Fiche sur les vins AOC en France

Mâcon

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes et Photos
Les adresses

Les nouvelles

 

 

 

Situation Géographique

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Mâcon » est situé dans la région viticole de la Bourgogne. Mâcon est la plus grande zone de vin blanc en Bourgogne.

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Mâcon » est situé sur 91 communes, parmi lesquelles, 80 constituent la zone géographique des vins bénéficiant de la mention « Villages ».

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Mâcon » est situé dans le département de Saône-et-Loire , par le territoire les 91 communes suivantes :

Ameugny, Azé, Berzé-la-Ville, Berzé-le-Châtel, Bissy-la-Mâconnaise,
Bissy-sous-Uxelles, Blanot, Bonnay, Boyer, Bray, Bresse-sur-Grosne,
Burgy, Burnand, Bussières, Chaintré, Champagny-sous-Uxelles, Chânes, Chapaize, La Chapelle-sous-Brancion, Charbonnières, Chardonnay, Charnay-lès-Mâcon, Chasselas, Château, Chevagny-lès-Chevrières, Chissey-lès-Mâcon, Clessé, Cortambert, Cortevaix, Crèches-sur-Saône, Cruzille, Curtilsous-Burnand, Davayé, Donzy-le-National, Etrigny, Farges-lès-Mâcon, Fleurville, Fuissé, Grevilly,
Hurigny, Igè, Jalogny, Jugy, Lacrost, Laives, Laizé, Leynes, Lournand, Lugny, Mâcon, Malay,Mancey, Martailly-lès-Brancion, Massy, Milly-Lamartine, Montbellet, Montceaux-Ragny, Nanton,Ozenay, Péronne, Pierreclos, Plottes, Préty, Prissé,
La Roche-Vineuse, Royer, Saint-Albain, Saint-Gengoux-de-Scissé,
Saint-Gengoux-le-National, Saint-Martin-Belle-Roche, Saint-Maurice-de-Satonnay, Saint-Vérand, Saint-Ythaire, La Salle, Salornay-sur-Guye, Savigny-sur-Grosne, Senneceyle-Grand, Senozan, Serrières, Sigy-le-Châtel, Sologny, Solutré-Pouilly, Tournus, Uchizy, Vergisson,Vers, Verzé, Le Villars, La Vineuse, Vinzelles, Viré.

LISTE DES DÉNOMINATIONS GÉOGRAPHIQUES COMPLÉMENTAIRES
des communes suivantes du département de Saône-et-Loire :
- « Azé » : Azé
- « Bray » : Blanot, Bray, Chissey-lès-Mâcon, Cortambert
- « Burgy » : Burgy
- « Bussières » : Bussières
- « Chaintré » : Chaintré, Chânes, Crêches-sur-Saône
- « Chardonnay » : Chardonnay, Ozenay, Plottes, et Tournus( pour partie)
- « Charnay-lès-Mâcon » : Charnay-lès-Mâcon
- « Cruzille » : Grevilly, Martailly-lès-Brancion, et Cruzille (pour partie)
- « Davayé » : Davayé
- « Fuissé » : Fuissé
- « Igé » : Igé
- « Lugny » : Bissy-la-Mâconnaise, Lugny, Saint-Gengoux-de-Scissé,
                     et Cruzille (pour partie)
- « Loché » : Mâcon
- « Mancey » : Boyer, La-Chapelle-sous-Brancion, Etrigny, Jugy, Laives,
                       Mancey,  Montceaux-Ragny, Nanton, Royer,
                      Sennecey-le-Grand, Vers, et Tournus (pour partie)
- « Milly-Lamartine » : Berzé-la-Ville, Berzé-Le-Chatel, Milly-Lamartine, Sologny
- « Montbellet » : Montbellet
- « Péronne » : Péronne, Saint-Maurice-de-Satonnay, et Clessé (pour partie)
- « Pierreclos » : Pierreclos
- « Prissé » : Prissé
- « La Roche-Vineuse » : Chevagny-lès-Chevrières, Hurigny, Roche-Vineuse
- « Serrières » : Serrières
- « Solutré-Pouilly » : Solutré-Pouilly
- « Saint-Gengoux-le-National » : Ameugny, Bissy-sous-Uxelles, Bonnay,
                                                 Bressesur-Grosne, Burnand,
                                                 Champagny-sous-Uxelles, Chapaize, Cortevaix,                                                 Curtil-sous-Burnand, Lournand, Malay, Massy,
                                                Saint-Gengoux-le-National, Saint-Ythaire,
                                                 Salornay-sur-Guye, Savigny-sur-Grosne,
                                                 Sigy-le-Châtel, La-Vineuse
- « Uchizy » : Uchizy
- « Vergisson » : Vergisson
- « Verzé » : Verzé
- « Vinzelles » : Vinzelles

