Fiche sur les vins AOC en France

Marcillac

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes et Photos
Les adresses
Les nouvelles

 

 

 

Situation Géographique

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Marcillac » est situé dans la région viticole du Sud-Ouest .

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Marcillac » est situé dans le département de l'Aveyron, sur 11 communes :

Marcillac-Vallon, Balsac, Clairvaux-d'Aveyron, Goutrens, Mouret, Nauviale, Pruines, Salles-la-Source, Saint-Cyprien-sur-Dourdou, Saint-Christophe-Vallon et Valady.



 

 

 

Historique

 

Regardez aussi : Histoire viticole du Sud Ouest.

Au IXème Siècle

En 819, l’abbé Dadon fonde un monastère où est appliquée la règle de Saint Benoit. Petit à petit, celui-ci prospère et parvient à réunir d’importants domaines fonciers.

Mais la notoriété de cette abbaye fut engendrée par un évènement indirectement lié
au vignoble de Marcillac. Entre 864 et 875, un moine, Ariviscus, fut envoyé près d’Agen pour subtiliser les reliques de Sainte Foy, martyre du début du IVème siècle. Cette pratique, pudiquement appelée « translation », était courante au Moyen-âge. Le moine en question resta pendant onze ans dans cette contrée où il put observer le fonctionnement de l’agriculture et, notamment, de la viticulture. Il y découvrit un cépage nommé fer servadou qu’il trouva fort robuste, vivace et particulièrement résistant.
Après ces longues années passées en latence, se présenta enfin l’opportunité pour
commettre son « pieu forfait », ce qu’il fit en ramenant à Conques les reliques de Sainte Foy, cachées dans des sarments de cépage fer servadou. le nom de ce cépage fut lui-aussi réapproprié puisqu’on parle plus localement du mansois ou du saumences.

Au Xème Siècle

Le vignoble de « Marcillac » est développé au Xème siècle par les moines de l’Abbaye de Conques, édifice construit avec les « rougiers de Marcillac », joyau de l’art roman, qui attire de nombreux touristes. Le cartulaire de l’Abbaye de Conques dispose de chartes faisant mention d’achats, de ventes, de donations et de l’existence de vignes dans le vallon de « Marcillac » de 918 à 1027.

Au XIIème Siècle

1166
En 1166, à trois kilomètres au Nord de Comps-Lagranville, l’abbé Candeil, moine de l’ordre de Cîteaux, fonde le monastère de Bonnecombe grâce aux nombreuses donations des évêques de Rodez ainsi que des particuliers.
En 1168, Durant de Rama donne aux cisterciens sa grange de vigne de Bougaunes.
Hugues-Hector de Panat fait donation de vignes en 1196.

Au XIIIème Siècle

Dès le XIIIème siècle, les bourgeois de Rodez trouvèrent ici un endroit favorable pour
faire élever leurs vins dans de meilleures conditions, tout en s’octroyant la possibilité de
passer des hivers moins rudes que sur le plateau ruthénois.

Au XIVème Siècle

Les archives départementales de l’Aveyron, présentent 7 textes, datant de 1316 à 1667, citant les vignes du « vallon ». Jusqu’à la révolution, l’église et la bourgeoisie de Rodez se partagent la propriété des vignes implantées dans le « vallon ».

1375
En 1375, les habitants de Rodez étaient même astreints au paiement d’un impôt spécifique sur le vin, à savoir le « souquet », destiné à financer la rénovation des remparts, les ecclésiastiques en étant exemptés.

Au XVème Siècle

1418
Avant 1418, il existait également le droit de banvin qui imposait aux habitants
de Rodez ayant des vignes de ne déplacer leur vin qu’après avoir approvisionné la maison du comte et de ses officiers, ce qui permettait au seigneur local de se garantir une cave.

Au XVIIIème Siècle

Après la révolution, les paysans continuent à cultiver ces vignes et à développer le vignoble, seule culture permettant de valoriser les coteaux. Les pieds sont implantés sur des petites surfaces, de pente plus faible, aménagées par l’homme et soutenues par des murets de pierre.
Le vignoble de « Marcillac » connaît son apogée au milieu du XIXème siècle, puis le phylloxéra, l’exode massif, les guerres, l’arrachage des vignes, les plantations de cépages de mauvaise qualité mettent un terme à l’expansion du vignoble.

