Fiche sur les vins AOC en France :

Tursan

 

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes, Vidéos et Photos
Les adresses

Les nouvelles

 

 

Situation Géographique

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Tursan » est situé dans la région viticole du Sud-Ouest.

La zone géographique s’étend au sud-est du département des Landes, sur le territoire de 36 communes (35 dans le département des Landes et 1 dans le département du Gers) réparties autour de l'ancienne bastide de Geaune.

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Tursan » est situé sur les communes :
- Dans le département du Gers : Ségos ;
- Dans le département des Landes :
Aire-sur-l'Adour, Arboucave, Aubagnan, Bahus-Soubiran, Bats-Tursan, Buanes, Castelnau-Tursan, Classun, Clèdes, Coudures, Duhort-Bachen, Eugénie-les-Bains, Eyres-Moncube, Fargues, Geaune, Larrivière, Latrille, Lauret, Mauries,
Miramont-Sensacq, Montgaillard , Montsoué, Payros-Cazautets, Pécorade, Pimbo, Puyol-Cazalet, Renung, Saint-Agnet, Saint-Loubouer, Sarraziet, Sarron,
Serres-Gaston, Sorbets, Urgons, Vielle-Tursan.

 

La zone géographique est localisée à 70 kilomètres de l’océan Atlantique, au sud de la forêt des Landes. Elle s’inscrit dans un triangle dont la vallée du Gabas forme la base. Les deux autres côtés sont, au nord, la vallée de l’Adour entre les villes de Aire-sur-l'Adour et Saint-Sever, et à l’est, la vallée du Lées, qui rejoint l’Adour à l’entrée de la ville d’Aire-sur-l'Adour.

 

Historique

ETYMOLOGIE :
Origine du nom « Tursan »

Tursan est le nom de l'ancien pagus (subdivision territoriale), nommé Theurssano.

Dans un acte de 1390 de Gaston III de Foix-Béarn est mentionnée pour la première fois la vicomté de Tursan.

HISTOIRE

Voir : la région viticole du Sud-Ouest.

l'époque gallo-romaine, les vins de Tursan figuraient parmi les vins admis à la table des Empereurs.

Au XIIème siècle

1152
Dès 1152, les vins de Tursan sont exportés vers l'Angleterre

Dès les XIIème et XIIIème siècles, ces vins sont vendus à Cordoue, Séville, Valence et le Royaume de Léon. Par ailleurs, la réunion de la Gascogne à la Couronne d'Angleterre conduit à un intense courant d'échanges commerciaux avec ce pays. La Flandre commerce aussi avec Bayonne et achète les vins de « Tursan ».

Au XIVème siècle

1318
L’histoire de « Tursan » est liée à l'existence du Vicomté de Tursan dont le centre historique, Geaune fût fondé en 1318 par le Sénéchal de Gascogne. « Tursan » correspond à une région historique bien définie et délimitée.

Au XVème siècle

1453
Le départ des Anglais, en 1453, ruine le commerce bayonnais et bordelais.

Au XVIème siècle

1577
Il y a alors trop de vin en Gascogne. En cette période de rigueur les boissons alcooliques sont prohibées et Henri III décrète, en 1577, l'arrachage des vignobles en excédent.

Henri IV annulera plus tard cette mesure autoritaire, à l'avènement de son règne en 1589.

Au XVIIème siècle

Le XVIIème siècle correspond à l'apogée des vins de « Tursan ».

1620
A partir de 1620, les quantités de vins présents dans le port de Bayonne croissent sans cesse. Ils descendent l’Adour par bateau à partir de Saint-Sever. Les gabarres effectuent alors un ballet incessant entre Mugron et Bayonne par Dax.
Plus de 14 % des surfaces agricoles sont alors consacrées à la vigne.
Un encépagement varié et de grandes surfaces de vignobles font le dynamisme du vignoble.