Pour la mention « Villages », la récolte des raisins est les 80 communes suivantes du département de Saône-et-Loire :

Ameugny, Azé,Berzé-la-Ville, Berzé-le-Châtel, Bissy-la-Mâconnaise,
Bissy-sous-Uxelles, Blanot, Bonnay, Boyer,Bray, Bresse-sur-Grosne, Burgy, Burnand, Bussières, Chaintré, Champagny-sous-Uxelles, Chânes,
Chapaize, La Chapelle-sous-Brancion, Charbonnières, Chardonnay,
Charnay-lès-Mâcon, Chasselas,Chevagny-les-Chevrières, Chissey-lès-Mâcon, Clessé, Cortambert, Cortevaix, Crèches-sur-Saône,Cruzille, Curtil-sous-Burnand, Davayé, Etrigny, Farges-lès-Mâcon, Fuissé, Grevilly, Hurigny, Igè,
Jugy, Laives, Laizé, Leynes, Lournand, Lugny, Mâcon, Malay, Mancey,
Martailly-lès-Brancion,Massy, Milly-Lamartine, Montbellet, Montceaux-Ragny, Ozenay, Péronne, Pierreclos, Plottes, Prissé,La Roche-Vineuse, Royer, Saint-Albain, Saint-Gengoux-de-Scissé, Saint-Gengoux-le-National, Saint-Martin-Belle-Roche, Saint-Maurice-de-Satonnay, Saint-Vérand, Saint-Ythaire, La Salle,
Savigny-sur-Grosne, Sennecey-le-Grand, Senozan, Sologny, Solutré-Pouilly, Tournus, Uchizy, Vergisson, Vers,Verzé, La Vineuse, Vinzelles, Viré.

 

L'aire de production est établie en 1937, puis modifiée en 1998, en 2004, en 2005, en 2006, en 2008 et 2009.

 

 

 

Historique


ETYMOLOGIE

Origine du nom :

HISTOIRE

Regardez aussi : L'histoire de la Bourgogne

La présence de la vigne dans le « Mâconnais » est attestée dès le IIIème siècle. La culture de la vigne et le commerce du vin connaissent un essor important à partir du Moyen-Âge, grâce aux grands ordres monastiques et notamment l’abbaye de Cluny, située à l’ouest de la zone géographique, et Tournus, au nord.
Le « Mâconnais » médiéval est une région agricole riche et peuplée, comme en atteste les dizaines de petites églises romanes préservées au coeur des villages.

92
L’édit de l'empereur romain Domitien, en 92, interdisait la plantation de nouvelles vignes hors d’Italie ; il fit arracher partiellement les vignes en Bourgogne afin d’éviter la concurrence.

280
Probus annula l'édit de Dominitien en 280.

Au XIVème siècle

1349
Vers 1349, lorsque l’on découvre le gamay comme nouveau cépage, les réactions de mécontentement se multiplient. Le nouveau plant, très productif, risque en effet de compromettre la qualité des vins de Bourgogne.

1351
interdiction aux vendeurs de donner un nom qui ne serait pas du pays d'origine du vin sous peine d'amende et de confiscation ( sous le régne de Jean le Bon, roi de France de 1350 à 1364)

1360
ordonnance du conseil du roi ( une ordonnance royale de Jean Le Bon ) qui classe le vin en 3 catégories -vins français (île de France) –vin de bourgogne-vins de grand prix (beaujolais à St Pourçain)

1395
Au 14ème siècle, Philippe-le-Hardi, fit interdire le plant 'Gamay' au profit du 'Pinot' afin de mieux garantir la qualité de nos vins, par l'ordonnance de 6 août 1395, sur son territoire (Duché de Bourgogne)

Au XVème siècle

1416
Par l'édit de 1416, du roi Charles VI fixant les limites de production du vin de Bourgogne ( Voir le texte d'époque à la page: vignoble de Bourgogne en 1416 )
« les vins récoltés en amont du pont de Sens avec ceux du pays de l'Auxerrois comme ceux du pays de Beaunois seront considérés comme des vins de Bourgogne ».
Mâcon n'est fait pas partie.