Au XIXème Siècle

1852
En 1852 apparaissent les signes précurseurs de l’oïdium sur les vignes du Vallon,
les vignerons commencent à observer des feuilles et des grappes enfarinées accompagnées d’une odeur de moisi.

1880
La surface viticole est de 4000 hectares en 1880.

Les premières taches de phylloxera apparurent en 1880 près de Bruejouls.
le phylloxéra réduit à néant les efforts de plusieurs génération de vignerons. Seules quelques rares vignes échapperont à ce fléau et notamment celles de la cascade de la Roque.

1881-1882
en 1881 est organisé un concours d’expérimentation et
en 1882 se forme une association syndicale temporaire contre l’insecte ravageur.

Le mildiou ne tarde pas à faire son apparition, au début des années 1880

1886
C ’est le 15 aout 1886 qu’est voté, par le Conseil Municipal, l’introduction des vignes américaines, ce qui semble stopper le phylloxera.

1888
Le vignoble paraissant sauvé, en 1888, 600 vignerons partent en pèlerinage à Lourdes pour remercier la Vierge d’avoir sauvé leur vignoble.

le Black-rot fait son apparition en 1888 pour s’attaquer aux vignes de Marcillac.

1891
le phylloxera revient de plus belle durant l’année 1891 et se précipite sur les coteaux de Marcillac et anéantit le vignoble en l’espace de deux ans. Toutes les vignes
sont frappées et seules les souches greffées sur des plans américains ont résisté.

Au XXème Siècle

1905
Création de la réprésion des fraudes en 1905 avec la définition de la notion de « Tromperie sur la marchandise », Loi du 1 août 1905 .
Quiconque, qu'il soit ou non partie au contrat, aura trompé ou tenté de tromper le contractant, par quelque moyen ou procédé que ce soit, même par l'intermédiaire d'un tiers :
- soit sur la nature, l'espèce, l'origine, les qualités substantielles, la composition ou la teneur en principes utiles de toutes marchandises ;
- soit sur la quantité des choses ou sur leur identité par la livraison d'une marchandise autre que la chose déterminée qui a fait l'objet du contrat ;
- soit sur l'aptitude à l'emploi, les risques inhérents à l'utilisation du produit, les contrôles effectués, les modes d'emploi ou les précautions à prendre,
Sera puni d'un emprisonnement de trois mois au moins, deux ans au plus et d'une amende de 1.000 F au moins, 250.000 F au plus ou de l'une de ces deux peines seulement.

1906
En 1906, une crue du Créneau entraine l’inondation de Marcillac avec les conséquences que l’on peut imaginer pour la vigne.

1911
En 1911, c’est un orage de grêle qui compromet la récolte, passant de 14 000 hl à 2 815 hl cette année là.

1913
En 1913, un nouvel orage de grêle anéantit tout espoir de récolte.

1920
La surface exploitée est de 1841 hectares en 1920

1931
La crise est telle qu’en 1931, la presse incite les vignerons à se reconvertir dans les arbres fruitiers.

1932
Les maladies cryptogamiques refont une incursion en 1932 et les vignerons commencent à s’intéresser au mansois qui répond très bien et se défend correctement contre ces maladies.

1937
La surface exploitée est de 1573 hectares en 1937.

1944
En décembre 1944, le label « vin de qualité » est accordé.

1947
Les producteurs cherchent une solution en créant, en 1947, un nouveau syndicat qui affirme que seule la recherche de la qualité pourra sortir le vignoble de la crise qui torture l’activité depuis plus de 70 ans.

1955
En 1955, la surface travaillée atteint le seuil des 826 hectares.

1956
Le terrible hiver de 1956 où les aveyronnais connaissent, cette année là, des
températures sibériennes allant jusqu’à -28°c, ce qui semble vouloir donner le coup de grâce au vignoble avec 80 à 90% de la surface détruite.

1960
décret du 30 novembre 1960 relatives à la validité d'utilisation par le producteur du label des vins délimites de qualité supérieure.

1961
Le 18 décembre 1961, 120 agriculteurs viticulteurs se réunissent en mairie de Marcillac. Le « Syndicat de défense et d’amélioration des vins de qualité de la région de Marcillac » est constitué.

1965
L'arrêté du 4 novembre 1965 fixe les conditions d'attribution du label «Vin délimité de qualité supérieure» aux vins à appellation d'origine « Vin de Marcillac »

1970
Afin de pouvoir mécaniser le travail des parcelles de vigne, nécessitant jusqu’alors une importante main d’oeuvre, des terrasses suivant les courbes de niveau sont aménagées dans les coteaux les plus pentus, vers 1970. La partie plane de ces terrasses est plantée dans la plupart des cas, de 2 rangées de vigne. Sur les pentes les moins fortes, les parcelles de vigne sont plantées dans le sens de la pente.