Au Moyen Âge, les vins de TURSAN étaient acheminés depuis Saint-Sever en gabarre par l’Adour jusqu’au port de Boucau (Vieux Boucau) avant leur expédition vers l’Europe du nord. Dans cette attente pour se garantir des meilleures conditions de conservation, les précieux fûts de chêne étaient alors entreposés dans des caves de sable qui maintenaient une température propice à sa préservation

Au XVIII et XIXème siècle

1789
Vers 1789 des difficultés de transport sont relatées. Moins de 25 ans après, il n'y a plus trace d'exportation.

1850
Avant 1850, l'encépagement destiné à la production de vins blancs reposait essentiellement sur le cépage claverie B. Avec l’arrivée de l'oïdium, ce plant très fragile ne put être sauvé que partiellement.
Il y avait aussi le cépage piquepoul blanc B, destiné à la consommation du métayer et qui a disparu depuis. D'autres cépages blancs étaient également présents comme les cépages « cruchinet » (chenin B), baroque B et sauvignon B.

Avant le phylloxèra, le vignoble Landais couvrait près de 3000 hectares.

A la fin du XIXème siècle, la région de « Tursan » n'a pas su évoluer, ses anciens acheteurs préfèrent des vins blancs plus doux et ses débouchés sont d'autant plus vite perdus que son vin a baissé en qualité.

 

Au XXème siècle

L’encépagement destiné à la production de vins rouges reposait essentiellement sur le cépage tannatN. Ce cépage robuste est un de ceux qui a le mieux résisté au phylloxéra. Il était associé au cépage cabernet franc N qui apporte de la finesse au rude vin issu du cépage tannat N.

Les attaques successives par le phylloxéra, le mildiou et l’oïdium, puis les conséquences des deux guerres et l’avancée de la monoculture du maïs ont pour conséquence une diminution considérablement des superficies des vignes et font reculer le vignoble qui se retranche dans son noyau historique.

1952
la création du « Syndicat de défense du Tursan », en 1952

1955
la création de la Cave Coopérative à Geaune, en 1955

en 1955, le vignoble est réhabilité avec un encépagement qui repose sur des cépages locaux et régionaux comme les cépages noirs, fer N et tannat N, cabernet franc N ou cabernet-sauvignon N ou les cépages blancs gros manseng B et petit manseng B, baroque B ou sauvignon B.

1958
« Tursan » est initialement reconnue en appellation d’origine vin délimité de qualité supérieure par arrêté du 11 juillet 1958.

1963
Créée en 1963 par une quinzaine de passionnés, la Confrérie des Vins de Tursan s’est donnée comme mission de promouvoir les vins de Tursan, d’en défendre la qualité et d’en célébrer les valeurs. Au travers de dégustations, de présentation d’une nouvelle cuvée ou d’opérations de relations publiques, la Confrérie des Vins de Tursan intronise chaque année des personnalités qui jurent solennellement de devenir de véritables ambassadeurs des Vins de Tursan en France et à l’étranger.

1974
Les vins ne peuvent être mis en circulation avec une AOC sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

1997
Depuis 1997, les Vignerons de Tursan reproduisent cette méthode ancestrale de vieillissement naturel, en enfouissant une sélection de vins dans un chai de sable aménagé dans la dune de la ville balnéaire landaise d’Hossegor. Lors du désensablement, le vin est embouteillé et vendu.

Au XXIème siècle

2004
l’aire parcellaire telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent des 11 et 12 février 2004.

2005
En 2005, et en collaboration avec les collectivités territoriales, le Syndicat des Vins de Tursan a initié un projet de route du vin avec étapes touristiques sur le territoire de Tursan. Prévue pour être mise en place en 2008-2009, cette route du vin avec étapes découvertes permettra aux visiteurs de découvrir à la fois le vignoble de Tursan et les potentialités touristiques du territoire.

2009
Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

2010
en 2010, la coopérative a relevé le challenge de la double certification ISO 9001 pour la partie vinification-conditionnement et ISO 22000 pour garantir la sécurité sanitaire de ses vins.

2011

L’appellation d’origine contrôlée « Tursan » est reconnue en 2011.

