Fiche sur les vins AOC en France :

Jurançon

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes, Vidéos et Photos
Les adresses

Les nouvelles

 

 

Situation Géographique


Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Jurançon » est situé dans la région viticole du Sud Ouest.

L'appellation d'origine contrôlée « Jurançon » est situé dans le département des Pyrénées-Atlantiques , sur les 25 communes :

Abos, Arbus, Artiguelouve, Aubertin,
Bosdarros, Cardesse, Cuqueron, Estialesq, Gan, Gelos, Haut-de-Bosdarros, Jurançon, Lacommande,
Lahourcade, Laroin, Lasseube, Lasseubétat, Lucq-de-Béarn, Mazères-Lezons, Monein, Narcastet,
Parbayse, Rontignon, Saint-Faust et Uzos.

 

L'aire de production établie en 1936, modifiée en 2004, puis en 2011.

 

 

 

Historique

 

ETYMOLOGIE
Origine du nom :


C'est à cette époque, en 1117, que le mot "juransoo" apparaît pour la première fois ;
le bourg de Jurançon, lui, n'est créé qu'en 1297.


Regardez aussi : Histoire viticole du Sud Ouest.

HISTOIRE

Il remonte avec l'arrivée des Romains.
Une mosaïque représentant des feuilles de vignes et des grappes de raisins a été retrouvée dans une villa Aquitano-Romaine à Jurançon.

Il est cependant très probable que le vignoble ne se soit développé dans la zone géographique qu’au cours du XIVème siècle, période au cours de laquelle l’augmentation de la population entraine un défrichement important et un développement de l’agriculture sur les coteaux partiellement déboisés.
La vigne s’installe alors dans des quartiers spécialisés, à proximité des hameaux.

Au Xème siècle

988
On trouve une transaction viticole dans la commune de Lucq-de-Béarn, à l'abbaye de Saint-Vincent, dès 988.

Au XIIIème siècle

1220
Avec les " Fors de Morlaas " (charte de privilèges éditée en 1220 par le vicomte Guillaume-Raymond de Moncade), on parle de " Mansenc " sur le vignoble de Navarre

Au XIVème siècle

1350
Grand Manseng et au Petit Manseng, cépages cultivés dans la région depuis 1350 environ.

1385
Le recensement de Gaston Fébus en 1385 témoigne du développement de la vigne dans la région, mettant notamment en évidence le noyau historique du vignoble : le secteur que l'on connaît aujourd'hui sous le nom de " Chapelle de Rousse ".

Au XVème siècle

Le XVème siècle voit l’augmentation du commerce liée à la création de bourgs importants (Gan, Monein) et surtout au développement de la ville de Pau. En effet, les vicomtes de Béarn s’y installent avec une partie de la bourgeoisie. Ils commencent à acheter des vignes dans les coteaux Jurançonnais voisins de Pau pour satisfaire à la mode qui consistait à boire le vin de sa propre vigne. De plus, le privilège du vin de cru permettait de faire entrer son propre vin en ville avec des droits réduits afin de le
commercialiser.

1460
Les vicomtes du Béarn s'installent à Pau en 1460. C'est le début de l'âge d'or du vignoble.

Au XVe siècle, les plus grands domaines sont aux mains des notables, donnant ainsi naissance à des contrats sur l'exploitation des terres : les colloqui (location de la vigne contre un tiers de la récolte).

Au XVIème siècle

1538
En 1538, le Jurançon entre dans l’histoire royale alors qu’Henri d’Albert – Henri II de Navarre – achète une parcelle de vigne à Jurançon.
c'est en 1538 que le cru de Jurançon et le terme de petit Manseng apparaissent avec Henri d'Albret.

en 1538, une certaine Raymonde de Thou est propriétaire des lieux et de quelques arpents de vignes (Clos Thou).

1551
La place que tiennent la vigne et le vin dans le For de Béarn de 1551 (législation
édictée par Henri d’Albret), contrairement aux fors précédents, illustre bien l’importance prise par le vignoble depuis le début de ce siècle. Le cépage « Mansengue » est cité dès le XVIème siècle.

Le lien entre le vignoble Jurançonnais et Pau, puis avec les autres villes et régions voisines (Oloron, Lescar, La Vallée d’Ossau), a permis la création de grands domaines viticoles et le développement important des marchés. Ils ont pris une ampleur croissante notamment par l’action des Rois de Navarre, installés à Pau, qui ont promu le vignoble et la consommation des vins de Jurançon à leur cour.
A cette époque, les vins de Jurançon jouissent d’une grande réputation dans le Béarn mais aussi en France où ils étaient classés parmi les meilleurs vins moelleux.

