Fiche sur les vins AOC en France

Côtes du Rhône

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Cartes et Photos
Les adresses

Les nouvelles

 

 

 

Situation Géographique

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Côtes du Rhône » est situé dans la région viticole de la Vallée du Rhône.

L'AOC « Côtes du Rhône » est situé sur 200 kms entre Vienne et Avignon, sur 3 régions, 6 départements et les 171 communes suivantes :
Département de l'Ardèche :
Andance, Ardoix, Arras-sur-Rhône, Bourg-Saint-Andéol, Champagne, Charnas, Châteaubourg, Cornas, Félines, Glun, Guilherand-Granges, Lemps, Limony, Mauves, Ozon, Peyraud, Sarras, Sécheras, Serrières, Saint-Désirat, Saint-Etienne-de-Valoux, Saint-Jean-de-Muzols, Saint-Julien-en-Saint-Alban, Saint-Just-d'Ardèche, Saint-Marcel-d'Ardèche, Saint-Martin-d'Ardèche, Saint-Péray, Talencieux, Toulaud, Tournon-sur-Rhône, Vion.
Département de la Drôme :
Beaumont-Monteux, Bouchet, Chanos-Curson, Crozes-Hermitage, Erôme, Gervans, Larnage, La Roche-de-Glun, Livron-sur-Drôme, Mercurol, Mérindol-les-Oliviers, Mirabel-aux-Baronnies, Mollans-sur-Ouvèze, Montbrison-sur-Lez, Nyons, Le Pègue, Piégon, Pont-de-l'Isère, Rochegude, Rousset-les-Vignes, Saint-Maurice-sur-Eygues, Saint-Pantaléon-les-Vignes, Serves-sur-Rhône, Suze-la-Rousse, Tain-l'Hermitage, Taulignan, Tulette, Venterol, Vinsobres.
Département du Gard :
Aiguèze, Aramon, Bagnols-sur-Cèze, Carsan, Castillon-du-Gard, Cavillargues, Chusclan, Codolet, Comps, Connaux, Cornillon, Domazan, Estézargues, Fournès, Gaujac, La Roque-sur-Cèze, Laudun, Laval-Saint-Roman, Le Pin, Lirac, Montfrin, Orsan, Pont-Saint-Esprit, Pougnadoresse (section A du cadastre mis à jour pour l'année 1934), Pouzilhac, Pujaut, Remoulins, Rochefort-du-Gard, Roquemaure, Sabran, Sauveterre, Saze, Saint-Alexandre, Saint-André-d'Olérargues, Saint-Etienne-des-Sorts, Saint-Géniès-de-Comolas, Saint-Gervais, Saint-Hilaire-d'Ozilhan, Saint-Julien-de-Peyrolas, Saint-Laurent-de-Carnols, Saint-Laurent-des-Arbres, Saint-Marcel-de-Careiret, Saint-Michel-d'Euzet, Saint-Nazaire, Saint-Paul-les-Fonts, Saint-Paulet-de-Caisson, Saint-Pons-la-Calm, Saint-Victor-la-Coste, Tavel, Théziers, Tresques, Valliguières, Vénéjan, Villeneuve-lès-Avignon.
Département de la Loire
Chavanay, Malleval, Saint-Michel-sur-Rhône, Saint-Pierre-de-Boeuf, Vérin.
Département du Rhône
Ampuis, Condrieu, Saint-Cyr-sur-le-Rhône, Tupin-et-Semons.
Département du Vaucluse
Avignon, Beaumes-de-Venise, Bédarrides, Bollène, Buisson, Cairanne, Camaret-sur-Aigues, Caumont-sur-Durance, Châteauneuf-de-Gadagne, Châteauneuf-du-Pape, Courthézon, Faucon, Gigondas, Grillon, Jonquerettes, Jonquières, Lafare, Lagarde-Paréol, Mondragon, Morières-lès-Avignon, Mornas, Orange, Piolenc, Puyméras, Rasteau, Richerenches, Roaix, La Roque-Alric, Sablet, Sainte-Cécile-les-Vignes, Saint-Marcellin-lès-Vaison, Saint-Romain-en-Viennois, Saint-Roman-de-Malegarde, Saint-Saturnin-lès-Avignon, Sarrians, Séguret, Sérignan-du-Comtat, Sorgues, Suzette, Travaillan, Uchaux, Vacqueyras, Vaison-la-Romaine, Valréas, Vedène, Villedieu, Violès, Visan.