Cahier des charges de l'AOC « Tursan »
le décret n° 2011- 1366 du 24 octobre 2011, JORF du 27 octobre 2011

 

 

2012
Le Syndicat des Vins de Tursan, c'est ...
120 vignerons landais répartis sur 450 hectares
3 sites de production et de vente
La commercialisation d’environ 1 500 000 bouteilles chaque année

5160 ha de parcelles aptes à produire des vins sous appellation, 450 ha plantées.

2014
L'AOC Tursan a une superficie de 410 hectares de vignoble planté, sur 5180 hectares classés.
Le vignoble de AOC Tursan et IGP Landes, réparties sur 500 hectares de vignes et par près de 120 viticulteurs indépendants.

2015
Les vins blancs sont issus des cépages principaux baroque (42% de l’encépagement, cépage blanc dominant depuis le phylloxera) et gros manseng (38%) et des cépages ­accessoires sauvignon blanc (20%), petit manseng, ­sauvignon gris, chenin, claverie (cépage blanc dominant avant le ­phylloxera) et raffiat de Moncade. Les vins rouges et rosés sont issus des cépages principaux cabernet franc (46%), tannat (32%) et des cépages accessoires cabernet-­sauvignon (15%), fer servadou (5%) et merlot (2%).

2016

Samedi 27 mai 2016 ,le soir vers 19 heures, un violent orage de pluie, mais aussi de grêle, accompagné de rafales de vent, s’est abattu sur le Tursan. Près de 80 hectares de l'AOC Tursan ont été touchés, dont 50 hectares à près de 100%.. À première vue, les pertes s’élèveraient à entre 1 500 et 2 000 hectolitres en AOC Tursan. L’œil de l’orage était surtout situé sur une partie de la commune de Miramont-Sensacq et dans des proportions moindres sur les communes de Puyol-Cazalet et Mauries.

L’année viticole a, jusqu’ici, connu des périodes difficiles, avec deux épisodes de grêle fin avril, début mai, qui vont entraîner une baisse de la récolte (estimation : moins 20 %). La sécheresse estivale qui a suivi n’a pas rassuré les vignerons landais, mais depuis, les pluies de la semaine dernière et le soleil revenu ont redonné le sourire.

Le vignoble du Tursan a célébré officiellement, ce jeudi 15 septembre, le début de ses vendanges 2016. Comme chaque année, les premières grappes prélevées concernent le sauvignon blanc. Les cabernet franc, merlot et tannat destinés aux rosés patienteront jusqu’à la fin du mois de septembre. Suivront les cépages des rouges.

Arrêté du 10 novembre 2016 modifiant le cahier des charges de l'appellation d'origine contrôlée « Tursan » homologué par décret n° 2011-1366 du 24 octobre 2011

 

 

 

 

Voir aussi : histoire de la vallée du Sud-Ouest

 

Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Tursan » :
Pour les vins blancs

cépages principaux : baroque B et gros manseng B ;
- cépages accessoires : chenin B, claverie B, petit manseng B, raffiat de Moncade B, sauvignon B et
sauvignon gris G.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

- La proportion de l'ensemble des cépages principaux est supérieure ou égale à 70 % de l'encépagement.
- La proportion de chacun des cépages principaux est supérieure ou égale à 20 % de l'encépagement ;
- La proportion de l’ensemble des cépages accessoires est inférieure ou égale à 30 % de l’encépagement :
- La proportion de chacun des cépages claverie B, raffiat de Moncade B est inférieure ou égale à 10 % de l’encépagement.
- La proportion de chacun des autres cépages accessoires est inférieure ou égale à 20 % de l’encépagement.

VINIFICATION

Les vins proviennent de l’assemblage de raisins ou de vins dans lequel les 2 cépages principaux sont
obligatoirement présents dans une proportion minimale de 50%. Dans l’assemblage, la proportion de
chaque cépage principal est inférieure ou égale à 60%.