1971
le 8 aout 1971 fut inaugurée la « nouvelle cave coopérative des vignerons du Vallon », à Valady.

1974
En 1974, ce sont 62 adhérents qui livrent leurs récoltes à la cave coopérative de Valedy qui décide alors d’entreprendre une politique de stockage, afin de garder en permanence une année de vin d’avance.

Les vins ne peuvent être mis en circulation avec cette appellation sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

1978
Les experts, nommés par l’Institut national de l’origine et de la qualité, et chargés de proposer une délimitation parcellaire pour l’appellation d’origine vin délimité de qualité supérieure, notent dans leur rapport daté de 1978 : « Très tôt les viticulteurs de Marcillac se sont orientés vers les cépages de vitis vinifera et plus précisément vers ce Mansois ou Saumansois (nom local issu de l’occitan du cépage fer N) qui occupe encore actuellement la presque totalité du vignoble ».

1980
Au cours des années 1980, des producteurs construisent leurs propres chais de vinification, les vignerons se professionnalisent.

1982
l’aire parcellaire de production a été approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors de la séance du comité national compétent des 15 et 16 septembre 1982.

1990
l’appellation d’origine contrôlée « Marcillac », initialement reconnue par le décret du 2 avril 1990.

1991
En 1991 (neige et gel) qui amputèrent à 90% les espoirs de récolte.

1992
En 1992, une vendange médiocre rejetée à 50% pour l’AOC qui passe en vin de pays.

Au XXIème Siècle

2008
En 2008, le vignoble s’étend sur une superficie de 200 hectares exploités par une soixantaine d’opérateurs, répartis en 14 chais particuliers, une cave coopérative et un négociant-vinificateur. Le volume produit annuellement oscille entre 6000 hectolitres et 8000 hectolitres, en fonction des conditions climatiques de l’année, dont environ 90% en vins rouges.

2009
Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

2011

Cahier des charges de l'AOC « Marcillac »,
le décret n° 2011-1347du 24 octobre 2011, JORF du 26 octobre 2011

 

2012

Décret n° 2012-655 du 4 mai 2012 relatif à l'étiquetage et à la traçabilité des produits vitivinicoles et à certaines pratiques œnologiques, JORF n°0107 du 6 mai 2012

Les règles pour le «vin biologique» sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

 

 

 

 

Regardez aussi : Histoire viticole du Sud Ouest.

 

 

 

 

Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Marcillac » :
Cahier des charges du 24 octobre 2011
Vins rouges et rosés

- cépage principal : fer N ;
- cépages accessoires :
cabernet sauvignon N, merlot N, prunelard N.

Les vins susceptibles de bénéficier de l’appellation d’origine contrôlée peuvent être issus du cépage cabernet franc N au titre de cépage accessoire, pour les parcelles de vignes en place au 31 juillet 2009 et ce jusqu’à arrachage des dites parcelles.

Vinification

Les vins sont issus du seul cépage fer N ou d’un assemblage dans lequel la proportion du cépage fer N est supérieure ou égale à 80%.


Ampélographie
( Etude des cépages )

Le « fer servadou » est nommé localement « mansois »
Le cépage fer N est un cépage originaire du Sud-Ouest de la France, peu sensible aux maladies, notamment à la pourriture grise.

 

HISTORIQUE

875 : Un moine, Ariviscus, ramene à Conques les reliques de Sainte Foy, cachées dans des sarments de cépage fer servadou.
le nom de ce cépage fut lui-aussi réapproprié puisqu’on parle plus localement du mansois ou du saumences.
   
2009 : Le cépage Cabernet Franc n'est plus autorisé à la plantation.
Le cépage Prunelard est autorisé dans l'appellation
 


 

 

 

 

Sols et Climat

Le sol est composé de côteaux argilo-calcaires dits « rougiers »

La zone géographique est traversée, au nord, par le Dourdou, rivière qui se jette dans le Lot. Ses affluents ont creusé leurs vallées dans le « causse », l’entaillant profondément, et mettant à jour le socle primaire constitué de grès permiens, dénommés localement « rougiers de Marcillac », dont la couleur rouge violacé est liée à leur richesse en oxydes de fer. Ces grès ont servi de matériau de construction aux villages du vallon, leur donnant un cachet particulier.