1477
En 1477, à la mort de Charles le Téméraire, le vignoble de Bourgogne
fut rattaché à la France, sous le règne de Louis XI.

Au XVIIème siècle

1620
Au XVIIème siècle (édit des échevins de Mâcon de 1620), le « Mâconnais » cherche, pour sa production de vins rouges, à n’utiliser qu’une variété fine dite « petit gamay ».
A cette même époque, le cépage chardonnay B est implanté pour la production de vins blancs.
Les lourdes mesures fiscales prises par la ville de Lyon, dissuadent les producteurs de l’approvisionner en « vins courants ». Ces producteurs se tournent alors vers la production de « vins fins », vendus à des prix plus élevés sur le marché parisien.

Au XVIIIème siècle

1789
Depuis la révolution française de 1789, l’extrême valorisation du patrimoine foncier et la réputation internationale des vins de Bourgogne ont conduit à un très important morcellement des terres.

Au XVIIIème siècle, le négoce-éleveur se développe dans la région bourguignonne, donne aux vins de Bourgogne une image nouvelle et organise leur large diffusion à l’échelle européenne. La « Côte de Beaune » alimente en « vins fins » les maisons de négoce beaunoises, qui tiennent une grande part du marché.

Au XIXème siècle

1860
Depuis le XVIIIème siècle, les vignobles et leurs facteurs de qualité sont largement étudiés et nombre d’auteurs fournissent pour la Bourgogne des classifications de « crus, » dont le classement effectué par le Comité de viticulture de l’arrondissement de Beaune, en 1860, constitue un aboutissement.
Sur le territoire des communes de la « Côte », chaque « climat » (nom d'usage, le plus souvent un nom de lieudit) planté en « cépage fin » est classé sur une échelle de qualité.

1875
Le phylloxéra atteint le Mâconnais en 1875 et Meursault en 1978.

 

Au XXème siècle

1905
Décret du 1er août 1905 sur la répression des fraudes dans la vente des marchandises et des falsifications des denrées alimentaires et des produits agricoles, en ce qui concerne les vins, les vins mousseux et les eaux-de-vie .

1926
A partir des années 1920, face à la crise viticole, des producteurs et hommes politiques se lancent dans le mouvement coopératif.
La première cave coopérative est créée en 1926, à Saint-Gengoux-de-Scissé, au coeur de la zone géographique. Dix ans plus tard, elles sont 15 « filles de misère », comme les baptisent alors leurs fondateurs.

1937
L’appellation d’origine contrôlée « Mâcon » est initialement reconnue par le
décret du 31 juillet 1937.

1951
En 1951, un arrêté sur la commercialisation du vin fixe la vente des vins nouveau le le 15 décembre.

En octobre 1951 , les vignerons réunis au sein de l'Union Viticole du Beaujolais demandent la possibilité de commercialiser " de suite les vins du Beaujolais

Le 13 novembre 1951, une note de l'Administration des Contributions Indirectes précise " dans quelles conditions certains vins à appellation contrôlée peuvent être commercialisés dès maintenant, sans attendre le déblocage général du 15 décembre prochain " . Les vins visés sont : le Beaujolais, les Côtes-du-Rhône, la Bourgogne (vins blancs) et Bourgogne Grand Ordinaire, le Bourgogne Aligoté, le Mâcon (vins blancs), le Gaillac et Gaillac Premières Côtes (vins blancs), le Muscadet.

1958
A Mâcon, les producteurs fondent, en 1958, la « Maison Mâconnaise des Vins », lieu de dégustation, d’achat et de découverte des vins.

