Fiche sur les vins AOC en France

Gigondas

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes et Photos
Les adresses

Les nouvelles

 

 

 

Situation Géographique

Le vignoble de « Gigondas » est situé dans la région viticole de la Vallée du Rhône,
sur 1 communes du département du Vaucluse (84) : Gigondas

 

L'aire de production établie en 1971, modifiée en 2008

 

 

 

Historique

 

ETYMOLOGIE :
Origine du nom

Anciennement appelé "Jucunda" du nom d'un de ces premiers occupants latins : Jucundus.
Le nom primitif de Gigondas est le mot latin JOCUNDITAS, qui signifie « joie » et « allégresse ». Il est deux fois attribué à Gigondas, en 951, dans la Gallia Christiana novissima et trois fois, en 1137, 1138 et 1151, dans le cartulaire de Richerenche.

 

HISTOIRE :

Au premier siècle après Jésus-Christ, PLINE L’ANCIEN dans le livre XIV de son « Histoire naturelle » célèbre déjà les vertus des vins récoltés sur les coteaux qui bordent la vallée de l’Ouvèze.

On attribue aux soldats de la 2ème légion romaine la création des premiers domaines viticoles.

92
L’édit de l'empereur romain Domitien, en 92, interdisait la plantation de nouvelles vignes hors d’Italie ; il fit arracher partiellement les vignes en Bourgogne afin d’éviter la concurrence.

280
Probus annula l'édit de Dominitien en 280.

Au XIIème siècle

1120
Vers 1120, Rostang III, évêque de Vaison, donna à son église cathédrale, une mense qui comprenait une vigne sise à Gigondas, près de l'Ouvèze. Il le fait en ces termes :
« Petro vero Alberto Gigundatis pro vinea quoe sita est juxta viam publicam est inter (... otam)) episcopalem et fluvium Ovicœ solidis ordo dedit. »
C'est l'acte le plus ancien confirmant l'existence d'un vignoble sur ce terroir.

Au XIVème siècle

1341
Raymond V des Baux, en juillet 1341, tout en se réservant les droits de haute et basse justice, accorda aux Gigondassiens certaines libertés contre un droit de vingtain sur le vin de ce terroir pendant sept ans.

1376
En 1376, au lieu-dit « Les Bosquets », les registres notariaux indiquent l'existence de « vinea culta ».

1380
Des notaires d'Oussan, dans un acte daté de l'an 1380, font état de vignes qui couvraient un territoire descendant de la chapelle Notre-Dame des Pallières jusqu'à l'Ouvèze.

Au XVIème siècle

1556
Le vignoble des Princes d'Orange

1581
la Communauté rédigea ses statuts et les approuva le 14 novembre 1591. L'article 45 intitulé « De ceux qui vendent du vin en gros qu'ils en vendent aux autres habitans » indique avec précision les conditions de ce négoce :
« Toute personne qui voudra vendre du vin en gros aux estrangiés sera tenue de vendre aux habitans dudit lieu, à quatrs ou à pichet, pour le prix qu'ils l'auront vendu auxdits estrangiés, à peine y contrevenant, de payer, pour chaque personne et fois XII deniers ; et qui aura du vin à vendre, et le vendra aux habitans en gros, sera tenu de le vendre à tous habitans, à quarts ou à pichets, pour emplir ses tonneaux, au prix qu'il l'aura vendu en gros pour ouiller lesdits tonneaux, à peine de contravention pour le regard des habitans de payer II sols applicables. »

L'année suivante, cet article fut repris en faisant, cette fois, expressement mention du vin blanc. C'est un des rares textes faisant mention de ce type de vin sur le terroir gigondassien.

 

Au XVIIIème siècle

1731
1731, année où la principauté fût incorporée à la France.

1771
Selon un extrait de la délibération du Conseil Politique de la Communauté de Gigondas du 30 Septembre 1771, fol. 23, il est dit que "personne ne pourra vendanger avant que la permission générale qui sera donnée par MM. les Consuls, à peine de 5 livres d'amende pour chaque contravention".