1553
12 Décembre 1553, Henri II frotte d'une gousse d'ail les lèvres d'un nouveau né, le futur Henri IV et les humecte d'un JURANÇON désormais voué à la célébrité.
Cette cérémonie du baptême au Jurançon et à la gousse d'ail est fidèlement maintenue dans les familles béarnaises.

1555
1555 / 1557 : expansion du Jurançon sur les coteaux de Gan, Jurançon et Saint-Faust

Au XVIIème siècle

1619
Il fit dans le Sud-ouest « de si terribles chaleurs aux mois de juillet, août et septembre 1619 que l'on ne pouvait demeurer ni dedans ni dehors et que les vignes et raisins se séchèrent. Il n'a pas plu depuis la Saint-Marceau jusqu'à la fin de septembre, si ce n'est le 28 août 1619. »

1640
réputation perdure au XVII et XVIIIème siècles, période au cours de laquelle le vignoble s’étend, suite à l’augmentation de la consommation. Ainsi, en 1640, Marca affirme dans son « Histoire du Béarn » que : « les vins de Jurançon sont d’une bonté exquise qui surpasse les meilleurs de Chalosse et du Bordelais et par conséquent presque toute la France. Les coteaux des lieux voisins de Jurançon comme Gan, Gélos, Saint-Fos et Artiguelouve produisent des vins d’une bonté fort peu différente ».

1650
Les premiers crus des vins de Jurançon sont classés par le Parlement de Navarre en 1650

1653
Le deuxième classement des crus de Jurançon par le Parlement de Navarre est établie en 1653.

Au XVIIIème siècle

1704
Le troisième classement des crus de Jurançon par le Parlement de Navarre est établie en 1704.

Au XVIIIème siècle les cépages « petit manseng, gros manseng, camaralet et courbu » apparaissent dans les écrits des Etats de Béarn. C’est également au XVIIIème siècle que des progrès techniques dans l’élaboration et la conservation des vins permettent d’envisager des exportations à grande échelle. Les Etats du Béarn soutiennent le développement de marchés d’exportation vers la Hollande par le port de Bayonne.
Ce marché a pris une importance croissante jusqu’à la fin du XVIIIème siècle.

Les exportations vers les pays du nord de l’Europe qui ont débutée au XVIIIème siècle

1780
L'établissement de la "société patriotique des vins de Béarn" en 1780 fut la toute première tentative pour fédérer les vignerons béarnais. Malheureusement, cette noble et ambitieuse entreprise ne fut jamais récompensée, la compagnie s'endetta rapidement et fut dissoute en 1786.

Au XIXème siècle

1860
le jurançonnais est touché par l'oïdium (champignon provoquant le dépérissement du cep) en 1860 sévissant en Béarn jusqu'en 1870 et vaincu finalement par des soufrages répétés.

1892
Le phylloxéra (larve attaquant les racines des ceps) de faire des ravages en 1892. Aucun traitement ne s'avère réellement efficace contre cette maladie, la seule solution reste l'arrachage massif des plants de vigne et un greffage sur des plants américains.

La superficie du vignoble commence à régresser à l’arrivée des maladies cryptogamiques et du phylloxera mais surtout au cours des deux guerres mondiales, en passant de 6000 ha à la fin du XIXème siècle, à moins de 600 ha au milieu du XXème siècle.

Au XXème siècle

1924
Nous somme en 1924, l’arrivée du phylloxéra a été une véritable catastrophe pour les viticulteurs du Jurançon. "Pour aider les viticulteurs d’Aubertin promis à une ruine certaine, le conseil municipal, par une délibération adoptée à l’unanimité, a décidé d’acheter une défonceuse à traction animale qui sera prétée aux viticulteurs qui en feront la demande".

1933
En 1933, le vignoble de Jurançon s'étendait sur 3800 hectares

1936
l’appellation d’origine contrôlée « Jurançon », initialement reconnue par le
décret du 8 décembre 1936, pour les vins moelleux uniquement.
- L'aire de production autorisée : 41 800 hectares
- Superficie de vignes en production : seulement 400 ha bénéficient de l'appellation
Le vignoble restant est reconnu en appellation d’origine contrôlée pour les vins blancs moelleux en 1936 et pour les vins blancs secs en 1975. La mention « vendanges tardives » peut compléter le nom de l’appellation d’origine contrôlée depuis 1995.