 

La zone géographique correspond à la région naturelle de la vallée du Rhône. Le fleuve en constitue le coeur et a permis l’ouverture de cette importante voie de communication.
La zone géographique s’étend, entre Vienne et Avignon, sur le territoire de 6 départements bordant le Rhône sur sa rive occidentale et sa rive orientale.

L'aire de production est établie en 1937, et modifiée depuis

Voir aussi : Côtes du Rhône Villages

 

 

 

Historique


ETYMOLOGIE :
Origine du nom

Les Grecs de Rhodes s’installent et donnent leur nom au Rhône (Rhodano).

Cette région baptisée « la Côte du Rhône » tire son nom de la proximité du fleuve.

HISTOIRE :

Voir aussi : Histoire de la vallée du Rhône

Au milieu du VIIIe siècle avant notre ère, les Grecs de Rhodes s’installent sur la côte méditerranéenne de ce qui n’est pas encore la Gaule. Ils donnent leur nom au Rhône (Rhodano) et fondent les cités d’Hérakléa (Saint-Gilles-du-Gard) et de Rhodanousia (en face d’Arles).

Les premiers plants de vigne en Vallée du Rhône sont probablement apportés par des colons grecs, 600 ans avant Jésus-Christ.

A la demande des marchands grecs, les Romains débarquent dans le pays
afin de le sécuriser. Ils y tracent des routes, édifient de nombreux ouvrages d’art, créent des villes et d’immenses domaines agricoles qui sont à l’origine de l’introduction de la culture de la vigne et de la production de vin en Vallée du Rhône. Les légionnaires romains plantent la vigne en privilégiant les
coteaux parfois très pentus, avec des cépages locaux particulièrement adaptés aux conditions climatiques. La proximité du Rhône assure aux vins un bon débouché commercial.

Dans la partie septentrionale, le développement vitivinicole est le fait des Allobroges qui donnent naissance au vignoble de Vienne, sur les deux rives du Rhône, dès le Ier siècle avant Jésus-Christ.

Au Ième siècle

PLINE L’ANCIEN rapporte, dans son « Histoire Naturelle », que les Allobroges font, de la réputation de leur, vin une affaire d’honneur. Ce « vinum picatum », produit grâce à un vignoble installé jusqu’au sud de Valence, est ainsi considéré comme l’ancêtre des vins de la partie septentrionale des « Côtes du Rhône ».

La vigne, les savoir-faire culturaux, prennent pied progressivement sur l’ensemble de la Vallée du Rhône, formant une continuité territoriale et mettant en place une communauté partageant le même patrimoine dont la notoriété ne cesse de croître. PLINE loue la qualité des vins issus des nombreux coteaux qui bordent l’Ouvèze (Violès, Rasteau, Roaix, Vaison-la-Romaine, Séguret, Sablet, Beaumes-de-Venise, Gigondas, …) sur le territoire des Voconces.

92
L’édit de l'empereur romain Domitien, en 92, interdisait la plantation de nouvelles vignes hors d’Italie ; il fit arracher partiellement les vignes en Bourgogne afin d’éviter la concurrence.

Au IIIème siècle

280
Probus annula l'édit de Dominitien en 280.

Au XIVème siècle

Le vignoble de Rousset-les-vignes apparaît dans les textes dès le XIe siècle. C'est l'époque à laquelle, les moines bénédictins de Saint-Pantaléon construisirent à Rousset un monumental prieuré adossé à la montagne de la Lance qu'ils placèrent sous la protection de dom Mayeul de Cluny et commencèrent à implanter le vignoble sur les coteaux gréseux.

