Fiche sur les vins AOC en France

Crémant du Jura

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes et Photos
Les adresses

Les nouvelles

 

 

 

Situation Géographique

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Crémant du Jura » est situé dans la région viticole du Jura

L'AOC « Crémant du Jura » est situé sur 105 communes du nord au sud du département du Jura (39) :

Abergement-le-Grand, Abergement-le-Petit, Aiglepierre, Arbois, Arlay,
Les Arsures, L’Aubépin, Augea, Aumont, Balanod, Baume-les-Messieurs, Beaufort, Bersaillin, Blois-sur-Seille, Brainans, Bréry, Buvilly, Césancey,
Champagne-sur-Loue, La Chapelle-sur-Furieuse, Château-Chalon, Chazelles, Chevreaux, Chille, Chillyle-Vignoble, Conliège, Courbouzon, Cousance, Cramans, Cuisia, Darbonnay, Digna, Domblans, L’Etoile, Frébuans, Frontenay, Gevingey, Gizia, Grange-de-Vaivre, Grozon, Grusse, Ladoye-sur-Seille, Lavigny,
Lons-le-Saunier, Le Louverot, Macornay, Mantry, Marnoz, Mathenay, Maynal, Menétru-le-Vignoble,Mesnay, Messia-sur-Sorne, Miéry, Moiron, Molamboz, Monay, Montagna-le-Reconduit, Montaigu, Montain, Montholier,
Montigny-lès-Arsures, Montmorot, Mouchard, Nanc-lès-Saint-Amour,
Nevy-sur-Seille, Orbagna, Pagnoz, Pannessières, Passenans, Perrigny, Le Pin, Plainoiseau, Les Planches-près-Arbois, Poligny, Port-Lesney, Pretin, Pupillin, Quintigny, Revigny, Rotalier, Ruffey-sur-Seille, Saint-Amour, Saint-Cyr-Montmalin, Saint-Didier, Saint-Germain-lès-Arlay, Saint-Jean-d’Etreux, Saint-Lamain,
Saint-Laurent-la-Roche, Saint-Lothain, Sainte-Agnès, Salins-les-Bains, Sellières, Toulouse-le-Château, Tourmont, Trenal, Vadans, Vaux-sur-Poligny, Vercia, Vernantois, Le Vernois, Villeneuve-sous-Pymont, Villette-lès-Arbois, Vincelles, Voiteur.

 

La zone géographique de l’appellation « Crémant du Jura » fait partie de la région naturelle du Revermont limitée :
- à l’est, par le premier plateau calcaire du massif jurassien, d’une altitude moyenne de 550 mètres,
- à l’ouest, par la plaine, bordure orientale du fossé bressan.

Le vignoble est présent, de manière discontinue, sur une bande de 80 kilomètres de long et 2 kilomètres à 5 kilomètres de large, principalement exposé à l’ouest, entre 300 mètres et 450 mètres d’altitude.

 

L'aire de production établie en 1995, modifiée en 1988, 1989, 1991.

 

 

 

Historique

Le vignoble du Jura existe déjà à l’époque celte.

Au Ier siècle

Pline le Jeune, écrivain et homme politique romain, évoque les vins du Jura dans son livre d’histoire naturelle dès l’an 80: « Ce raisin qui sans apprêt, fournit un vin à saveur de poix, raisin célèbre du Viennois (Autriche), dont s’est enrichie la Séquanie (ndlr: ancienne Franche-Comté) ».

Au IXème siècle

986
Le comté de Bourgogne est un important comté fondé en 986 par le comte Otte-Guillaume de Bourgogne.
Ce comté est formé par la réunion des quatre circonscriptions administratives carolingiennes (pagi bourguignons) : l'Amous (région de la Saône, de l'Ognon et du Doubs), l'Escuens (région de Château-Chalon), le Portois (région de Port-sur-Saône) et le Varais.