1967
En 1967, un décret fixe la commercialisation du beaujolais nouveau au 15 novembre, à minuit .

1972
L’« Union des Producteurs de Vins de Mâcon » est créée en 1972.
Elle se voue à la préservation et la mise en valeur du territoire, des traditions locales et des savoir-faire ainsi que des produits qui en sont issus.

1977
en 1977, année particulièrement tardive, le Beaujolais Nouveau est mis en vente le 25 novembre, à minuit.

1985
en 1985, un décret fixe au troisième jeudi de novembre la date de la mise à la consommation des vins primeurs.

1986
Bien que possédant des terroirs différents, les viticulteurs du Mâconnais et du Beaujolais se sont réunis pour créer une route des vins commune en 1986. A travers le Mâconnais et le Beaujolais, pas moins de 1000 panneaux guident ainsi les pas des amateurs de vins, au fil des 500 km de routes qui constituent la route des vins de cette région. Le touriste désireux de se plonger dans la culture viticole de la région pourra ainsi parcourir 63 villes et villages qui parsèment les 12 circuits de cette route des vins.

1988
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent des 27 et 28 mai 1998.


Au XXI ème siècle

2004
La superficie en totale est de 5 000 hectares.
La superficie en production est de 2 040 hectares.
Liste des communes d'AOC Mâcon avec dénomination géographique
1° « Azé » : Azé ;
2° « Bray » : Blanot, Bray, Chissey-lès-Mâcon, Cortambert ;
3° « Burgy » : Burgy ;
4° « Bussières » : Bussières ;
5° « Chaintré » : Chaintré, Chânes, Crêches-sur-Saône ;
6° « Chardonnay » : Chardonnay, Ozenay, Plottes et Tournus pour partie ;
7° « Charnay-lès-Mâcon » : Charnay-lès-Mâcon ;
8° « Cruzille » : Grevilly, Martailly-lès-Brancion et Cruzille pour partie ;
9° « Davayé » : Davayé ;
10° « Igé » : Igé ;
11° « Lugny » : Bissy-la-Mâconnaise, Lugny, Saint-Gengoux-de-Scissé et Cruzille pour partie ;
12° « Mancey » : Boyer, La Chapelle-sous-Brancion, Etrigny, Jugy, Laives, Mancey, Montceaux-Ragny, Nanton, Royer, Sennecey-le-Grand, Vers et Tournus pour partie ;
13° « Milly-Lamartine » : Berzé-la-Ville, Berzé-le-Châtel, Milly-Lamartine, Sologny ;
14° « Péronne » : Péronne, Saint-Maurice-de-Satonnay et Clessé pour partie ;
15° « Pierreclos » : Pierreclos ;
16° « Prissé » : Prissé ;
17° « La Roche-Vineuse » : Chevagny-lès-Chevrières, Hurigny, La Roche-Vineuse ;
18° « Serrières » : Serrières ;
19° « Saint-Gengoux-le-National » : Ameugny, Bissy-sous-Uxelles, Bonnay, Bresse-sur-Grosne, Burnand, Champagny-sous-Uxelles, Chapaize, Cortevaix, Curtil-sous-Burnand, Lournand, Malay, Massy, Saint-Gengoux-le-National, Saint-Ythaire, Salornay-sur-Guye, Savigny-sur-Grosne, Sigy-le-Châtel, La Vineuse ;
20° « Verzé » : Verzé.

Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent des 27 et 28 mai 2004.

2005
Pour les vins susceptibles de bénéficier d’une dénomination géographique complémentaire, révision de l’aire géographique de production telle qu’approuvée par l'Institut national de l'origine et de la qualité lors de la séance du comité national compétent des 9 et 10 mars 2005, pour la récolte des raisins.

Modification du décret :
Décret du 12 septembre 2005 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Mâcon Villages » et à l'appellation d'origine contrôlée « Mâcon » complétée d'un nom géographique :
« Pour les vignes plantées à compter du 15 septembre 2005, l'écartement entre rangs ne peut être supérieur à 1,3 mètre. Les vignes plantées à compter du 15 septembre 2005 présentent une hauteur de feuillage utile palissé non inférieure à 0,6 fois l'écartement entre les rangs. Cette hauteur est mesurée entre la limite inférieure du feuillage établie à 30 centimètres au moins au-dessus du sol et la limite supérieure de rognage, établie à 20 centimètres au moins au-dessus du fil supérieur de palissage. »

Depuis 2005 l'appellation Mâcon Grévilly disparait pour devenir Mâcon Cruzille.