Au XIVème siècle

1317
Jean XXII le pontife fait planter, par des vignerons venus de Cahors, le premier vignoble pontifical.
On dit que c’est encore l’amour du bon vin qui décide sa Sainteté, en 1317, à acquérir auprès de Jean II, Dauphin du Viennois, le terroir et la ville de Valréas. Cet achat est conclu le 13 août 1317 pour 16 000 livres parisis que Jean XXII va récupérer par imposition sur les villes et les villages du Comtat Venaissin.

1325
Jean XXII achète à Giraud Amic de Sabran son vignoble de Séoule (aujourd’hui Sylla), sur le terroir de Saint-Saturnin-lès-Apt, le 20 septembre 1325.

1326
Le nom de Plan de Dieu (Plan Dei) est attesté pour la première fois le 18 septembre 1326 dans la rédaction d'un acte réglant entre les habitants de Camaret et de Travaillan les limites de leurs vignes et patûrages

Au XVème siècle

1615
Etablie au XVème siècle sur les limites de l’ancien diocèse civil d’Uzès, cette région, baptisée « la Côte du Rhône », tire son nom de la proximité du fleuve. Au sein de ce vignoble, où la vigne pousse sur des pentes bien exposées, à l’exclusion des plaines et de toute situation pouvant recevoir des céréales, sont appliquées, dès 1615, des restrictions de plantation pour préserver la qualité. Chaque année, un « ban des vendanges » est fixé afin de ne pas récolter de raisins qui ne soient pas mûrs.

1685
A Séguret, Une confrérie vineuse existait depuis 1685, elle plaça à sa tête une femme, la « bailleresse ».

Au XVIIIème siècle

1737
En 1737, un arrêt du Conseil d’Etat prescrit l’apposition des trois lettres « CDR », signifiant « Côte du Rhône », et la mention du millésime sur le fond des tonneaux pour une dizaine de communes (Roquemaure, Tavel, Lirac, Saint-Laurent-des-Arbres, Saint-Génies-de-Comolas, Orsan, Chusclan, Codolet …). L’objectif étant, selon les termes de l’arrêt, de mettre un terme aux « abus qui peuvent se
commettre en faisant passer les vins des mauvais crus pour ceux de bon cru de Roquemaure et des paroisses voisines ».

1744
En 1744, le subdélégué de Roquemaure écrit que les vins sont « en majeure partie embarqués à Roquemaure où il a tous les ans 10000 à 1000 tonneaux à jauger. Ils gagnent la Bourgogne, Paris et l’Angleterre. Une certaine quantité va à Sète par voie d’eau, une autre suit le canal du midi afin d’être chargée à Bordeaux pour la Hollande ».

1766
En 1766, une délibération du Conseil de Ville de Cairanne ordonna que désormais : « Les aubergistes et cabaretiers ne pourront vendre aux particuliers que du vin du lieu et en bouteilles cachetées. Les messieurs de la police sont chargés de mettre le sceau aux dites bouteilles et les vendeurs devront justifier l'origine de leur vin ».

Au XIXème siècle

1806
En 1806, dans son « Mémoire sur les vins de la Côte du Rhône », JB. DUBOIS énumère les nombreux cépages utilisés par les producteurs pour élaborer les vins rouges et les vins blancs. Il écrit que « la principale variété est le plant de Granache. Elle donne la plus belle couleur au vin, qui acquiert un parfum, une finesse et un moelleux très remarquables. ».

1850
vers 1850, il y eut une forte demande de vin blanc. Celui-ci était consommé « bourru » sur les places de Saint-Étienne et Lyon.

1864
En 1864, l’agronome Jules GUYOT, chargé, par NAPOLEON III, d’élaborer un rapport sur l’état et l’avenir de la vigne en France, fait référence aux « Côtes du Rhône » (au pluriel) pour décrire le vignoble allant de Saint-Gilles à Tournon, en passant par Beaucaire.

