Fiche sur les vins AOC en France

Coteaux du Lyonnais

Situation Géographique
Historique de l'AOC
Cépages
Sols et Climat
La fiche technique de l'AOC
Les adresses
Les nouvelles
Cartes et Photos

 

Situation Géographique

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Coteaux du Lyonnais » est situé dans la région viticole de la Vallée du Rhône.

Le vignoble de l'appellation d'origine contrôlée « Coteaux du Lyonnais » est situé dans le Département du Rhône , sur 49 communes :

Bessenay, Bibost, Brindas, Chaponost, Charly, Chassagny, Chasselay, Chaussan, Chevinay, Civrieux d'Azergues, Courzieu, Dardilly, Dommartin, Éveux,
Fleurieux-sur-l'Arbresle, Givors, Grezieu-la-Varenne, Grigny, Irigny,
la Tour-de-Salvagny, Lentilly, Limonest, Lissieu, Marcilly-d'Azergues, Marcy-l'Etoile, Messimy, Millery, Montagny, Mornant, Orlienas, Poleymieux-aux-Mont-d'Or, Pollionnay, Sain-Bel,Saint-Andéol-le-Château, Sainte-Consorce,
Saint-Didier-au-Mont-d'or, Saint-Forgeux, Saint-Germain-au-Mont-d'Or,
Saint-Julien-sur-Bibost, Saint-Laurent-d'Agny, Saint-Pierre-la-Palud,
Saint-Romain-en-Gier, Savigny, Sourcieux-les-Mines, Taluyers, Thurins, Vaugneray, Vernaison, Vourles.

 

La zone géographique de l’appellation d’origine « Coteaux du Lyonnais » s’étend sur la bordure orientale du Massif Central, près de la ville de Lyon. Elle est délimitée par :
- Les vallées de la Turdine et de l’Azergues et le vignoble du « Beaujolais », au nord ;
- Le Rhône et son affluent la Saône, à l’est ;
- Les Monts du Lyonnais (934 mètres), à l’ouest ;
- La vallée du Gier et le vignoble des « Côtes du Rhône », au sud ;
Elle s’inscrit ainsi sur le territoire de 49 communes du département du Rhône.
Le paysage se caractérise par un ensemble de collines recouvertes de cultures variées, vergers, prairies, bosquets où les meilleures situations sont plantées en vigne, entre 200 mètres d’altitude depuis le talus dominant le Fleuve et 550 mètres d’altitude sur les premières pentes des Monts du Lyonnais.

L'aire de production établie en 1952, est modifiée en 1983 puis en 1988.

 

 

 

Histoire

 

Il remonte avec l'arrivée des Romains.
Ce plateau du Lyonnais - dans le territoire colonial de Lugdunum - était fait pour plaire à un vétéran des guerres civiles - élite coloniale - romain habitué aux vallons d'Ombrie et de Toscane.
On comprend qu'il s'y soit installé, au 1er siècle avant J.-C., sur l'emplacement d'une ancienne ferme gauloise (établie sans doute au 2ème siècle avant J.-C.), avec une exploitation couvrant certainement quelques milliers d'hectares de terres.

Quel pouvait être le vin produit ici ? Etait-il bon ?
Selon Sidoine Apollinaire (évêque de Clermont au Vème siècle), il se produisait en ses terres lyonnaises un grand vin, égal des Falernes ou des Chios, un "cru renommé fondé par le Triumvir"
La référence au triumvirat marque bien le 1er s. av. J.-C. et le cartulaire de Savigny (4ème siècle après J.-C.) mentionne bien l’existence de vignobles localisés sur l’Ager Gofiacensis.

Vers 45 av JC
Premières mentions de la culture de la vigne dans la région lyonnaise.

 

Au Ier siècle

92
L’édit de l'empereur romain Domitien, en 92, interdisait la plantation de nouvelles vignes hors d’Italie ; il fit arracher partiellement les vignes en Bourgogne afin d’éviter la concurrence.

Au IIIème siècle

280
Probus annula l'édit de Dominitien en 280.

Au XIVème Siècle

1316
Jacques Duèze, né en 1244 à Cahors, mort en 1334 à Avignon, est élu pape en 1316 à Lyon, sous le nom de Jean XXII.
De cette époque date l’habitude locale de dénommer « gamet du Pape » les vins issus de vieilles plantations de cépage gamay N, provenant de la région viticole de Millau.