1949
La cave coopérative de Gan a été créée en 1949

1962
Le gisement de gaz trouvé dans la région dans les années 50 provoque la destruction des plants (300 ha d'AOC en 1962), le maïs se développe de plus en plus, l'exode rural est conséquent. Le vin est vendu en vrac et il est destiné en majorité au négoce.

1964
C'est en 1964 que le Domaine Tinou, à Lasseube, a décidé de se lancer en agriculture biologique à contre-courant de tout ce qui se faisait.

1974
Les vins ne peuvent être mis en circulation avec une AOC sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

1975
l’appellation d’origine contrôlée « Jurançon-sec », initialement reconnue par le
décret 1975, pour les vins blancs sec.

1980 (vers)
Le véritable décollage du Jurançon a lieu au début des années 80 avec l'émergence d'une génération de jeunes vignerons indépendants qui ont pris ont fait des études en oenologie, le métier d'oenologue qui se dévelloppe avec la connaissance scientifique du vin, et le dévelloppement des outils et machines viti-vinicole.

1986
association des vignerons indépendants du Jurançon : Créée en 1986 sous le nom de « Clos, Domaines et Châteaux des AOC Jurançon et Jurançon sec »

1988
Patrice Limousin et Freya Skoda achètent en 1988 un Domaine en abandon, replantent les vignes, restaurent la demeure du 18 ième siècle et aménagent dans les bâtiments existants un chai et un caveau de dégustation. ils redonne vie au Domaine de Cabarrouy.

1995
association des vignerons indépendants du Jurançon : Créée en 1986 sous le nom de « Clos, Domaines et Châteaux des AOC Jurançon et Jurançon sec », elle s’intitule « La Route des Vins du Jurançon » depuis 1995.

La mention « vendanges tardives » peut compléter le nom de l’appellation d’origine contrôlée depuis le millésime 1995 s'il répond au Décret du 10 mai 1996.

1996
Décret du 10 mai 1996 relatif aux appellations d'origine contrôlées « Jurançon » et « Jurançon sec » - J.O Numero 114 du 16 Mai 1996:
* « Jurançon » : un titre alcoométrique naturel minimum de 12 %, et une richesse en sucre supérieure à 212 grammes de sucre. Les vins doivent présenter une teneur en sucres résiduels au moins égale à 35 grammes par litre. Le rendement est à 40 hectolitres à l'hectare de vigne en production.
* Mise en place de la mention « Vendanges Tardives ».

 

 

Au XXI ème siècle

2004
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent des 11 et 12 février 2004.
L'aire de production autorisée passe ainsi de 41 800 hectares à 6 700 hectares.

2005
En 2005, l’INAO a recensé une production de 27 000 hectolitres de vin doux (3.5 millions de bouteilles) et 15 000 hectolitres de jurançon sec (1.2 millions de bouteilles).

2008
-Le gros manseng : Cépage des Jurançons secs et Jurançons moelleux, représente 70% des cultures.
- Le petit Manseng : Cépage à petites baies qui produit les plus grands moelleux. Riche en sucre, il représente 25% des cultures.
- Les courbus, camaralets et lauzets : Cépages typiques des vignobles pyrénéens. Ils ne représentent que 5% des cultures.

2009
Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

2010
La spécialisation des exploitations vers la monoculture de la vigne, inexistante au début du siècle, devient de plus en plus marquée.
La surface du vignoble croît à un rythme régulier depuis une trentaine d’année et occupe en 2010, 1200 ha environ.
La cave coopérative de Gan produit 60% des volumes de l’appellation.
Une soixantaine de caves particulières produisant du Jurançon sont réparties sur l’ensemble de l’aire.

2011

Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la commission permanente du comité national compétent par
délégation du 16 juin 2011.

Cahier des charges de l'AOC « Jurançon »
le décret n°2011-1622 du 22 novembre 2011, JORF du 24 novembre 2011

Avec le décret de 2011, L'aoc Jurançon-sec diparait. Elle fusionne avec l'AOC Jurançon.

2012
Les règles pour le «vin biologique» sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

Les prix de la vigne en Sud-Ouest : les vignes de Jurançon à 45 000 € l'hectare, en 2012.