Dans les pentes des coteaux se succèdent les sols argilo-calcaires développés sur le plateau calcaire, les colluvions de cailloutis calcaires sur « rougiers », plus ou moins mélangés, les sols plus ou moins acides développés sur « rougiers ». Les fonds de vallons et de vallées présentent des sols peu évolués d’apport colluvial, voire alluvial.

 

Le Climat
Sa situation au point de rencontre de trois zones climatiques (continental, ocanique, méditerranéen) créé un terroir unique .

Les trois grandes influences climatiques sont présentes au gré des saisons.
L’influence du climat océanique porté par les vents d'ouest et du sud-ouest est présente au printemps et en automne, avec un pic de pluviométrie au mois de mai et au mois d’octobre. L’altitude renforce la rigueur de l’hiver mais le vallon est en partie protégé. Dans les bas-fonds et les talwegs, les gelées blanches sont fréquentes au printemps et en automne. Les étés sont secs, chauds et ensoleillés, avec des températures maximales moyennes de 25°C en juillet et en août. L’automne est généralement doux et pluvieux. Le vent d’Autan, chaud et sec, venant du sud-est, étend son influence jusque dans le
vallon.

Les parcelles reposent à mi-coteau à une altitude moyenne d’environ de 350 mètres. Au-delà de la cote 500, les gelées hivernales sont à craindre alors que dans les bas de coteaux et les fonds de vallées, les gelées printanières et automnales limitent la qualité et la quantité de la vendange.

 

 

 

 

Fiche technique

L'AOC « Marcillac » est réservée aux vins tranquilles rouges ou rosés.

Vignoble

Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des charges
du 24 Octobre 2011

1° Conduite du vignoble

A l’exception des vignes plantées en terrasses, les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 4 000 pieds à l’hectare.

La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à 9 500 kilogrammes par hectare. La charge maximale par pied est de 2,3 kilogrammes.
Lorsque l’irrigation est autorisée la charge maximale moyenne à la parcelle des parcelles irriguées est fixée à 7 500 kilogrammes par hectare.

2° Vendange

Maturité :

Richesse minimum en sucre des raisins :
- Vins rosés 175 grammes par litre de moût
- Vins rouges 180 grammes par litre de moût
(Jusqu'en 2009: supérieur à 170 grammes par litre de moût)

un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 10,5 %
(Jusqu'en 2011: à 10%)

Rendement :
Le rendement est fixé à 55 hectolitres par hectare.
(jusqu'à 2009: à 50 hectolitres à l'hectare.)

Le rendement butoir est fixé à 60 hectolitres par hectare.

Divers :

Chai

1° Arrivée en cave

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Enrichissement


Pour les vins rouges, les techniques soustractives d’enrichissement sont autorisées dans la limite d’un taux de concentration de 10 % par rapport aux volumes mis en oeuvre.

Les vins ne dépassent pas, après enrichissement, le titre alcoométrique volumique total de 13 %.

 

2° Vinification
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée doivent être vinifiés conformément aux usages locaux. Ils bénéficient de toutes les pratiques oenologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

Les vins rouges font l’objet d’un élevage au minimum jusqu’au 15 janvier de l’année qui suit celle de la récolte.

Nos commentaires :

Aucune mention sur le cahier des charges interdit les copeaux de bois. Par conséquence, l'utilisation de copeaux de bois est autorisé pour cette AOC.

 


3° Contrôles
Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance, pour le compte de l'INAO, sur la base d'un plan de contrôle approuvé.

 

 

Commercialisation

Mise en marché à destination du consommateur
A l’issue de la période d’élevage, les vins rouges sont mis en marché à destination du consommateur à partir du 1er février de l’année qui suit celle de la récolte.


 

Cartes et Photos


Carte du Vignoble du Sud-Ouest

 

 

 

Adresses

L'Interprofession des Vins du Sud-Ouest
31321
Castanet Tolosan
Site Internet
www.france-sudouest.com
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxx
Domaine de la Carolie
Valady
 
Domaine du Cros   Site Internet
www.domaine-du-cros.com
Domaine du Mioula   Site Internet
www.marcillac.net
Domaine Laurens    
Vignoble Philippe Teulier    
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxx

cave coopérative des Vignerons du Vallon

Valady
 

 

 

 

Les nouvelles sur l'appellation

 

 

 

 

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.