Au Xème siècle

1037
Le 15 novembre 1037. Le comté de Bourgogne fut alors rattaché à l'empire germanique.

Au XIIe siècle

1127
l'empire germanique est garant de la prospérité du comté de Bourgogne, mais en 1127, après l'assassinat du comte Guillaume III de Bourgogne, son cousin le comte Renaud III de Bourgogne veut s'émanciper de la tutelle impériale de l'empereur Conrad III de Hohenstaufen. Il lui impose par la guerre le statut de « franc comte » (comte libre), à l'origine plus tard du nom de Franche-Comté repris pour la région.

Au XIIIème siècle

1285
En 1285, le vin « d' Arbois » est déjà très célèbre puisque, selon le trouvère Jacques BRETEL qui en a bu en compagnie d'Henri DE BRIEY, le comte de Chiny en offre à ses invités lors du tournoi de Chauvency!

C'est Philippe le Bel, au XIIIe siècle, qui introduit le vin d'Arbois à la cour de France.

Au XIVème siècle

A partir du XIIIème siècle, les seigneurs de Salins, OTHON IV et ses successeurs, puis PHILIPPE le HARDI, Duc de Bourgogne, possèdent une grande partie du vignoble d’Arbois. Ils contribuent de manière décisive au développement économique du vignoble en promouvant ses vins dans toute l’Europe et dans les cours royales.

1385
le cépage pinot noir N dont la plus ancienne mention écrite date de 1385, sous le nom de « savagnin noir ».

1395
En l'an 1395, Philippe le Hardy décide d'améliorer la qualité des vins et interdit la culture du gamay au profit du pinot noir dans ses terres.

 

Au XVème siècle

 

1477
Les Pays-Bas bourguignons et le Comté de Bourgogne passent sous suzeraineté de l’Empire Germanique (cercle de Bourgogne) par le mariage en 1477 de la duchesse Marie de Bourgogne avec le futur empereur germanique Maximilien Ier du Saint-Empire.

Au XVIème siècle

1506
C'est en 1506 que Marguerite d'Autriche permet l'établissement d'une verrerie. L'usine est édifiée au lieu-dit La Vieille-Verrerie et y demeure jusqu'en 1636. Suite à des différends avec les autorités concernant les conditions d'exploitation du bois pour le fonctionnement des fours, le Conseil d'État prononce le 8 août 1724 l'interdiction de la verrerie.

Au XVIIème siècle

1620
le cépage poulsard N, dont on trouve trace écrite, dès 1620, dans le Jura

1678
Par le traité de Nimègue de 1678 qui signe la paix avec le roi Charles II d'Espagne, le roi Louis XIV rattache définitivement le comté de Bourgogne (Franche-Comté) au royaume de France

Au XVIIIème siècle

1717
le cépage savagnin B et le chardonnay dont la présence est attestée en 1717.

1731
on retrouve la trace du cépage Trousseau depuis 1731 en Franche-Comté, mais il existait probablement antérieurement

1732
En 1732, un décret limite la liste des cépages autorisés

Reconnu comme cépage à arracher en 1732 dans la fameuse liste du Parlement de Besançon (si c’est pas misère !), il fut repêché par une ordonnance de 1774.

1774
En 1774, une liste de 14 bons plants pour le vin est publiée. Dès lors, cette sélection garantit la qualité et accroît la notoriété des vins jurassiens.

Au XIXème siècle


1868
Une bouteille de Vin Jaune datant de 1774, Vendanges effectuées sous le Roi Louis XV et dans une vigne taillée sous le règne de Louis XVI. Il avait obtenu une médaille d’or à l’Exposition Universelle de Paris en 1868.

1878
En 1878, Pasteur achète la vigne de Rosières à Montigny les Arsures, le village près d'Arbois où il réalisera des expériences qui ruineront la théorie des générations spontanées.

1979 à 1884
Le phylloxéra n’atteint le Jura qu’en 1879 à Beaufort et à Arbois en 1886. Il se propage par vagues jusqu’en 1895, infectant une vigne puis une autre.