1881
Dès 1881, les vignerons se mobilisent pour reconstruire le vignoble ravagé par la crise phylloxérique.

1890
les premiers syndicats naissent et notamment le syndicat agricole de Tain-l’Hermitage (1890).

1897
En 1897, la cave de Visan est fondée par Ferdinand Delaye

 

A la fin du XVIIIème siècle et durant le XIXème siècle, la viticulture de la rive gauche s’étend.

Au XXème siècle

1905
Création de la réprésion des fraudes en 1905 avec la définition de la notion de « Tromperie sur la marchandise », Loi du 1 août 1905 .
Quiconque, qu'il soit ou non partie au contrat, aura trompé ou tenté de tromper le contractant, par quelque moyen ou procédé que ce soit, même par l'intermédiaire d'un tiers :
- soit sur la nature, l'espèce, l'origine, les qualités substantielles, la composition ou la teneur en principes utiles de toutes marchandises ;
- soit sur la quantité des choses ou sur leur identité par la livraison d'une marchandise autre que la chose déterminée qui a fait l'objet du contrat ;
- soit sur l'aptitude à l'emploi, les risques inhérents à l'utilisation du produit, les contrôles effectués, les modes d'emploi ou les précautions à prendre,
Sera puni d'un emprisonnement de trois mois au moins, deux ans au plus et d'une amende de 1.000 F au moins, 250.000 F au plus ou de l'une de ces deux peines seulement.

1937
L'appellation d'origine contrôlée « Côtes du Rhône » est reconnue par le décret du 19 novembre 1937, pour les vins rouges, rosés ou blancs .

1947
Dès 1947, certaines communes ont été autorisées à adjoindre leur nom à celui de l'A.O.C. Côtes du Rhône ( Clusclan et Laudun ).
« Chusclan » sur les communes de Bagnols-sur-Cèze Chusclan, Codolet, Orsan,
Saint-Etienne-des-Sorts (Département du Gard), conformément aux dispositions du jugement du tribunal civil d'Uzès en date du 6 février 1947
« Laudun » sur les communes de Laudun, Saint-Victor-la-Coste et Tresques
(Département du Gard), conformément aux dispositions du jugement du tribunal civil d'Uzès en date du 6 février 1947

1951
En 1951, un arrêté sur la commercialisation du vin fixe la vente des vins nouveau le le 15 décembre.

En octobre 1951 , les vignerons réunis au sein de l'Union Viticole du Beaujolais demandent la possibilité de commercialiser " de suite les vins du Beaujolais

Le 13 novembre 1951, une note de l'Administration des Contributions Indirectes précise " dans quelles conditions certains vins à appellation contrôlée peuvent être commercialisés dès maintenant, sans attendre le déblocage général du 15 décembre prochain " . Les vins visés sont : le Beaujolais, les Côtes-du-Rhône, la Bourgogne (vins blancs) et Bourgogne Grand Ordinaire, le Bourgogne Aligoté, le Mâcon (vins blancs), le Gaillac et Gaillac Premières Côtes (vins blancs), le Muscadet.

1954
Décret du 9 février 1954, les communes sont intégrées à l'aoc :
Saint-Marcellin-lès-Vaison et Saint-Maurice-sur-Eygues.

1955
Décret du 15 juillet 1955
MODIFICATION DE L'ARTICLE 3 DU DECRET DU 19 NOVEMBRE 1937 CONCERNANT LA QUANTITE DE SUCRE DANS LES MOUTS ET LE DEGRE ALCOOLIQUE MINIMUM DES VINS D'APPELLATION "COTES DU RHONE"

Loi n°55-1535 du 28 novembre 1955
CREATION DU COMITE INTERPROFESSIONNEL DES VINS DES COTES-DU-RHONE

1956
En 1956, l’hiver fut particulièrement rigoureux :
moins 17° en Vaucluse. La quasi-totalité des oliviers qui occupaient les terrasses et coteaux furent gelés et remplacés par la vigne. Cette catastrophe naturelle et les conditions économiques favorables sont à l’origine de l’extension des vignobles du Vaucluse.