2006
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent des des 6 et 7 septembre 2006

2008
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 28 mai 2008 .

2009
C'est la fin d'un usage qui remontait au Moyen-Age: en Bourgogne, il n'y a plus de ban des vendanges. Les viticulteurs sont libres de décider eux-mêmes du jour où ils commencent à cueillir les raisins.

Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 3 novembre 2009.

Les vins rouges et rosés susceptibles de bénéficier de l’appellation d’origine contrôlée suivie ou non d’une dénomination géographique complémentaire peuvent être issus des cépages gamay de Bouze N et gamay de Chaudenay N, pour les parcelles de vigne en place à la date du 31 juillet 2009 et ce jusqu’à l’arrachage desdites parcelles.

2011

Après une période de fusions, il reste 10 structures coopératives, en 2011.
S’étendant sur une superficie d’environ 3200 hectares destinés à la production de vins blancs et 500 hectares destinés à la production de vins rouges et rosés, le vignoble est exploité par plus de 1000 producteurs coopérateurs et près de 500 caves particulières.

Cahier des charges de l’appellation d’origine contrôlée « Mâcon »
homologué par le décret n° 2011-1804 du 6 décembre 2011,
JORF du 8 décembre 2011

2012

Décret n° 2012-655 du 4 mai 2012 relatif à l'étiquetage et à la traçabilité des produits vitivinicoles et à certaines pratiques œnologiques, JORF n°0107 du 6 mai 2012

Les règles pour le « vin biologique » sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

 

 

 

 

 

Regardez aussi : L'histoire de la Bourgogne

 

 

 

 

 

Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Mâcon » :
« Mâcon »
Vins blancs
chardonnay B
« Mâcon »
Vins rouges et rosés

gamay N, pinot noir N

Les vins rouges et rosés susceptibles de bénéficier de l’appellation d’origine contrôlée suivie ou non d’une dénomination géographique complémentaire peuvent être issus des cépages gamay de Bouze N et gamay de Chaudenay N, pour les parcelles de vigne en place à la date du 31 juillet 2009 et ce jusqu’à l’arrachage desdites parcelles.

VINIFICATION

La proportion des cépages gamay de Bouze N et gamay de Chaudenay N, ensemble ou séparément dans l’assemblage des vins rouges et rosés, susceptibles de bénéficier de l’appellation d’origine contrôlée suivie ou non d’une dénomination géographique complémentaire, est inférieure ou égale à
10% de l’assemblage.

 

« Mâcon + zone géographique »
Vins rouges et rosés

gamay N

Les vins rouges et rosés susceptibles de bénéficier de l’appellation d’origine contrôlée suivie ou non d’une dénomination géographique complémentaire peuvent être issus des cépages gamay de Bouze N et gamay de Chaudenay N, pour les parcelles de vigne en place à la date du 31 juillet 2009 et ce jusqu’à l’arrachage desdites parcelles.

VINIFICATION

La proportion des cépages gamay de Bouze N et gamay de Chaudenay N, ensemble ou séparément dans l’assemblage des vins rouges et rosés, susceptibles de bénéficier de l’appellation d’origine contrôlée suivie ou non d’une dénomination géographique complémentaire, est inférieure ou égale à
10% de l’assemblage.

 

Ampélographie
( étude des cépages)

Gamay :
Le cépage Gamay provient, d'après les analyses génétiques publiées, d'un croisement entre le Pinot et le Gouais B.

Chardonnay :
Le cépage Chardonnay B provient, d'après les analyses génétiques publiées, d'un croisement entre le Pinot et le Gouais B.
Le chardonnay n'est apparu en France qu'au début du 20e siècle ! Jusqu'à la fin du 19e siècle en Bourgogne, point de trace de ce cépage, il était comfondu avec le pinot blanc. C'est Pierre Galet en 1958 qui a permis de le différencier définitivement du « pinot blanc B ».