 

Pour les vins rouges et rosés

- cépages principaux : cabernet franc N et tannat N ;
- cépages accessoires : cabernet-sauvignon N, fer N et merlot N.


Cépage : Cabernet Franc

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

- La proportion de l'ensemble des cépages principaux est supérieure ou égale à 70 % de l'encépagement.
- La proportion de chacun des cépages principaux est supérieure ou égale à 20 % de l'encépagement ;
- La proportion de l’ensemble des cépages accessoires est inférieure ou égale à 30 % de l’encépagement :
- La proportion de chacun des cépages merlot N est inférieure ou égale à 10 % de l’encépagement.
- La proportion de chacun des autres cépages accessoires est inférieure ou égale à 20 % de l’encépagement.

VINIFICATION

Les vins proviennent de l’assemblage de raisins ou de vins dans lequel les 2 cépages principaux sont
obligatoirement présents dans une proportion minimale de 50%. Dans l’assemblage, la proportion de
chaque cépage principal est inférieure ou égale à 60%.

 

 

Historique

1850
Avant 1850, l'encépagement destiné à la production de vins blancs reposait essentiellement sur le cépage claverie B. Avec l’arrivée de l'oïdium, ce plant très fragile ne put être sauvé que partiellement.
Il y avait aussi le cépage piquepoul blanc B, destiné à la consommation du métayer et qui a disparu depuis. D'autres cépages blancs étaient également présents comme les cépages « cruchinet » (chenin B), baroque B et sauvignon B.

1955
en 1955, le vignoble est réhabilité avec un encépagement qui repose sur des cépages locaux et régionaux comme les cépages noirs, fer N et tannat N, cabernet franc N ou cabernet-sauvignon N ou les cépages blancs gros manseng B et petit manseng B, baroque B ou sauvignon B.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sols et Climat

Le sol est composé de 4 types de sols principaux : argilo calcaire, sables fauves, galets, limons et gravettes.

Dans cette région de coteaux, les parcelles de vignes sont cultivées sur les pentes et s’insèrent dans une agriculture diversifiée où la culture du maïs occupe une place importante. Les versants les plus en pente sont souvent boisés.

Les formations géologiques les plus anciennes, qui affleurent significativement, datent de l’Eocéne et sont constituées de grés quartzitiques qui apparaissent sous forme de gros blocs isolés et qui marquent un peu le relief au nord de la zone géographique, vers la commune de Coudures.
Mais elles couvrent de petites surfaces peu viticoles.
La molasse continentale datée du Miocène est bien plus présente, notamment en bas des coteaux orientés au couchant, au coeur de la zone géographique où les bancs calcaires marquent le relief par leur dureté et par la végétation où se développent des prairies à orchidées.

La formation géologique, la plus représentée en surface et qui porte l’essentiel du vignoble, date du Serravallien, et est représenté par les « sables fauves ». Cette formation est surtout constituée de sables mais aussi de bancs de graviers et de passages argileux.

Les formations les plus récentes sont représentées par des nappes à galets, dont la « nappe de Maucor », localisée sur les points hauts, de Mauriés à Geaune.
Elle colluvionne sur les pentes et est à l’origine de sols très riches en galets. Au Quaternaire se forment des nappes à galets dont la « nappe de Garlin » et la « nappe de Thèze ».

Ces nappes sont recouvertes de limons loessiques épais et
forment deux plateaux aux sols humides et profonds, mais elles colluvionnent sur les flancs des vallées et créent ainsi de belles facettes à galets roulés. Ces deux plateaux entourent le coeur de la zone géographique, formé de vallées parallèles et dissymétriques avec un versant pentu orienté vers l’ouest et un versant en pente douce orienté vers l’est.

Les sols développés sur ces substrats sont des sols brunifiés qui dépendent de la nature de la roche mère, de la position dans le relief et de la durée de la pédogénèse.
Les sols plus représentés sont des sols bruns, bien aérés. Ils se développent sur les versants longs des vallons sur substratum sablo-calcaire peu limoneux.