Au XIX ème siècle :

le phylloxéra touche durement le vignoble. L´olivier prend sa place.

1861
Ce fut la famille Raspail, et plus particulièrement Eugène, qui prit sa retraite politique à Gigondas, qui relança la viticulture sur place. Au cours de l'année 1861, il fit l'acquisition du domaine des Bosquets, revalorisa les 37 hectares déjà existant, en fit planter 9 autres l'année suivante, puis 26 les années qui suivirent.

1864
Dès 1864, la production des domaines de la famille Raspail, fut telle qu'il put l'expédier, par le port de Roquemaure sur le Rhône, à des négociants de Valence, Lyon, Saint-Étienne et Paris, qui la lui avait acheté sur la base de 16, 50 l'hectolitre. Des résultats assez probants pour qu'il reçut, en dépit de ses idées républicaines, et avec l'aval de Napoléon III, une prime d'honneur pour son exploitation. Fier de ses résultats, le savant vigneron put noter :
« Les vins de Gigondas doivent à leur proportion d'alcool une valeur qui les fait rechercher. Au pritemps de 1865, ils étaient tous achetés quand le Languedoc se plaignait de ne pas les vendre. »

1866
E.Raspail est à l'origine de la construction du Château Raspail (1866), aux abords de la route Carpentras-Vaison

À la fin de ce siècle arrivèrent deux nouveaux fléaux de la vigne. Le premier fut le mildiou, autre maladie cryptogamique, le second le phylloxéra.

Au XXème siècle

1924
En 1924, la commercialisation des vins plafonnait à 4 784 hl

la production et la notoriété des vins de « Gigondas » ne cessent de s’accroître. Fort de cette réputation, s’appuyant sur la loi du 6 mai 1919, les vins sont revendiqués en appellation d’origine « Gigondas » dès 1924.

1937
la commune de Gigondas appartient à l'A.O.C. Côtes du Rhône.

1945
« Domaine Le Péage » a été l'un des premiers Domaines à commercialiser le « Gigondas » en bouteilles en 1945.

1953
décret concernant l'appellation contrôlée " Côtes du Rhône " suivie du nom « Gigondas »

1955
La coopérative est construite en 1955 par les architectes Broise et Biscop

1956
Il faudra attendre les grandes gelées de l´hiver 1956 et la disparition des oliviers pour voir le vignoble de Gigondas renaître et reconquérir les coteaux

1963
Des vendanges tardives.

1967
En 1967, la commercialisation des vins plafonnait à 25 887 hl

1971
l´obtention du statut d´AOC « Gigondas », par le décret du 6 janvier 1971 .

1974
Les vins ne peuvent être mis en circulation avec une AOC sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

Au XXI ème siècle

2003
La production en 2003 est de 42 380 hl, soit un rendement moyen de 34,5 hl/ha

2004
La production en 2004 est de 40 213 hl, soit un rendement moyen de 32,5 hl/ha

2005
La production en 2005 est de 35 720 hl, soit un rendement moyen de 29,5 hl/ha ,
avec 169 viticulteurs dont 87 vinificateurs (78 caves particulières, 5 caves coopératives, 4 négociants)
La superficie autorisé est de 2711 hectares.
La superficie en production est de 1250 hectares .

2006
La production en 2006 est de 40 345 hl, soit un rendement moyen de 33 hl/ha

2007
La superficie en production est de 1240 hectares avec une production de 41 858 hl, soit un rendement moyen de 34 hl/ha, en 2007

2008
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors de la séance du comité national compétent du 13 mars 2008.

 

2009
Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

En 2009, le vignoble couvre une superficie de 1230 hectares pour une production moyenne de 32500 hectolitres.
Les vins se répartissent en 2 couleurs, des vins rouges qui représentent 99% de la production, et plus confidentiellement, des vins rosés. 80% des vins sont produits par des caves particulières.