1957
Le 7 septembre 1957 l'Appellation Côtes du Rhône communale Vinsobres est créée.

Décret du 3 octobre 1957 ( journal officiel du 08 ocotbre 1957)
MODIFICATION DE L'ARTICLE 1ER DU DECRET DU 19 NOVEMBRE 1937 CONCERNANT LA DELIMITATION DE L'AIRE DE PRODUCTION PAR DEPARTEMENT DES VINS "COTES-DU-RHONE" , mentionne la ville d'Avignon

1965
En 1965, le nom de la commune de Rasteau est reconnu comme dénomination géographique complémentaire de l'appellation d'origine contrôlée « Côtes du Rhône », puis, en 1999, comme dénomination géographique complémentaire de l'appellation d'origine contrôlée « Côtes du Rhône Villages », consacrant ainsi la réputation des vins tranquilles produits sur cette commune, et dont la production se développe progressivement (13 000 hectolitres en 1993, 34 000 hectolitres en 2009).

1966
par le décret du 2 novembre 1966, la possibilité d’associer au nom de l’appellation d’origine contrôlée « Côtes du Rhône Villages », le nom de 13 communes :
Rochegude, Saint-Maurice-sur-Aygues, Vinsobres, pour la Drôme ; Laudun et Chusclan, pour le Gard ; Cairanne, Gigondas, Rasteau, Roaix, Séguret, Vacqueyras, Valréas et Visan, pour le Vaucluse.

1967
En 1967, un décret fixe la commercialisation du beaujolais nouveau au 15 novembre, à minuit .

1974
Les vins ne peuvent être mis en circulation avec une AOC sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

1977
en 1977, année particulièrement tardive, le Beaujolais Nouveau est mis en vente le 25 novembre, à minuit.

1985
en 1985, un décret fixe au troisième jeudi de novembre la date de la mise à la consommation des vins primeurs.

1996
Le décret du 24 juin 1996 reprend les différents textes intermédiaires et définit de nouvelles conditions de production.

1997
Christophe Lambert ( acteur) est vigneron, en 1997, il s'est associé avec Eric Beaumard, sommelier. Ils ont pris en fermage 15 hectares du Domaine de la Grand'Ribe, à Sainte-Cécile-les-Vignes.

Au XXIème siècle

2001
Ce dernier texte a été complété en 2001.
J usqu'à la récolte 2004 incluse, les vins répondant aux conditions d'encépagement suivantes

Cépages principaux : grenache, clairette, syrah, mourvèdre, picpoul, terret noir, picardan, cinsaut, roussette ou roussane, marsanne, bourboulenc, viognier et carignan.
Le pourcentage de carignan dans l'encépagement ne pouvant dépasser 30 p. 100.
Cépages secondaires :

counoise, muscardin, vaccarèse, pinot fin de Bourgogne, mauzac, pascal blanc, ugni blanc, calitor, gamay noir à jus blanc, camarèse.

Le pourcentage global de ces cépages accessoires dans l'encépagement ne pouvant dépasser 30 p. 100.

2005
Volume : 2 200 000 hectolitres (dont 40 000 hl de primeurs)
Les produteurs: 68 Coopératives( 70 % de la production) , 830 Particuliers
Prodution de Vins : Rouges : 96 % , Rosés : 2 %, Blancs : 2 %

2007
Arrêté du 29 novembre 2007 (JORF n°0288 du 12 décembre 2007 page 20061
texte n° 35)
Pour bénéficier des appellations d'origine contrôlées « Côtes du Rhône » et « Côtes du Rhône Villages », les vins rouges de la récolte 2007 doivent être élevés au minimum jusqu'au 15 janvier 2008.