2013
La surface actuelle du vignoble de Jurançon est de 1 337 hectares (0,20 % du vignoble français) - pourrait s'étendre à 6754 hectares (Aire de production autorisée).

 

 

 

 

Regardez aussi : Histoire viticole du Sud Ouest.

 

 

 



Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Jurançon » :
Pour les vins blancs :


a) - Les vins sont issus des cépages suivants :
- cépages principaux : gros manseng B, petit manseng B,
- cépages accessoires : camaralet de Lasseube B, courbu B, petit courbu B et lauzet B.


b) - Les vins susceptibles de bénéficier de la mention « vendanges tardives » sont issus des seuls cépages
petit manseng B et gros manseng B.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

La proportion des cépages principaux est supérieure à 50 % de l’encépagement.

VINIFICATION

-Les vins sont issus d’un ou plusieurs cépages.
Ils ne peuvent être issus des seuls cépages accessoires ;
-Dans les assemblages, les cépages principaux sont majoritaires.

 

 

 

Ampélographie
( étude des cépages )

Menseng
Le cépage « Mansengue » est cité dès le XVIème siècle.
C'est en 1538 que et le terme de petit Manseng apparaissent avec Henri d'Albret.


Historique

1220 : on parle de " Mansenc " sur le vignoble de Navarre
1538 : le terme de petit Manseng apparaissent avec Henri d'Albret.
XVIIIème siècle : les cépages camaralet et courbu sont signalés

 

 

Sols et Climat


Le sol
est très pentu, implique une exploitation de la vigne en terrasses et parfois même en amphithéâtre.
Les sols marins du sud et les sols terriens du nord donnent des vins blancs qui sont aussi bien les compagnons des fruits de mer que du foie gras.
Le sol silico-argileux est riche en galets roulés, portés par les torrents et glaciers pyrénéens.

Le vignoble est divisé par une ligne est-ouest :
> au sud, le sous sol provient des sédimentations marines déposées avant et pendant la formation des Pyrénées
> au nord, les sols terriens, composés de poudingue de Jurançon, de galets calcaires et d'argiles à graviers silicieux, ont été mis en place pendant la formation des Pyrénées

Le poudingue calcaire de Jurançon recouvre la terre de niveaux tendres (argilo-sableux et argilo-siliceux) alternés avec des couches d'argiles, de limons, de sables, et de galets en surface (parfois localisés en nappes).



Le Climat
est hétéroclite
Rigueur montagnarde, douceur océanique et chaleur méridionale sont les trois climats qui font du Jurançon un vignoble unique.

- La rigueur montagnarde implique une implantation de la vigne en « hautain » à cause des risques de gelées du printemps.
- La douceur océanique fournit une bonne répartition des pluies qui assurent un développement harmonieux de la vigne.
- La chaleur méridionale, et notamment le bel été indien du Béarn et le vent du sud, le foehn, permet le passerillage (technique de surmaturation pour l'élaboration des grands moelleux).

Les vins du Jurançon, alignés en bandes parallèles et exposés sud ou sud-ouest, sont ainsi influencés par la montagne, le foehn et l’océan. La pluviométrie béarnaise et l’automne tardif favorisent la surmaturation qui caractérise les grands moelleux.
Les vendanges s’échelonnent donc de mi-octobre à mi-novembre, voire mi-décembre pour les vendanges tardives


 

 

 


Fiche technique

L’appellation d’origine contrôlée « Jurançon » est réservée aux vins blancs tranquilles.

Vignoble

Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des Charges
du 22 novembre 2011

1° Conduite du vignoble
Les vignes présentent une densité minimale à la plantation
de 4 000 pieds à l’hectare.

Chaque pied dispose d’une superficie maximale de 2,50 mètres carrés.

Les vignes sont obligatoirement conduites en « palissage plan relevé ».

La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à 9 500 kilogrammes par hectare.

2° Vendange

Les raisins destinés à l’élaboration de vins susceptibles de bénéficier de la mention « vendanges tardives », sont récoltés à partir du 2 novembre.
- Les vins sont issus de raisins récoltés manuellement ;
- Les vins sont issus de raisins récoltés par tries successives, à l’exception des vins susceptibles de bénéficier de la mention
« sec »

Maturité :
AOC « Jurançon » suivie de la mention « sec »
un titre alcoométrique naturel minimum de 11,5 %
une richesse en sucre minimun à 187 grammes de sucre.