Les sols bruns développés sur galets sont présents sur la « nappe de Maucor » et sur les pentes raides avec colluvions de galets.
Quelques rendzines brunifiées se sont développées sur le substratum calcaire.
Enfin des sols argilitisés et rubéfiés se développent sur substratum argileux, notamment sur le sommet des « sables fauves ».

 

Le Climat est océanique

La zone géographique est soumise à un climat est sous l'influence océanique.

Le régime des pluies est abondant avec 900 millimètres à 1000 millimètres par an, pour 180 jours de pluies.

Il est décroissantd’ouest en est. La zone géographique bénéficie aussi des incursions des vents d'est qui favorisent le beau temps et les fortes chaleurs estivales, mais parfois aussi les risques de gelées de printemps.

L’été est chaud, et l’arrière saison automnale est souvent longue, douce et chaude.

 

Fiche technique

L'AOC « Tursan » est réservée aux vins tranquilles blancs, rouges et rosés.

Vignoble

Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des charges
du 24 octobre 2011
modifié le
10 Novembre 2016



1° Conduite du vignoble

Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 4000 pieds par hectare.

Les vignes sont conduites en « palissage plan relevé »

L’irrigation peut être autorisée

Le désherbage total est interdit pour les vignes de plus de 4 ans (5ème feuille)

2° Vendange

Maturité :
Les raisins présentent une richesse en sucre supérieure ou égale à :
- 187 grammes par litre pour les cépages gros manseng B et petit manseng B ;
- 170 grammes par litre de moût pour les autres cépages blancs et gris ;
- 198 grammes par litre de moût pour le cépage tannat N ;
- 180 grammes par litre de moût pour les autres cépages noirs.

Les vins présentent un titre alcoométrique volumique naturel minimum de :
- 11 % pour les vins blancs et rosés ;
- 11,50 % pour les vins rouges.

Rendement :
Le rendement de base est fixé à :
Pour les vins rouges : 55 hectolitres par hectare.
Pour les vins blancs et rosés: 60 hectolitres par hectare.

Divers :

 

Chai

 

1° Arrivée en cave

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Enrichissement
Les vins ne dépassent pas, après enrichissement, le titre alcoométrique volumique total de 13% ;
- Les techniques soustractives d’enrichissement sont autorisées pour les vins rouges et le taux
maximum de concentration partielle par rapport aux volumes mis en oeuvre est fixé à 10 %

2° Vinification:
Les vins ayant droit à cette appellation contrôlée devront provenir des raisins récoltés à bonne maturité et vinifiés conformément aux usages locaux, ils bénéficieront de toutes les pratiques oenologiques actuellement autorisées par les lois et règlements en vigueur.

Pour l’élaboration de vins rouges, l'égrappage avant encuvage est obligatoire

Pour les vins rouges, la fermentation malo-lactique est achevée.

Les vins rosés sont vinifiés par pressurage direct.

Nos commentaires :

Aucune mention sur le cahier des charges interdit les copeaux de bois. Par conséquence, l'utilisation de copeaux de bois est autorisé pour cette AOC.

 


3° Contrôles
Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance, pour le compte de l'INAO, sur la base d'un plan de contrôle approuvé.

Les bulletins d'analyse sont effectués et conservés par le vignerons ou négociant, pendant une période de 6 mois à compter de la date de conditionnement.

 

 

Commercialisation

 


 

Cartes, Vidéos et Photos


Carte du vignoble de Tursan

 

Présentation des couleurs de Tursan

Vieillissement de vins de Tursan dans le sable depuis 1997

Adresses

Syndicat des vignerons de Tursan

Place de l’Hôtel de Ville
40320
GEAUNE

Site Internet :
www.tursan.fr
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxx
Domaine du Peyrat
40320
Puyol Cazalet
Site Internet :
filsdupeyrat.fr
Vignobles Dulucq
40320
Payros-Cazautets
tél : 05 58 44 50 68
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxx
Cave des vignerons landais   Site Internet :
vigneronslandais.com
     

 

 

Les nouvelles sur l'appellation

   

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.