Historique

1349 : Découverte du cépage Gamay en Bourgogne.
1620 : Le cépage « Gamay » se dévellope dans le Mâconnais.
1958 : C'est Pierre Galet en 1958 qui a permis de le différencier définitivement
           le « pinot blanc B » et le Chardonnay.
1997 : Grâce à une équipe américaine conduite par Carole Meredith à l'université            de Davis, l'analyse ADN du cépage a montré que le chardonnay est un            hybride entre le pinot noir et le gouais, un cépage blanc du Moyen Age
           qui a disparu depuis
2009 : les cépages gamay de Bouze N et gamay de Chaudenay N ne sont plus
            autorisés à la plantation à la date du 31 juillet 2009


 

 

 

Sols et Climat

Le sol comprend des terroirs de siliceux et calcaires

direction nord-nord-est/sud-sud-ouest et séparées par un système de failles parallèles. Chacun de ces « chaînons » est basculé vers l’orient et fait se succéder, d’ouest en est, le socle granitique ou schisteux paléozoïque, puis les couches sédimentaires calcaires ou argileuses, triasiques et jurassiques, qui le recouvrent.
En outre, des formations tertiaires occupent les dépressions et sont représentées par des sables siliceux, des argiles à silex, ou des conglomérats calcaires.

Les affleurements granitiques sont plus fréquents, au sud et à l’ouest, de la zone géographique. Ils sont absents des « chaînons » orientaux. Les piémonts sont fréquemment empâtés par des formations argilo-limoneuses, issues de l’altération des calcaires et des marnes, pouvant atteindre une épaisseur de plusieurs mètres.

Selon les substrats, les sols sont extrêmement variés :
- sols siliceux et acides sur le socle paléozoïque, sableux et filtrants sur les arènes granitiques, très caillouteux et plus argileux sur les formations schisteuses ;
- sols calcaires, parfois très pierreux, sur les flancs des reliefs exposés à l'est, sur les substrats duJurassique ;
- sols limoneux décarbonatés, superficiels sur les substrats marneux, plus profonds sur les altérites de bas de coteau.

La morphologie en « chaînons » est marquée par la prépondérance des expositions des coteaux, vers l’est et l’ouest. Des versants regardant vers le nord et le sud, sont présents le long des vallées orientées vers l’est et la Saône.

 

Le climat est océanique à tendance méridionale.

Le « Mâconnais » est soumis aux influences rhodaniennes pénétrant par la vallée de la Saône et qui limitent les excès d’humidité.
La barrière naturelle des « Monts du Charollais », à l’ouest, protège, en partie, la zone géographique, des influences humides océaniques. Les précipitations sont régulièrement réparties au cours de l’année (800 millimètres en moyenne) et sont modérées durant la période végétative de la vigne.

La température moyenne annuelle est de 11°C et l’ensoleillement moyen de 2000 heures par an. Les étés sont chauds et bien ensoleillés.

 

 

 

 

 

 

Fiche technique

L'AOC « Mâcon » est réservé aux vins tranquilles blancs, rouges et rosés.
Le nom de l’AOC suivi ou non de la mention « Villages » peut être complété par la mention « primeur » ou « nouveau »

Ainsi, 26 dénominations géographiques complémentaires différencient les vins blancs, et 20 dénominations géographiques complémentaires enrichissent la palette des vins rouges et rosés. :

Vins tranquilles blancs, rouges et rosés
« Azé », « Bray », « Burgy », « Bussières », « Chaintré », « Chardonnay », « Charnay-lès-
Mâcon », « Cruzille », « Davayé », « Igé », « Lugny », « Mancey », « Milly-Lamartine »,
« Péronne », « Pierreclos », « Prissé », « La Roche-Vineuse », « Saint-Gengoux-le-National », « Verzé ».

Vins tranquilles rouges et rosés « Serrières »

Vins tranquilles blancs
« Fuissé », « Loché », « Montbellet , « Solutré-Pouilly », « Uchizy », « Vergisson », « Vinzelles ».

Mention « Villages » Vins tranquilles blancs
Mention « primeur » ou « nouveau » Vins tranquilles blancs et rosés

Vignoble

Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des Charges
du 06 Décembre 2011


1° Conduite du vignoble

Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 7000 pieds par hectare.

