Fiche sur les vins AOC en France

Côtes du Jura

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes et Photos
Les adresses

Les nouvelles

 

 

Situation Géographique

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Côtes du Jura » est situé dans la région viticole du Jura.

L'appellation d'origine contrôlée « Côtes du Jura » est situé dans le Département du Jura (39), sur les 105 communes suivantes :

Abergement-le-Grand, Abergement-le-Petit, Aiglepierre, Arbois, Arlay, Arsures (Les), Aubépin (L'), Augea, Aumont, Balanod, Baume-lès-Messieurs, Beaufort, Bersaillin, Blois-sur-Seille, Brainans, Bréry, Buvilly, Césancey, Champagne-sur-Loué, Chapelle-sur-Furieuse (La), Château-Chalon, Chazelles, Chevreaux, Chille, Chilly-le-Vignoble, Conliège, Courbouzon, Cousance, Cramans, Cuisia, Darbonnay, Digna, Domblans, Etoile (L'), Frébuans, Frontenay, Gevingey, Gizia,Grange-de-Vaivre, Grozon, Grusse, Ladoye-sur-Seille, Lavigny, Lons-le-Saunier, Louverot (Le), Macornay, Mantry, Marnoz, Mathenay, Maynal, Menétru-le-Vignoble, Mesnay, Messia-sur-Sorne, Miéry, Moiron, Molamboz, Monay, Montagna-le-Reconduit, Montaigu, Montain, Montholier, Montigny-lès-Arsures, Montmorot, Mouchard, Nanc-lès-Saint-Amour, Nevy-sur-Seille, Orbagna, Pagnoz, Pannessières, Passenans, Perrigny, Pin (Le), Plainoiseau, Planches-près-d'Arbois (Les), Poligny, Port-Lesney, Pretin, Pupillin, Quintigny, Revigny, Rotalier, Ruffey-sur-Seille, Sainte-Agnès, Saint-Amour, Saint-Cyr-Montmalin, Saint-Didier, Saint-Germain-lès-Arlay, Saint-Jean-d'Etreux, Saint-Lamain, Saint-Laurent-la-Roche, Saint-Lothain, Salins-les-Bains, Sellières, Toulouse-le-Château, Tourmont, Trenal, Vadans, Vaux-sur-Poligny, Vercia, Vernantois, Vernois (Le), Villeneuve-sous-Pymont, Villette-lès-Arbois, Vincelles, Voiteur.

 

La zone géographique de l’appellation « Côtes du Jura » fait partie de la région naturelle du Revermont limitée :
- à l’est, par le premier plateau calcaire du massif jurassien, d’une altitude moyenne de 550 mètres,
- à l’ouest, par la plaine, bordure orientale du fossé bressan.

Le vignoble est présent, de manière discontinue, sur une bande de 80 kilomètres de long et 2 kilomètres à 5 kilomètres de large, principalement exposé à l’ouest, entre 300 mètres et 450 mètres d’altitude.

L'aire de production établie en 1937, modifiée en 1988, puis 1989, 1991.

 

Historique

Voir aussi : Histoire du Jura

Le vignoble du Jura existe depuis l’époque romaine.

Au Ier siècle après Jésus-Christ, un texte de PLINE LE JEUNE fait état de vins célèbres en « Séquanie », ancien nom de la région.

Au XIIIème siècle

1250
En 1250, Jean de CHALON fait construire un château sur la colline de L’Etoile.

1260
En 1260, Jean de CHALON offre aux moines du prieuré de l’Etoile « 10 muids de vin à la mesure de Château-Chalon, à prendre dans ses vignes de l’Etoile ».

1272
En 1272, Jean de CHALON établit une réglementation du mode de culture de la vigne dans le Jura afin de préserver la qualité des vins.

Au XIVème siècle

1385
le cépage pinot noir N dont la plus ancienne mention écrite date de 1385, sous le nom de « savagnin noir ».

Au XVIIème siècle

1620
le cépage poulsard N, dont on trouve trace écrite, dès 1620.

Au XVIIème siècle

1717
le cépage savagnin B dont la présence est attestée en 1717.
le cépage chardonnay B, présent dès 1717 dans le Jura .

1732
le cépage trousseau N, dont on trouve trace, avec certitude, dans le Jura à partir de 1732

Au XIXème siècle

À la fin du XIXème siècle, 20000 hectares de vigne s’étendent dans tout le département.

