols et Climat

Le sol est composé de terroirs d'une grande variété avec des schistes à l'est, des sols granitiques à l'ouest, ainsi que des alluvions sédimentaires au centre et des affleurements calcaires au nord et au sud

Le substratum géologique est essentiellement granitique et schisteux. La Corse est en effet un massif montagneux, ancien dans la majeure partie de l’île, à l’ouest et au sud, comme à Calvi, Figari, Porto-Vecchio et Sartène, avec des formations cristallines, alpin, au nord-est, marqué par des formations schisteuses, comme au Cap Corse.

La côte orientale, quant à elle, repose sur des formations sédimentaires
du Quaternaire.

Les formations calcaires dominent autour de Patrimonio.
La diversité des reliefs et la présence de la mer créent ainsi de nombreux mésoclimats.
Sur ce substratum géologique, se sont développés 4 grands types de sols :
- des sols sur granit arénisé ;
- des sols développés sur schistes calcaires ou schistes lustrés (plus acides) ;
- des sols argilo-calcaires ;
- des sols développés sur alluvions.

Les situations offrant des sols disposant d’une bonne réserve hydrique sont privilégiées, compte tenu ducontexte climatique sec, afin de permettre un développement végétatif optimal de la vigne.

La grande majorité de la production bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée « Vin de Corse » ou « Corse » (95% de la production) est issue du vignoble qui s’étend de Bastia jusqu’à Solenzara en passant par une petite partie de l’arrondissement de Corte, sur toute la façade maritime orientale, qui représente ainsi le plus vaste secteur viticole de l’île.

 

Le Climat est s’intègre dans la marge littorale du climat méditerranéen et ne présente que quelques anomalies locales dues à des conditions géographiques particulières.
Moyenne pluviométrique de 600 à 700 m d’eau / an.
Vents dominants le Sirocco (105 jours/an ) et le Gregale (106 jours/an).
Ecarts thermiques modérés, gelées inexistantes.

Le climat s’intègre dans la marge littorale du climat méditerranéen, avec des sommes de températures d’une grande douceur (isothermes de 14°C à 17°C) et une durée d’insolation élevée, supérieure à 2500 heures.

Les précipitations sont marquées par une hétérogénéité de répartition annuelle, avec des épisodes pluvieux importants à l’automne et, dans une moindre mesure, au printemps. Les moyennes pluviométriques annuelles sont comprises entre 600 millimètres et 700 millimètres.

Les vents ont une importance déterminante dans les nuances régionales du climat corse. Les vents « locaux » correspondant aux brises de mer et de terre ou aux brises de montagnes et de vallées (vents thermiques à effet venturi plus ou moins prononcé) vont donner leur identité à certains des secteurs viticoles de l’île.
Les vents « régionaux » ne sont pas moins importants dans la caractérisation du climat corse et son incidence sur le développement viticole: la Tramontana, grand vent du nord, le Maestrale, vent du nordouest, le Libecciu, vent du sud-ouest, le Sirocco, de direction sud-est, et le Grégale, grand vent pluvieux de la façade orientale, d’orientation nord-est.

 

 

Fiche technique

L'AOC « Vin de Corse » ou « Corse » produit des vins rouges, rosés et blancs

Vignoble

Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des charges
du 8 septembre 2011



1° Conduite du vignoble

Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 4000 pieds à l’hectare.

l’irrigation est autorisée.
L’irrigation pendant la période de végétation de la vigne ne peut être autorisée, conformément aux dispositions de l’article D. 645-5 du code rural et de la pêche maritime, qu’en cas de sécheresse
persistante et lorsque celle-ci perturbe le bon développement physiologique de la vigne et la bonne maturation du raisin.