AOC « Jurançon »
un titre alcoométrique naturel minimum de 14 %
une richesse en sucre minimun de sucre:
- cépage petit manseng B : 247 grammes
- autres cépages : 230grammes

« Jurançon » complétée de la mention « vendanges tardives »
un titre alcoométrique naturel minimum de 17 %
une richesse en sucre minimun à 281 grammes de sucre.

Rendement :
Jurançon et Vendange Tardive
Le rendemen est fixé à 40 hectolitres par hectare.
Le rendement butoir est fixé à 44 hectolitres par hectare

AOC « Jurançon » suivie de la mention « sec »
Le rendemen est fixé à 60 hectolitres par hectare.
Le rendement butoir est fixé à 66 hectolitres par hectare

Divers :
Sur une même superficie déterminée de vignes en production, il peut être revendiqué à la fois l'appellation d’origine contrôlée « Jurançon » suivie de la mention « sec » et l’appellation d’origine
contrôlée « Jurançon ».


Chai


1° Arrivée en cave

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Enrichissement



 

2° Vinification
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée doivent être vinifiés conformément aux usages locaux. Ils bénéficient de toutes les pratiques oenologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

Les vins susceptibles de bénéficier de la mention « vendanges tardives » ne font l’objet d’aucun enrichissement.
Les vins susceptibles de bénéficier de la mention « vendanges tardives » font l’objet d’un élevage au moins jusqu’au 1er juin de la deuxième année qui suit celle de la récolte.

TENEUR EN SUCRES
AOC « Jurançon » suivie de la mention « sec »
Inférieure ou égale à 4 grammes par litre

AOC « Jurançon »
Supérieure à 40 grammes par litre

« Jurançon » complétée de la mention « vendanges tardives »
Supérieure à 55 grammes par litre


3 ° Contrôles :

Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance sous l'autorité de l'INAO sur la base d'un plan d'inspection approuvé.

 

Commercialisation


Date de mise en marché à destination du consommateur.

Les vins bénéficiant de la mention « vendanges tardives » sont mis en marché à destination du consommateur à partir du 15 juin de la deuxième année qui suit celle de la récolte.

Etiquetage

La mention « sec » est inscrite immédiatement à la suite du nom de l’appellation d’origine contrôlée.

Les vins susceptibles de bénéficier de la mention « vendanges tardives » sont présentés obligatoirement avec l’indication du millésime.

Les vins bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée « Jurançon » peuvent porter sur l’étiquetage la mention « Sud-Ouest ».


 

Cartes, Vidéos et Photos


Carte du Vignoble du Sud-Ouest

Domaine de Couhapé 2010

Domaine de Montesquiou 2010

 

Adresses

La Route des Vins du Jurançon, association des vignerons indépendants du Jurançon   Site Internet
www.vins-jurancon.fr
L'Interprofession des Vins du Sud-Ouest
31321
Castanet Tolosan
Site Internet
www.france-sudouest.com/
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxx
Château de Rousse

Marc et Olivier LABAT

La Chapelle de Rousse
64110
Jurançon
Tel : 05.59.21.75.08
Château Jolys
Gan
 
Château Lafitte    
Clos Labrée    
Clos Laplume    
Domaine Barthélémy    
Domaine Bordenave-Coustarret
64360
Monein
Tel : 05 59 21 34 83
Domaine Capdevielle

Didier CAPDEVIELLE
Quartier Côos
64360
Monein
 
Domaine Castéra    

Domaine Couhapé

Henri RAMONTEU

64360
Monein

Tel : 05.59.21.33.02

Domaine Haugarot
Saint-Faust
 
Domaine de Montesquiou    

Domaine de Souch

Yvonne Hégoburu

Chemin de Souch
64110
Laroin
Tel : 05.59.06.27.22
Domaine du Cinquau
Chemin du Cinquau
64230
Artiguelouve
 
Domaine Larroudé    

Domaine Nigri

Jean-Louis LACOSTE

Candeloup
64360
Monein
Tel : 05.59.21.42.01
Fax : 05.59.21.42.59

Mail : domaine.nigri@
wanadoo.fr

Domaine Tinou
Lasseube
 
     

 

 

Les nouvelles sur l'appellation

Dimanche 13 décembre 2015 dans les coteaux du Jurançon, de Gan à Lucq de Béarn. A partir de 10h. 

 

46 vignerons, entourés de leurs amis producteurs, artistes ou artisans, vous ouvrent les portes de leur domaine et vous attendent pour un moment unique de convivialité...

 

 

 

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.