Au XXème siècle

1902
En 1902, Alexis Arpin, secrétaire de la société de viticulture d’Arbois, entre au syndicat national de défense de la viticulture.

1905
Décret du 1er août 1905 sur la répression des fraudes dans la vente des marchandises et des falsifications des denrées alimentaires et des produits agricoles, en ce qui concerne les vins, les vins mousseux et les eaux-de-vie .



Au XXème siècle

1974
Les vins ne peuvent être mis en circulation avec une AOC sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

1995
l'appellation « Crémant du Jura » prend naissance suite au décret du 9 octobre 1995 et remplace les appellations d'origine contrôlées en mousseux " Arbois ", " Côtes du Jura " et " L'Etoile".
(Les dispositions du décret du 15 mai 1936 relatif à l'appellation d'origine contrôlée " Arbois " et des décrets du 31 juillet 1937 relatifs aux appellations d'origine contrôlées " Côtes du Jura " et " L'Etoile " concernant les vins mousseux demeurant applicables jusqu'au 31 décembre 2001.)

1988
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée pour l’appellation d’origine contrôlée « Côtes du Jura » par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 15 septembre 1988,.

1989
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée pour l’appellation d’origine contrôlée « Côtes du Jura » par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent des 22 février 1989, 1er et 2 juin 1989.

 

1991
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée pour l’appellation d’origine contrôlée « Côtes du Jura » par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent des 6 et 7 novembre 1991.

Au XXIème Siècle

2009
RÈGLEMENT (CE) No 607/2009 DE LA COMMISSION
du 14 juillet 2009 - ANNEXE XIV :
Le brut nature est à moins de 3g/litre
L'extra-brut est entre 0 et 6g/litre.
Le but est à moins de 12g/litre.
L'extra-dry est entre 12 et 17g/litre
Le sec est entre 17 à 32 g/litre
Le demi sec est entre 32 et 50g/litre
le doux à plus de 50g/litre

Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

En 2009, la production, sur 310 hectares, est d’environ 17000 hectolitres de vins mousseux blancs et 2000 hectolitres de vins mousseux rosés.

2012
Les règles pour le «vin biologique» sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

2011

Les vendanges ont commencé le 24 août 2011 dans le vignoble du Jura.

Cahier des charges de l’AOC « Crémant du Jura »
homologué par le décret n° 2011-1161 du 22 septembre 2011 ,
JORF du 24 septembre 2011

2012

Décret n° 2012-655 du 4 mai 2012 relatif à l'étiquetage et à la traçabilité des produits vitivinicoles et à certaines pratiques œnologiques, JORF n°0107 du 6 mai 2012
Pour les vins produits en France, le coupage d'un vin blanc et d'un vin rouge ou rosé ne peut pas produire un vin rosé. Toutefois, ce coupage est admis lorsque le produit obtenu est destiné à l'élaboration d'un vin mousseux, d'un vin mousseux de qualité, d'un vin mousseux de qualité de type aromatique ou d'un vin pétillant.

Les règles pour le « vin biologique » sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

 

 

 

 

 

 

Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Crémant du Jura » :
Vins Blancs

- cépages noirs ou gris: pinot gris G, pinot noir N,
poulsard N (appelé localement ploussard), trousseau N ;
- cépages blancs : chardonnay B, savagnin B.

VINIFICATION

La cuvée (vin de base ou assemblage de vins de base) destinée à la prise de mousse répond aux dispositions suivantes :
- pour les vins blancs, le volume issu des cépages chardonnay B, pinot noir N et trousseau N est supérieur
ou égal à 70 % de la cuvée ;
- pour les vins rosés, le volume issu des cépages noirs ou gris est supérieur ou égal à 50 % de la cuvée.


 

 

Ampélographie
( étude des cépages )

Savagnin
(appelé localement naturé,
En 1732, Sauvignin à Besançon,
En 1774, Sauvanon à Arbois et Sauvoignon à Salins
En 1880 Sauvignin, Savignon naturé ou encore Savignien)
Selon Pline le Jeune, écrivain et homme politique romain, au Ier siècle, la Savagnin viendrait d' Autriche, dont s’est enrichie la Séquanie (ndlr: ancienne Franche-Comté) .