2011

Cahier des charges de l'AOC « Gigondas »
homologué par le décret n°2011-1507 du 10 novembre 2011,
JORF du 15 novembre 2011

2012
Les règles pour le «vin biologique» sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

2013
Des vendanges historiquement tardives, le faible rendement de grenache, le climat frais et la maturation lente confèrent au Gigondas 2013 un effet millésime certain.

2016

Arrêté du 9 août 2016 modifiant le cahier des charges de l'appellation d'origine contrôlée « Gigondas » homologué par le décret n° 2011-1507 du 10 novembre 2011
- Les vins rouges sont élevés au moins jusqu’au 15 janvier de l’année qui suit celle de la récolte

 

 

Voir aussi : la région viticole de la vallée du Rhône .

 

 

 



Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Gigondas » :

Pour les vins

- cépage principal : grenache N ;
- cépages complémentaires : syrah N, mourvèdre N ;
- cépages accessoires : bourboulenc B, brun argenté N (localement dénommé camarèse ou vaccarèse),
cinsaut N, clairette B, clairette rose Rs, counoise N, grenache blanc B, grenache gris G, marsanne B,
muscardin N, piquepoul blanc B, piquepoul noir N, roussanne B, terret noir N, ugni blanc B, viognier
B.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

La proportion de l’ensemble cépage principal et cépages complémentaires est supérieure ou égale
à 90 % de l’encépagement ;
- La proportion du cépage grenache N est supérieure ou égale à 50 % de l’encépagement ;
- La proportion de l’ensemble des cépages mourvèdre N et syrah N est supérieure ou égale à 15 % de
l’encépagement.

VINIFICATION

Les vins proviennent de l’assemblage de raisins ou de vins issus majoritairement du cépage principal et d’au moins un des deux cépages complémentaires.

 


Ampélographie
( étude des cépages )

 

L’Allobrogica :
un cépage dont l’étude de l’ADN révèle son lien de parenté avec le cépage syrah N

Syrah :
la syrah est du croisement de la « mondeuse blanche B » avec « le dureza N », un vieux cépage de l'Ardèche.

Historique

124 avant J-C : culture du cépage L’Allobrogica (parenté avec le cépage syrah N)

 

 

 

 

Sols et Climat

Le sol est constitué d´alluvions d´argiles rouges caillouteuses que l´on retrouve sur des pentes ou de vastes terrasses.

Le vignoble est implanté à une altitude comprise entre 160 mètres et 400 mètres, sur des expositions ouest/nord-ouest qui protègent de l’ensoleillement estival excessif. Sa situation en coteaux le protège des brouillards et des gelées printanières et assure chaque année une récolte régulière.

 

Le Climat est méridional chaud et sec, 2800 heures d’ensoleillement annuel. Le mistral est le vent dominant.

Ce terroir est soumis à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches (une brève en hiver, une très longue et accentuée en été), deux saisons pluvieuses, en automne (pluies abondantes et brutales) et au printemps. Sa spécificité est son climat méditerranéen qui constitue un atout exceptionnel :
- Le mistral assainit le vignoble
- La saisonnalité des pluies est très marquée
- Les températures sont très chaudes pendant l'été.


 

 

 


Fiche technique

L'AOC « Gigondas » est réservée aux vins tranquilles rouges et rosés.

Vignoble

Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des charges
du 10 novembre 2011

 


1° Conduite du vignoble

- La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à 6500 kilogrammes par hectare ;
- Lorsque l’irrigation est autorisée , la charge maximale moyenne à la parcelle des parcelles irriguées est fixée à 4500 kilogrammes par hectare.

- Le paillage plastique est interdit

2° Vendange

Maturité :

Ne peuvent être considérés comme étant à bonne maturité les raisins présentant une richesse en sucre inférieure à :
- 207 grammes par litre de moût pour les cépages cinsaut N, mourvèdre N et syrah N ;
- 216 grammes par litre de moût pour les autres cépages.