2009
Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

2010
La production, en 2010, est d’environ 1,5 millions d’hectolitres dont 60000 hectolitres de vins rosés et 45000 hectolitres de vins blancs.
Les vins bénéficiant de la mention « primeur » ou « nouveau » (rouges et rosés) représentent environ 20 000 hectolitres.
La production est assurée par plus de 1000 exploitations particulières et près de 5000 exploitations regroupées au sein de 65 caves coopératives.
Les vins rouges représentent l’essentiel de la production (93 %), Les vins rosés (4 % de la production), Les vins blancs (3 % de la production).

2011

Cahier des charges de l’AOC « Côtes du Rhône »
homologué par le décret n° 2011-1463 du 7 novembre 2011, JORF du 9 novembre 2011

2012

Décret n° 2012-655 du 4 mai 2012 relatif à l'étiquetage et à la traçabilité des produits vitivinicoles et à certaines pratiques œnologiques, JORF n°0107 du 6 mai 2012

Les règles pour le « vin biologique » sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

Vendanges 2012 : 1,4 millions d'hectolitres en AOP Côtes du Rhône

2013

Cahier des charges de l’AOC « Côtes du Rhône »
modifié par décret n° 2013-1086 du 30 novembre 2013,
publié au JORF du 1er décembre 2013
Modifications :
- Maturité du raisin pour les exploitations situées au sud du parallèle de Montélimar (Drôme) et pour les exploitations situées au nord du parallèle de Montélimar (Drôme).
- Le rendement de base est fixé à 51 hectolitres par hectare

Le cahier des charges autorise l’utilisation de 21 cépages différents pour vinifier des vins rouges, rosés ou blancs tout en préservant la dominance du cépage grenache N notamment dans la partie méridionale de la zone géographique.

Vendanges 2013 : récolte en baisse de 17 % sur l'AOP Côtes du Rhône régionale
(1,210 millions d'hectolitres en AOP Côtes du Rhône contre 1,4 Mhl en 2012)

 

 

 

Voir aussi : Histoire de la vallée du Rhône

 

 

 

Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Côtes du Rhône » :
Cahier des charges du 30 novembre 2013
vins blancs


- cépages principaux :
      bourboulenc B, clairette B, grenache blanc B,
      marsanne B, roussanne B, viognier B ;
- cépages accessoires :
       piquepoul blanc B, ugni blanc B.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

La proportion de l’ensemble des cépages principaux est supérieure ou égale à 80 % de l’encépagement.

VINIFICATION

- Les vins proviennent de l’assemblage de raisins ou de vins issus majoritairement de cépages principaux ;
- Les vins produits par les exploitations situées au nord du parallèle de Montélimar (Drôme) proviennent de raisins ou de vins issus
majoritairement de cépages principaux.

La disposition relative à l’obligation d’un assemblage de raisins ou de vins issus majoritairement de cépages principaux pour les vins blancs s’applique à compter de la récolte 2016.

 

vins rouges et rosés :


- cépage principal : grenache N ;
- cépages complémentaires : mourvèdre N, syrah N ;
- cépages accessoires :
         bourboulenc B, brun argenté N (localement dénommé camarèse ou vaccarèse), carignan N, cinsaut N, clairette B, clairette rose Rs, counoise N, grenache blanc B, grenache gris G,
marsanne B, marselan N, muscardin N, piquepoul blanc B, piquepoul noir N, roussanne B, terret noir N, ugni blanc B, viognier B.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

- La proportion de l’ensemble cépage principal et cépages complémentaires est supérieure ou égale à 70 % de l’encépagement ;
- La proportion du cépage grenache N est supérieure ou égale à 40 % de l’encépagement, sauf pour les exploitations situées au nord du parallèle de Montélimar (Drôme) ;
- La proportion de l’ensemble des cépages mourvèdre N et syrah N est supérieure ou égale à 15 % ;
- Ces obligations ne s’appliquent pas aux opérateurs producteurs de raisins ne vinifiant pas leur production et exploitant moins de 1,5 hectare en appellation d’origine contrôlée « Côtes du Rhône ».
- La proportion du cépage marselan N ne peut être supérieure à 10 % de l’encépagement ;
- La proportion des cépages blancs ne peut être supérieure à 5 % de l’encépagement pour les vins rouges et à 20 % de l’encépagement pour les vins rosés.