Chardonnay
(appelé localement melon d'Arbois ou gamay blanc,
les Jurassiens l’appelaient différemment selon son aire de production : il fut Gamay blanc à Lons le Saunier et L’Etoile, Roussette, Moulan, et Melan à Poligny, Melon à Arbois, Salins et Dole, Luisant à Besançon, Pineau blanc en Haute-Saône. )
Le cépage Chardonnay est appelé :
- dans le Jura : melon d'Arbois ou gamay blanc
- en Bourgogne : Beaunois , et autrement : Auxerrois
Le cépage Chardonnay B provient, d'après les analyses génétiques publiées, d'un croisement entre le Pinot et le Gouais B.
le Chardonnay est cultivé dans le Jura depuis le Xè siècle sous des noms aussi divers que Melon d'Arbois, Moular à Poligny ou Gamay blanc dans le sud du vignoble. A la fin du XIXe, il couvre environ 1700 hecatres sur des sols calcaires qu'il affectionne particulièrement.
Le chardonnay était comfondu avec le pinot blanc. C'est Pierre Galet en 1958 qui a permis de le différencier définitivement du « pinot blanc B ».

Poulsard
II est aussi appelé Ploussard à Arbois et Pupillin.
C'est un cépage typiquement jurassien qui se développa à partir du XVe siècle .
le cépage poulsard N, dont on trouve trace écrite, dès 1620, dans le Jura.

Trousseau
(Troussot)
on retrouve la trace du cépage Trousseau depuis 1731 en Franche-Comté, mais il existait probablement antérieurement.
Le Troussot figure en cinquième position de la liste des bons cépages établie par le parlement de Besançon en 1732.

Pinot Noir
( sous le nom de Savagnin noir, Surnommé Maurillon )
En l'an 1395, Philippe le Hardy décide d'améliorer la qualité des vins et interdit la culture du gamay au profit du pinot noir dans ses terres.


Historique

80     : Mention du Savagnin par Pline (écrivain Romain)
1385 : le cépage pinot noir N, sous le nom de « savagnin noir ».
1395 : Le cépage Gamay est interdit au profit du « Pinot Noir »
1620 : on trouve trace écrite du cépage poulsard N, dans le Jura .
1576 : plantation du Gamay, melon et d'autres cépages interdit
1717 : le cépage savagnin B et le chardonnay dont la présence est attestée.
1731 : trace du cépage Trousseau
1732 : un décret limite la liste des cépages autorisés
1774 : une liste de 14 bons plants pour le vin est publiée.
1888 : le vignoble du Jura comptait plus de 40 cépages.
1958 : C'est Pierre Galet en 1958 qui a permis de le différencier définitivement
           le « pinot blanc B » et le Chardonnay.
1997 : Grâce à une équipe américaine conduite par Carole Meredith à l'université            de Davis, l'analyse ADN du cépage a montré que le chardonnay est un            hybride entre le pinot noir et le gouais, un cépage blanc du Moyen Age
           qui a disparu depuis.



 

 

 

 

 

Sols et Climat

Le sol est constitué de calcaire et de graviers.

L’essentiel des parcelles délimitées pour la récolte des raisins occupe soit le versant et sa base sous la corniche boisée du plateau, soit les versants les mieux exposés de collines parsemant le piémont.

Le calcaire est partout présent. Cette roche, perméable et soluble, est très favorable à la vigne et en particulier aux cépages jurassiens. Sur les coteaux adossés au plateau calcaire, les sols sont assez complexes, mêlant marnes, argiles et éboulis calcaires.

 

Le Climat est océanique frais et fortement arrosé, marqué par des influences continentales : forte amplitude des températures annuelles, autour d'une moyenne de 10,5°C ; été chaud et humide. Les précipitations annuelles dépassent 1000 millimètres, et sont bien réparties sur l'année.