Dévasté par le phylloxéra à la fin du XIXème siècle

Au XXème siècle

1905
Création de la réprésion des fraudes en 1905 avec la définition de la notion de « Tromperie sur la marchandise », Loi du 1 août 1905 .
Quiconque, qu'il soit ou non partie au contrat, aura trompé ou tenté de tromper le contractant, par quelque moyen ou procédé que ce soit, même par l'intermédiaire d'un tiers :
- soit sur la nature, l'espèce, l'origine, les qualités substantielles, la composition ou la teneur en principes utiles de toutes marchandises ;
- soit sur la quantité des choses ou sur leur identité par la livraison d'une marchandise autre que la chose déterminée qui a fait l'objet du contrat ;
- soit sur l'aptitude à l'emploi, les risques inhérents à l'utilisation du produit, les contrôles effectués, les modes d'emploi ou les précautions à prendre,
Sera puni d'un emprisonnement de trois mois au moins, deux ans au plus et d'une amende de 1.000 F au moins, 250.000 F au plus ou de l'une de ces deux peines seulement.

1907
La « Société de Viticulture du Jura », fondée en 1907

1937
L’appellation d’origine contrôlée « Côtes du Jura » est initialement reconnue par le
décret du 31 juillet 1937.

1974
Les vins ne peuvent être mis en circulation avec une AOC sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

1988
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 15 septembre 1988.

1989
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent des 22 février 1989, 1er et 2 juin 1989.

1991
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent des 6 et 7 novembre 1991

Au XXIème siècle

2001
les dispositions relatives à l'appellation d'origine "Côtes du Jura Mousseux" ne sont plus applicables en vertu de l'article 2 du décret du 30 avril 2001, publié au JO du 6 mai 2001, modifiant l'article 15 du décret du 9 octobre 1995 relatif à l'AOC "Crémant du Jura".

2005
Le vignoble s'étend sur 650 hectares.

2009
Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

En 2009, la production annuelle de vins d’appellation d’origine contrôlée « Côtes du Jura », sur 526 hectares, est d’environ 12800 hectolitres de vins blancs, 6250 hectolitres de vins rouges ou rosés, 600 hectolitres de vins bénéficiant de la mention « vin jaune » et 450 hectolitres de vins bénéficiant de la mention « vin de paille ».

2011

Le Cahier des charges défini l'aoc « Côtes du Jura »,
par le Décret n° 2011-1189 du 23 septembre 2011,
JORF du 27 septembre 2011

2012

Décret n° 2012-655 du 4 mai 2012 relatif à l'étiquetage et à la traçabilité des produits vitivinicoles et à certaines pratiques œnologiques, JORF n°0107 du 6 mai 2012

Les règles pour le « vin biologique » sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

 

 

Voir aussi : Histoire du Jura

 

 

Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Côtes du Jura » :
Cahier des Charge de septembre 2011
vins blancs :


- cépages principaux : chardonnay B, savagnin B ;
- cépages accessoires : pinot noir N, poulsard N (appelé localement ploussard), trousseau N.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

La proportion de l’ensemble des cépages principaux est supérieure ou égale à 80 % de l’encépagement.

VINIFICATION

Les vins sont issus d’un ou plusieurs cépages. Ils ne peuvent être issus des seuls cépages accessoires.
Dans les assemblages, les vins proviennent de raisins issus majoritairement des cépages principaux.

 

vin de paille


chardonnay B, poulsard N (appelé localement ploussard),
savagnin B, trousseau N.

 

Vin Jaune


savagnin B.

 

vins rouges et rosés:


- cépages principaux : pinot noir N, poulsard N (appelé localement ploussard), trousseau N ;
- cépages accessoires : chardonnay B, savagnin B.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

La proportion de l’ensemble des cépages principaux est supérieure ou égale à 80 % de l’encépagement.

VINIFICATION

Les vins sont issus d’un ou plusieurs cépages. Ils ne peuvent être issus des seuls cépages accessoires.
Dans les assemblages, les vins proviennent de raisins issus majoritairement des cépages principaux.



Ampélographie
( étude des cépages )

Savagnin
(appelé localement naturé,
En 1732, Sauvignin à Besançon,
En 1774, Sauvanon à Arbois et Sauvoignon à Salins
En 1880 Sauvignin, Savignon naturé ou encore Savignien)
Selon Pline le Jeune, écrivain et homme politique romain, au Ier siècle, la Savagnin viendrait d' Autriche, dont s’est enrichie la Séquanie (ndlr: ancienne Franche-Comté) .