Au XVIème Siècle

De 1502 à 1530, l’usage s’étend à Lyon, à l’occasion de fêtes populaires, de dresser des échafauds, « des fontaines de vins », sur les ponts (Pont du Change) ou sur les places (Place Bellecour) et de donner à boire et à manger à tout venant. Ces libations sont offertes par le consulat ou « Conseil des Echevins ».

Au XIXème Siècle

1816
JULLIEN dans la première édition de son ouvrage de référence « Topographie de tous les vignobles connus » paru en 1816, décrit avec éloges les vins de plusieurs communes des « Coteaux du Lyonnais ».

1850
Le vin est servi en pot. Le « pot de ville » ou « pot de Lyon » est d’un litre. Il reste en usage jusque vers 1850, date à laquelle sa contenance est peu à peu réduite et passe de 1 litre à 65 centilitres (puis 50 centilitres).

Le vignoble atteint son apogée au milieu du XIXème siècle avec 12000 hectares avant de subir l’attaque du phylloxera et des nouvelles maladies (mildiou, oïdium).

Au XXème Siècle

1905
Création de la réprésion des fraudes en 1905 avec la définition de la notion de « Tromperie sur la marchandise », Loi du 1 août 1905 .
Quiconque, qu'il soit ou non partie au contrat, aura trompé ou tenté de tromper le contractant, par quelque moyen ou procédé que ce soit, même par l'intermédiaire d'un tiers :
- soit sur la nature, l'espèce, l'origine, les qualités substantielles, la composition ou la teneur en principes utiles de toutes marchandises ;
- soit sur la quantité des choses ou sur leur identité par la livraison d'une marchandise autre que la chose déterminée qui a fait l'objet du contrat ;
- soit sur l'aptitude à l'emploi, les risques inhérents à l'utilisation du produit, les contrôles effectués, les modes d'emploi ou les précautions à prendre,
Sera puni d'un emprisonnement de trois mois au moins, deux ans au plus et d'une amende de 1.000 F au moins, 250.000 F au plus ou de l'une de ces deux peines seulement.

1952
En 1952, les producteurs du Lyonnais, soucieux de préserver leur réputation, se regroupent au sein de la « Fédération des Vins des Coteaux du Lyonnais ».

L'arrêté du 11 janvier 1952 modifié fixe les conditions d'attribution du label des vins délimités de qualité supérieure aux vins bénéficiant de l'appellation d'origine " Vins du Lyonnais " ou " Coteaux du Lyonnais " .

1956
Dans le but d’aider les vignerons, est créée, sous l’implusion de Gustave Levrat, conseiller général du canton, la cave coopérative de Sain Bel.

1974
Les vins ne peuvent être mis en circulation avec une AOC sans un certificat délivré par l'institut national des appellations d'origine selon les dispositions du décret susvisé n° 74-871 du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytique et organoleptique des vins à appellation d'origine contrôlée.

1983
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent du 15 septembre 1983.

1984
L’AOC est obtenu le 9 mai 1984 sous la signature de Louis Mermaz, ministre de l’Agriculture.
Les vins bénéficiant du label des vins délimités de qualité supérieure peuvent être commercialisés sous l' appellation AOVDQS, jusqu'au 31 août 1984.

1988
Révision de l’aire parcellaire de production telle qu’approuvée par l’Institut national de l’origine et de la qualité lors des séances du comité national compétent des 2 et 3 juin 1988.

1991
Décret no 91-911 du 13 septembre 1991 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Coteaux du Lyonnais »- J.O Numero 215 du 14 Septembre 1991

1996
Signature du premier PIDA (programme intégré de développement agricole) avec la Région.

1998
Décret du 19 mars 1998 relatif à certaines appellations d'origine contrôlées de la région Bourgogne - J.O n° 72 du 26 Mars 1998 :
* L'expression « à l'exception de la concentration qui est interdite » est supprimée