La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à :
- 11000 kilogrammes par hectare, pour les vins blancs ;
- 10000 kilogrammes par hectare, pour les vins rouges et rosés.

L’irrigation est interdite.

2° Vendange

Maturité :

un titre alcoométrique volumique naturel minimum de :
* AOC : 10 % pour les vins
* la mention « géographique »
de 10,5 % pour les vins rouges et rosé
de 11 % pour les vins blancs.
* Mention « Villages » : de 10,5 % pour les vins blancs

Ne peut être considéré comme étant à bonne maturité tout lot unitaire de vendange présentant une richesse en sucre inférieure à :
* AOC
pour les vins rouges et rosés : 171 grammes par litre de moût
pour les vins blancs :162 grammes par litre de moût
* la mention « géographique »
pour les vins rouges : 180 grammes par litre de moût;
pour les vins blancs : 178 grammes par litre de moût .
* Mention « Villages »
Vins blancs 170 grammes par litre de moût

Rendement :

Le rendement est fixé à :
* AOC
pour les vins rouges : 64 hectolitres par hectare
pour les vins blancs : 70 hectolitres par hectare
* la mention « géographique »
pour les vins rouges : 58 hectolitres par hectare
pour les vins blancs : 66 hectolitres par hectare
* la mention « Villages »
pour les vins blancs : 68 hectolitres par hectare

Le rendement butoir est fixé à :
* AOC
pour les vins rouges : 69 hectolitres par hectare
pour les vins blancs : 75 hectolitres par hectare
* la mention « premier cru »
pour les vins rouges : 65 hectolitres par hectare
pour les vins blancs : 73 hectolitres par hectare
* la mention « Villages »
pour les vins blancs : 75 hectolitres par hectare

Divers :

La vendange est protégée de la pluie pendant son transport et lors de sa réception.

 

Chai


1° Arrivée du Chai

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Enrichissement
- Les techniques soustractives d’enrichissement (TSE) sont autorisées pour les vins rouges dans la limite d’un taux de concentration de 10% ;

- L' enrichissement des vins est autorisé

2° Vinification
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée doivent être vinifiés conformément aux usages locaux. Ils bénéficient de toutes les pratiques oenologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

- L’utilisation de morceaux de bois est interdite ;

 

3° Contrôles
Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance, pour le compte de l'INAO, sur la base d'un plan de contrôle approuvé.

 

Commercialisation

Mise en marché à destination du consommateur

Les vins susceptibles de bénéficier de la mention « primeur » ou « nouveau » qu’à partir du 3ème jeudi du mois de novembre de l’année de la récolte.

 

 

 

 

Cartes et Photos


Carte du Vignoble de la Bourgogne

 

 

Adresses

Bouchard père et fils    
Château Chasselas
Château Chasselas 71570
Chasselas

Tél. :03 85 35 12 01
Fax : 03 85 35 14 38
Château de la Greffière
Château de la Greffière
71960
La Roche Vineuse
Tél. : 03 85 37 79 11
Fax :03 85 36 62 88
Domaine Alian Normand
La grange du dine
71960
La roche-Vineuse
Tel : 03 85 36 61 69
Domaine André Bonhomme
rue Jean Large
71260
Viré

Tel: 03.85.27.93.93

Domaine Cordier
Les Molards
71960
Fuissé
Tel: 03.85.35.62.89
Domaine Cornin
Domaine de lalande
Chemin du Roy de croix
71570
Chaintré
Tel: 03.85.37.43.58
Domaine de la Croix Senaillet
En Coland
71960
Davayé
Tél. : 03 85 35 82 83

Domaine de la Grange Magnien

Maison Louis Jadot

 

Domaine des Vignes du Maynes

Julien Guillot

Clos des Vignes du Maynes
71260
CRUZILLE
 
Domaine Guillot-Broux
 
Domaine Jambon Marc et fils
La Roche
Pierreclos 71960
tel: 03 85 35 73 15
fax: 03 85 35 75 62
Domaine Pierre Vessigaud
 
Maison Joseph Burrier

 

Saumaize Nathalie et Jacques
Vergisson
 

 

 

 

 

Les nouvelles sur l'appellation

 

 

 

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.