Chardonnay
(appelé localement melon d'Arbois ou gamay blanc,
les Jurassiens l’appelaient différemment selon son aire de production : il fut Gamay blanc à Lons le Saunier et L’Etoile, Roussette, Moulan, et Melan à Poligny, Melon à Arbois, Salins et Dole, Luisant à Besançon, Pineau blanc en Haute-Saône. )
Le cépage Chardonnay est appelé :
- dans le Jura : melon d'Arbois ou gamay blanc
- en Bourgogne : Beaunois , et autrement : Auxerrois
Le cépage Chardonnay B provient, d'après les analyses génétiques publiées, d'un croisement entre le Pinot et le Gouais B.
le Chardonnay est cultivé dans le Jura depuis le Xè siècle sous des noms aussi divers que Melon d'Arbois, Moular à Poligny ou Gamay blanc dans le sud du vignoble. A la fin du XIXe, il couvre environ 1700 hecatres sur des sols calcaires qu'il affectionne particulièrement.
Le chardonnay était comfondu avec le pinot blanc. C'est Pierre Galet en 1958 qui a permis de le différencier définitivement du « pinot blanc B ».

Poulsard
II est aussi appelé Ploussard à Arbois et Pupillin.
C'est un cépage typiquement jurassien qui se développa à partir du XVe siècle .
le cépage poulsard N, dont on trouve trace écrite, dès 1620, dans le Jura.

Poulsard noir
(appelé localement ploussard)

Pinot noir
(appelé localement gros noirien ou pinot gris).

Historique

80     : Mention du Savagnin par Pline (écrivain Romain)
1385 : le cépage pinot noir N, sous le nom de « savagnin noir ».
1395 : Le cépage Gamay est interdit au profit du « Pinot Noir »
1620 : on trouve trace écrite du cépage poulsard N, dans le Jura .
1576 : plantation du Gamay, melon et d'autres cépages interdit
1717 : le cépage savagnin B et le chardonnay dont la présence est attestée.
1731 : trace du cépage Trousseau
1732 : un décret limite la liste des cépages autorisés
1774 : une liste de 14 bons plants pour le vin est publiée.
1888 : le vignoble du Jura comptait plus de 40 cépages.
1958 : C'est Pierre Galet en 1958 qui a permis de le différencier définitivement
           le « pinot blanc B » et le Chardonnay.
1997 : Grâce à une équipe américaine conduite par Carole Meredith à l'université            de Davis, l'analyse ADN du cépage a montré que le chardonnay est un            hybride entre le pinot noir et le gouais, un cépage blanc du Moyen Age
           qui a disparu depuis.

 

 

 

 

Sols et Climat


Le sol
est composé de parcelles situées sur les marnes et graviers des étages jurassiques ou triasiques de la côte supérieure du Jura.
Les Vignes orientées généralement au sud-ouest, ouest, même au Sud, parfois situées sur des pentes qui varient de 10 à 40 % sur des terres pierreuses et argileuses (altitude entre 200 et 400 mètres).

- le relief principal, rectiligne, correspond au rebord du premier plateau jurassien, géologiquement constitué d'une assise de calcaire dur du Jurassique moyen dominant une épaisse série de marnes et argiles du Trias et du Lias ;
- les collines sont des fragments arrachés au plateau (écailles), et charriés au front de failles chevauchantes. Elles sont généralement plus allongées dans le sens nord/sud (2 kilomètres à 3 kilomètres) que dans le sens est/ouest (0,5 kilomètre à 1 kilomètre). La forte résistance à l’érosion de ces écailles calcaires leur a permis de rester en relief dans le paysage de la zone géographique. Les dépressions ont au contraire un sous-sol marneux. Elles représentent la masse de l’épaisse série marneuse de plus de 200 mètres d’épaisseur à l’origine, charriée et transportée sur la Bresse par paquets, lors du chevauchement.

 


Le climat
est semi-continental (saisons marquées, hiver rude). Secteur Sud-Revermont (au Sud du Jura) plus ensoleillé.
Pluviométrie annuelle :1100 mm.
Insolation annuelle : 1700 heures.
Vents sud à ouest (dominant dans le Secteur du Revermont ), nord ou nord-nord-est, nord-ouest appelé localement "bise noire" ou "traverse" souvent porteur de neige.
Sous-sol homogène constitué de marnes et de graviers calcaires.

 

 

 

Fiche technique

L'AOC « Côtes du Jura » est réservée aux vins tranquilles blancs, rouges et
rosés.

Vignoble

Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des charges
du 23 septembre 2011

1° Conduite du vignoble

Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 5000 pieds par hectare, à l’exception des vignes plantées en terrasses.

La charge maximale moyenne à la parcelle est de 11 000 kilogrammes par hectare.