Les vins présentent un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 12,5 %.

Rendement :

Le rendement de base est fixé à 36 hectolitres à l'hectare.

Le rendement butoir est fixé à 40 hectolitres par hectare.

Divers :

Le tri de la vendange est obligatoire quelle que soit la méthode de récolte. Le tri est effectué soit sur la parcelle, soit sur le lieu de vinification.

 

Chai

1° arrivée au Chai

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Enrichissement
- Les vins ne dépassent pas, après enrichissement, un titre alcoométrique volumique total de 14,5 %.

2° Vinification
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée doivent être vinifiés conformément aux usages locaux. Ils bénéficient de toutes les pratiques oenologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

- Tout traitement thermique de la vendange faisant intervenir une température supérieure à 40°C est interdit

- L’utilisation de morceaux de bois est interdite

Elavage
- Les vins rosés sont élevés au moins jusqu’au 1er janvier de l’année qui suit celle de la récolte ;
- Les vins rouges sont élevés au moins jusqu’au 15 janvier de l’année qui suit celle de la récolte (avant 2016 : jusqu’au 15 mars)

3 ° Contrôles :

Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance sous l'autorité de l'INAO sur la base d'un plan d'inspection approuvé.

 

Commercialisation


Mise en marché à destination du consommateur


a) - A l’issue de la période d’élevage, les vins rosés sont mis en marché à destination du consommateur à partir du 15 janvier de l’année qui suit celle de la récolte

b) - A l’issue de la période d’élevage, les vins rouges sont mis en marché à destination du consommateur à partir du 31 janvier de l’année qui suit celle de la récolte.
(Avant 2016 : 31 mars de l’année qui suit celle de la récolte. )



 

Cartes et Photos


Carte du Vignoble de la Vallée du Rhône

Carte du vignoble de l'AOC « Gigondas »

Terroir de l'AOC « Gigondas »


Blason des vins de « Gigondas »

 

Signification du blason

Le cor est l’emblème des princes d’Orange, également seigneurs de Gigondas.

Le village fut pour eux un rendez-vous de chasse très prisé et fut fortifié, ce qui explique la couronne murale de 5 tours à 2 créneaux.

Les rameaux d’olivier, symbole de paix et de félicité, supportent le blason ; ce dernier a la forme classique d’un écu (bouclier d’autrefois) et n’est pas en carré pointé, forme que les blasons ne prendront qu’au XVIII siècle les armoiries de Gigondas sont bien antérieures à cette date.


Formation géologique de la
Dentelle de Montmirail


Les dentelles de Montmirail et le vignoble de « Gigondas »

Vigne à gigondas

Pierre signalant le
Domaine « La Bouissière »

Les vignes de « Gigondas » sous la neige

 

 

 

 

Adresses

Cru Gigondas

Maison du Gigondas, Place Gabrielle Andéol

84 190 Gigondas

Tél. 04 90 37 79 60

Site Internet
www.gigondas-vin.com

Email : promotion@gigondas-vin.com

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxx

Domaine La Bouscatière

SAUREL Christian (père) et Laurant (flis)

Quartier la Beaumette
84 190 Gigondas
Tél :04 90 70 96 80
PAILLET Marie-Odile et Gérard    

 

 

Les nouvelles sur l'appellation

Dégustation des vins de Gigondas
L'Appellation Gigondas vous invite le Lundi 7 Avril 2014 aux Auspices du Gigondas

Des ateliers ponctueront la journée :

• 11h30 & 15h30 : Atelier dégustation verticale de vieux millésimes de Gigondas
• 14h00 & 16h00 : Atelier terroirs, des exposés et dégustations animés par l'œno-géologue Georges Truc

INFORMATIONS PRATIQUES
Journée réservée aux Professionnels
HORAIRE : de 11h à 18h
ADRESSE : Montée des Hospices 84190 Gigondas - France
CONTACT : Maison du Gigondas
04 90 37 79 60
promotion@gigondas-vin.com

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.