Vignes orientées généralement au sud-ouest, ouest, même au Sud, parfois situées sur des pentes qui varient de 10 à 40 % sur des terres pierreuses et argileuses (altitude entre 200 et 400 mètres).
Vents sud à ouest (dominant dans le Secteur du Revermont ), nord ou nord-nord-est, nord-ouest appelé localement "bise noire" ou "traverse" souvent porteur de neige.

 

.

 


Fiche technique

L’appellation d’origine contrôlée « Crémant du Jura » est réservée aux vins mousseux blancs ou rosés.

Vignoble

Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des charges
du 22 septembre 2011

1° Conduite du vignoble

Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 5000 pieds par hectare, à l’exception des vignes plantées en terrasses.

La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à 14500 kilogrammes par hectare.

2° récolte

Maturité :

Ne peuvent être considérés comme étant à bonne maturité les raisins présentant une richesse en sucre inférieure à 144 grammes par litre de moût.

Les vins présentent un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 9 %.

Rendement :

Le rendement est fixé à 74 hectolitres par hectare.

Le rendement butoir est fixé à 80 hectolitres par hectare.

Divers :

La date de début des vendanges est fixée (Ban des vendanges)

Les vins sont issus de raisins récoltés manuellement.

Les raisins ne peuvent être transportés que dans des récipients non étanches dans des conditions permettant de préserver l’intégrité des raisins ainsi que l’élimination des jus d’autopressurage.

 

 

Chai

1° Arrivée en cave

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Divers :

Installation de réception des vendanges à l’abri des intempéries.

Enrichissement
- En cas d’enrichissement des moûts, les vins ne dépassent pas, après prise de mousse, et avant dégorgement, le titre alcoométrique volumique total de 13 %.

 

2° Vinification
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée doivent être vinifiés conformément aux usages locaux. Ils bénéficient de toutes les pratiques oenologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

- Pressoir à l’abri des intempéries au moment de son fonctionnement.

Les raisins destinés à l’élaboration des vins blancs sont versés entiers dans le pressoir.

La hauteur de chute du raisin n’excède pas 1 mètre en chute libre.

- Les vins de base destinés à l’élaboration des vins susceptibles de bénéficier de l’appellation d’origine contrôlée sont obtenus dans la limite de 100 litres de moûts pour 150 kilogrammes de raisins mis en oeuvre

- L’utilisation des morceaux de bois est interdite

- Les vins sont exclusivement élaborés par seconde fermentation en bouteilles de verre.

Le tirage en bouteilles dans lesquelles s’effectue la prise de mousse est réalisé à partir du 1er décembre qui suit la récolte.

- La durée de conservation en bouteilles sur lies ne peut être inférieure à 9 mois.

Les vins présentent après dégorgement une surpression de gaz carbonique au moins égale à 3,5 atmosphères mesurée à la température de 20°C

 


3° Contrôles
Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance, pour le compte de l'INAO, sur la base d'un plan de contrôle approuvé.

Les bulletins d'analyse sont conservés, pendant une période de 6 mois à compter de la date de conditionnement.

 

 

Commercialisation


- Les vins sont élaborés et commercialisés dans les bouteilles à l’intérieur desquelles a été réalisée la prise de mousse, à l’exception des vins vendus dans des bouteilles d’un volume inférieur ou égal à 37,5 centilitres ou supérieur à 150 centilitres.

Date de mise en marché à destination du consommateur.
Les vins ne peuvent être mis en marché à destination du consommateur qu’à l’issue d’une période d’élevage de 12 mois minimum à compter de la date de tirage.

 


 

 

Cartes et Photos


Carte du Vignoble du Jura

 

Adresses

Société de Viticulture du Jura

455 rue du Colonel de Casteljau
BP 417
39016 Lons le Saunier Cédex
Téléphone :
03 84 35 14 02
Télécopie :
03 84 24 82 15

 

 

 

Les nouvelles sur l'appellation

   

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.