2° vendange

Maturité

Ne peuvent être considérés comme étant à bonne maturité les raisins présentant une richesse en sucre
inférieure à :
- 153 grammes par litre de moût pour les cépages noirs, y compris les raisins destinés à l’élaboration des vins susceptibles de bénéficier de la mention « vin de paille » ;
- 161 grammes par litre de moût pour les cépages blancs, y compris les raisins destinés à l’élaboration des vins susceptibles de bénéficier des mentions « vin de paille » ou « vin jaune ».

- Les vins rouges et rosés présentent un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 10 % ;
- Les vins blancs présentent un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 10,5 %, y compris pour les vins blancs susceptibles de bénéficier de la mention « vin jaune ».

Rendement

Le rendement de base du décret est fixé à :
- 55 hectolitres à l'hectare pour les vins rouges et rosés,
- 60 hectolitres à l'hectare pour les vins blancs,
- 65 hectolitres à l'hectare pour les vins effervescents (plus applicableà partir de 2001),
- 20 hectolitres à l'hectare pour les vins dits " de paille ".

Le rendement butoir est fixé
- pour les vins blancs, à 72 hectolitres par hectare.
- pour les vins rouges et rosés, à 66 hectolitres par hectare.
- la mention « vin de paille », à 20 hectolitres par hectare.

Divers

La date de début des vendanges est fixée (ban des vendanges)

Les vins susceptibles de bénéficier de la mention « vin de paille » sont issus de raisins récoltés manuellement par tries.


Chai

1° Arrivée en cave

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Enrichisement
- Les techniques soustractives d’enrichissement sont autorisées sur moût pour les vins rouges. Le taux de concentration partielle est fixé à 10 % maximum ;

- Les vins ne dépassent pas, après enrichissement, le titre alcoométrique volumique total de 13,5 % pour les vins rouges et rosés, et de 14 % pour les vins blancs.

2° Vinification
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée doivent être vinifiés conformément aux usages locaux. Ils bénéficient de toutes les pratiques oenologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

- L’utilisation des morceaux de bois est interdite

- Vins susceptibles de bénéficier de la mention « vin jaune »
A l’issue de la vinification, les vins font l’objet d’un élevage minimum en fût de chêne, sans ouillage, jusqu’au 15 décembre de la 6ème année qui suit celle de la récolte, dont 60 mois au moins sous voile permettant au vin d’acquérir le « goût de jaune ».
La bouteille dite « Clavelin » ou « bouteille à vin jaune », d’une contenance de 62 centilitres environ, est réservée au conditionnement des seuls vins de l’appellation d’origine contrôlée bénéficiant de la mention « vin jaune ».

- Vins susceptibles de bénéficier de la mention « vin de paille »
Les raisins destinés à l’élaboration des vins susceptibles de bénéficier de la mention « vin de paille » font l’objet d’un passerillage hors souche pendant une durée minimale de 6 semaines, soit sur lits de paille ou sur claies, soit suspendus dans des locaux ventilés naturellement ou artificiellement, tout dispositif de chauffage de l’air étant interdit.
Au moment du pressurage, les raisins doivent présenter une richesse en sucre supérieure à 320 grammes par litre de moût et inférieure à 420 grammes par litre de moût.
Les vins font l’objet d’un élevage au moins jusqu’au 15 novembre de la 3ème année qui suit celle de la récolte dont 18 mois au moins sous bois.

3 ° Contrôles :

Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance sous l'autorité de l'INAO sur la base d'un plan d'inspection approuvé.


Commercialisation

Date de mise en marché à destination du consommateur.

- A l’issue de la période d’élevage, les vins bénéficiant de la mention « vin de paille » sont mis en marché à destination du consommateur à partir du 1er décembre de la 3ème année qui suit celle de la récolte.

- A l’issue de la période d’élevage, les vins bénéficiant de la mention « vin jaune » sont mis en marché à
destination du consommateur à partir du 1er janvier de la 7ème année qui suit celle de la récolte.

Etiquette

- Les vins bénéficiant de la mention « vin de paille » sont présentés obligatoirement avec l’indication
du millésime.

 

 

Cartes et Photos


Carte du Vignoble du Jura
 

 

 

Adresses

Syndicat de Défense de l'AOC Côtes-du-Jura
8 rue de l'église
39230 Saint Lothain
Tél : 03 84 37 01 32
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxx

Domaine Badoz

Benoît Badoz

15 rue du collége
39800 Poligny
Tél. 03 84 37 11 85
     

Les nouvelles sur l'appellation

la prochaine Percée du Vin Jaune se déroulera à Lons le Saunier les 6 et 7 février 2016.

 

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.