2° Vendange

Maturité :
Le titre alcoométrique volumique naturel minimum des vinsest entre 11 % vol.,et 11,5 %. (Voir cahier des charges 2011)

Rendement :
AOC « Vin de Corse » ou « Corse »
Vins blancs et rosés 55 hectolitres par hectare
Vins rouges 45 hectolitres par hectare
Dénominations « Figari », « Porto-Vecchio », « Sartène »
Vins blancs et rosés 50 hectolitres par hectare
Vins rouges 45 hectolitres par hectare
Dénominations « Calvi » et « Coteaux du Cap Corse »
Vins blancs, rosés et rouges 45 hectolitres par hectare

Avant 2009
50 hl par hectare de vigne en production pour l'AOC « Vin de Corse » ou « Corse » .

45 hl par hectare de vigne en production pour
« Vin de Corse Sartène », « Vin de Corse Calvi »,
« Vin de Corse Coteaux du Cap Corse »,
« Vin de Corse Figari »,
« Vin de Corse Porto-Vecchio ».

Chai

1° Arrivée en cave

L'aire de production des vins
L'aire de production des vins ayant droit à cette appellation d'origine contrôlée est délimitée à l'intérieur des communes
(Voir cahier des charges 2011)

Enrichissement
Toute opération d’enrichissement est interdite

2° Vinification:
Les vins ayant droit à cette appellation contrôlée devront provenir des raisins récoltés à bonne maturité et vinifiés conformément aux usages locaux, ils bénéficieront de toutes les pratiques oenologiques actuellement autorisées par les lois et règlements en vigueur.

La fermentation malolactique est achevée pour les vins rouges.

L’utilisation de morceaux de bois est interdite

L’utilisation des charbons à usage oenologique, seuls ou en mélange dans des préparations, est interdite.

ELEVAGE

AOC « Vin de Corse » ou « Corse »
Les vins rouges font l’objet d’un élevage au moins jusqu’au 15 décembre de l’année de la récolte

Dénominations « Coteaux du Cap Corse » et « Porto-Vecchio »
Les vins rouges font l’objet d’un élevage au moins jusqu’au 15 décembre de l’année de la récolte

Dénomination géographique « Calvi »
Les vins blancs, rouges et rosés font l’objet d’un élevage au moins jusqu’au 15 décembre de l’année de la récolte

Dénomination géographique « Figari »
Les vins rouges font l’objet d’un élevage au moins jusqu’au 15 mars de l’année qui suit celle de la récolte

Dénomination géographique « Sartène »
Les vins rouges font l’objet d’un élevage au moins jusqu’au 15 février de l’année qui suit celle de la récolte

3 ° Contrôles :

Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance sous l'autorité de l'INAO sur la base d'un plan d'inspection approuvé.

 

Commercialisation

 

Date de mise en marché à destination du consommateur

AOC « Vin de Corse » ou « Corse »
Dénominations géographiques « Coteaux du Cap Corse » et « Porto-Vecchio »
Vins rouges
A partir du 1er janvier de l’année qui suit celle de la récolte, après la période d’élevage

Dénomination géographique « Calvi »
Vins blanc, rosés et rouges
A partir du 1er janvier de l’année qui suit celle de la récolte, après la période d’élevage

Dénomination géographique « Figari »
Vins rouges
A partir du 1er avril de l’année qui suit celle de la récolte, après la période d’élevage

Dénomination géographique « Sartène »
Vins rouges
A partir du 1er mars de l’année qui suit celle de la récolte, après la période d’élevage

 



Cartes et Photos


Carte du Vignoble de Provence et Corse
   

Adresses

Domaine A.Ronca

Marina Acquiviva

 

Domaine Camellu

Mr Villanova

 

Domaine d'Alzipratu

Pierre Acquiviva

 

Domaine de la Figarelle

Acille Acquiviva

 
Domaine de Torraca
20137
Lecci de Porto-Vecchio
Tél: 04.95.71.43.50
Domaine Renucci
 

Enclos des Anges

Richard Spurr

 

Les nouvelles sur l'appellation

   

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.