VINIFICATION

- Les vins proviennent de l’assemblage de raisins ou de vins issus majoritairement du cépage principal ; la présence d’au moins un des 2 cépages complémentaires est obligatoire dans l’assemblage ;
- Toutefois, ces dispositions ne s’appliquent pas aux vins produits par les exploitations situées au nord du parallèle de Montélimar (Drôme).

 

 

Ampélographie
( étude des cépages )

 

L’Allobrogica :
un cépage dont l’étude de l’ADN révèle son lien de parenté avec le cépage syrah N

Syrah :
la syrah est du croisement de la « mondeuse blanche B » avec « le dureza N », un vieux cépage de l'Ardèche.

Le cahier des charges autorise l’utilisation de 21 cépages différents pour vinifier des vins rouges, rosés ou blancs tout en préservant la dominance du cépage grenache N notamment dans la partie méridionale de la zone géographique.

 

HISTORIQUE

124 avant
J-C :

culture du cépage L’Allobrogica (parenté avec le cépage syrah N).
1317 : Jean XXII le pontife fait planter, par des vignerons venus de Cahors, le premier vignoble pontifical.
   

 

 

 

 

Sols et Climat


Le sol
est composé de caillouteux des terrasses anciennes, ou caillouteux sur substrat calcaire, ou de pente de sols sableuse et caillouteuse

Durant l’ère Tertiaire, la vallée du Rhône est un fjord méditerranéen qui s’allonge jusqu’à Vienne. Cette période a connu la mise en place d’une succession de bassins sédimentaires ouverts vers le sudet encadrés par les reliefs de l’ère Secondaire.
Après le retrait de la mer, au cours de l’ère Quaternaire, sous l’action des phénomènes d’érosion (pluies, vents, érosion fluviatile), les traits actuels de la
morphologie du paysage se sont mis en place.

Le paysage est ainsi dominé par les coteaux et les terrasses.
Les sols rencontrés sont de fait de natures très différentes :
- sols développés sur terrasses fluviatiles ;
- sols développés sur marnes et calcaires tendres ;
- ou encore sols issus de l’érosion (marnes, sables, grès ou molasses).

 


Le climat
est méditerranéen

Le climat rhodanien est, pour la partie méridionale, méditerranéen avec des étés chauds et secs et une faible pluviométrie annuelle, pour la partie septentrionale, continental tempéré, avec une pluviométrie équivalente à celle constatée dans la partie sud.
Les précipitations surviennent principalement en automne et à la fin de l’hiver.
Ainsi, pendant la période végétative de la vigne, l’évapotranspiration n’est compensée que par de rares précipitations, sous forme orageuses en été. Les réserves en eau du sol s’épuisent progressivement et entraînent un ralentissement puis un arrêt de la croissance végétative.
Le climat est également marqué par l’action du Mistral, vent du nord souvent violent et toujours asséchant. Ce vent souffle en moyenne 120 jours par an ; il dégage le ciel et favorise une forte insolation qui dépasse toujours 2500 heures par an. La présence de montagnes et collines, encadrant la vallée, crée un effet de couloir (effet « venturi » du couloir rhodanien) renforçant la force du vent.

 

Fiche technique

L'AOC « Côtes du Rhône » produit des vins Blancs, rouges et rosés.
La mention « primeur » ou « nouveau » est réservée aux vins rouges et rosés.


Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des charges
du 30 novembre 2013

 

Vignoble

 

1° - Conduite du vignoble

Chaque pied dispose d’une superficie maximale de 2,50 mètres carrés.

- La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à 9500 kilogrammes par hectare ;
- Lorsque l’irrigation est autorisée, la charge maximale moyenne à la parcelle des parcelles irriguées est fixée à 6500 kilogrammes par hectare.

- Le paillage plastique est interdit
La disposition relative à l’interdiction du paillage plastique ne s’applique pas aux plantations réalisées avant le 31 juillet 2009.

- Toute modification substantielle de la morphologie du relief et de la séquence pédologique naturelle des parcelles destinées à la production de l’appellation d’origine contrôlée est interdite.

2° - Vendange

Maturité :

Ne peut être considéré comme étant à bonne maturité tout lot unitaire de vendange présentant une richesse en sucre inférieure * pour les exploitations situées au sud du parallèle de Montélimar (Drôme) ;
pour le cépage syrah : à 180 grammes par litre de moût
pour les cépages rouges : à 189 grammes par litre de moût
pour les cépages blancs à 178 grammes par litre de moût .
* pour les exploitations situées au nord du parallèle de Montélimar (Drôme).
pour le cépage syrah : à 171 grammes par litre de moût
pour les cépages rouges : à 189 grammes par litre de moût
pour les cépages blancs à 161 grammes par litre de moût .

Les vins présentent un titre alcoométrique volumique naturel minimum de :
- 11 %, pour les exploitations situées au sud du parallèle de Montélimar (Drôme) ;
- 10,5%, pour les exploitations situées au nord du parallèle de Montélimar (Drôme).

Rendement :

Le rendement de base est fixé à 51 hectolitres par hectare
Le rendement butoir visé est fixé à 60 hectolitres par hectare

Historique
( ....-2013) Le rendement de base est fixé à 52 hectolitres par hectare.

Divers :

Les raisins sont cueillis et transportés jusqu’au lieu de vinification dans un bon état sanitaire.

 

Chai


1° Arrivée en cave

L'aire de production des vins
Les vins sont vignifiés et élevés dans une aire de production limité et défini par le cahier des charges.

Enrichissement
- Les techniques soustractives d’enrichissement (TSE) sont autorisées pour les vins rouges, dans la limite d’un taux de concentration de 10 % ;

- Les vins ne dépassent pas, après enrichissement, un titre alcoométrique volumique total de 13 %.

2° Vinification:
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée doivent être vinifiés conformément aux usages locaux. Ils bénéficient de toutes les pratiques oenologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

Nos commentaires :

Aucune mention sur le cahier des charges interdit les copeaux de bois. Par conséquence, l'utilisation de copeaux de bois est autorisé pour cette AOC.


3° Contrôles
Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance, pour le compte de l'INAO, sur la base d'un plan de contrôle approuvé.

Les bulletins d'analyse sont conservés, pendant une période de 6 mois à compter de la date de conditionnement.

 


Commercialisation

 

Date de mise en marché à destination du consommateur

Les vins sont mis en marché à destination du consommateur selon les dispositions de l’article D. 645- 17 du code rural et de la pêche maritime. (15 décembre)

Les vins susceptibles de bénéficier de la mention « primeur » ou « nouveau » qu’à partir du 3ème jeudi du mois de novembre de l’année de la récolte.


Etiquette

Le nom de l’appellation d’origine contrôlée peut être complété par la mention « primeur » ou « nouveau ».
- Les vins bénéficiant de la mention « primeur » ou « nouveau » sont présentés obligatoirement avec l’indication du millésime.

- L’étiquetage des vins bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée peut préciser l’unité géographique plus grande « Vignobles de la Vallée du Rhône »

 

 

 

Cartes et Photos


Carte du Vignoble de la Vallée du Rhône
 

Adresses

Inter Rhône

 

organisme interprofessionnel regroupant l'ensemble de la filière viti-vinicole (viticulture et négoce) des AOC de la vallée du Rhône
Site Internet
www.vins-rhone.com
xxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxx
Domaine Lou Fréjau
1858 Chemin de la Gironde
84100
Orange
Tél: 04.90.34.83.00
     

 

 

Les nouvelles sur l'appellation

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.