Au XXIème Siècle

2002
Décret du 26 septembre 2002 modifiant le décret du 9 mai 1984 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Coteaux du Lyonnais » - J.O n° 231 du 3 octobre 2002 page 16350 :
* L'article 4 du décret du 9 mai 1984 susvisé est remplacé par les dispositions suivantes :
« Art. 4. - Pour avoir droit à l'appellation d'origine contrôlée "Coteaux du Lyonnais, les vins doivent provenir de raisins récoltés à bonne maturité et présenter un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 9,5 % pour les vins rouges, rosés et blancs.
« Ne peut être considéré comme étant à bonne maturité tout lot unitaire de vendange présentant une richesse en sucre inférieure à 153 grammes par litre de moût pour les vins rouges et rosés et à 144 grammes par litre de moût pour les vins blancs.
« En outre, lorsque l'autorisation d'enrichissement par sucrage à sec est accordée, les vins ne doivent pas dépasser un titre alcoométrique volumique maximum de 12,5 % pour les vins rouges, rosés et blancs, sous peine de perdre le droit à l'appellation considéré. »
* L'article 6 du décret du 9 mai 1984 susvisé est remplacé par les dispositions suivantes :
« Art. 6. - Les vignes produisant le vin d'appellation d'origine contrôlée "Coteaux du Lyonnais doivent présenter une densité minimale de 6 000 pieds à l'hectare pour toute nouvelle plantation ou replantation.
« Les vins rouges et rosés doivent être issus de vignes taillées en formes "guyot, "gobelet ou "cordon avec un maximum de dix yeux par souche.
« Les vins blancs doivent être issus de vignes taillées :
« - soit en forme "cordon avec un maximum de dix yeux par souche ;
« - soit en forme "guyot ou "taille à queue du Mâconnais avec par souche un nombre maximum de dix yeux fructifères après ébourgeonnage. »

2004
L’appellation fête ses vingt ans d’existence
Signature du second PIDA (programme intégré de développement agricole)

2008
Des fouilles entreprises en avril 2008 sous la direction de Mathieu Poux ont fait apparaître les vestiges particulièrement bien conservés (notamment une splendide mosaïque de 1,20 mètre de côté avec un visage de Bacchus) d’une grande et riche villa gallo-romaine viticole.
Une partie des fouilles (aujourd'hui recouvertes) a révélé un terrain gneisseux qui a conservé la trace des racines tortueuses des ceps. Des tranchées de provignage et de marcottage (où subsistaient des pollens de vigne) étaient visibles, ainsi que des canaux d'irriguation et de drainage. L'inter-rang très large (5,90 mètres) correspondait à une conduite en pergola de type "vitis compluviata" (en l'occurence, un rectangle de 30 mètres de long) ; il pourrait s'agir d'une vigne jardin par ailleurs complantée en céréales ou légumineuses.
Dans les bâtiments de la villa, une installation de vinification de datation plus tardive (2e et 3e siècles de notre ère) correspond à des vignes de bien plus grande étendue : deux soubassements de pressoirs, des plans inclinés et des bassins avec cuvette de vidange (et évacuation en plomb signée par un plombier de Vienne !), un foyer pouvant servir de defrutarium (pour chauffer la vendange ou réduire le moût de raisin par cuisson).

2009
Depuis le 1er Août 2009, l'Union Européenne met en place des réglements viniviticole. Les syndicats de vignerons travaillent sur des cahiers des charges pour faire valoir leur AOC Française.
La désacoolisation est autorisé, l'utilisation de copeaux , ...
Etiquetage :
- L’année de récolte, Millésime :
Il s’agit de l’année à laquelle ont été récoltés au moins 85% des raisins utilisés.
- Cépage :
Il s’agit au moins de 85% des raisins utilisés.

Un millésime exceptionnel !
Les vendanges démarrées sous le soleil se sont terminées...sous le soleil !

Les vins rouges représentent la production la plus importante, avec, en 2009, 76 % des 14000 hectolitres produits. Les vins rosés représentent 14% de la production, alors que la production de vins blancs est plus confidentielle, avec 10% des volumes produits.

Le Cahier des charges défini l'aoc « Coteaux du Lyonnais »
par le Décret n° 2009-1344 du 29 octobre 2009
JORF n°0253 du 31 octobre 2009

Modification du décret , par le Décret n° 2009-1344 du 29 octobre 2009
(JORF n°0253 du 31 octobre 2009 page 18782 texte n° 23 ) :
* Maturité
une richesse en sucre supérieure à 161 grammes par litre de moût pour les vins rouges et à 171 grammes par litre de moût pour les vins blancs et rosés.

* Titre alcoolique
un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 10 % pour les vins rouges, rosés et blancs.

2010
En 2010, le « pot lyonnais » contient 46 centilitres.

2011

Cahier des charges de l’AOC « Coteaux du Lyonnais »
homologué par le décret n° 2011-1083 du 8 septembre 2011,
JORF du 10 septembre 2011
Modification :
- Les techniques soustractives d’enrichissement (TSE) sont autorisées pour les vins rouges dans la limite d’un taux de concentration de 10 % .

2012

Décret n° 2012-655 du 4 mai 2012 relatif à l'étiquetage et à la traçabilité des produits vitivinicoles et à certaines pratiques œnologiques, JORF n°0107 du 6 mai 2012

Les règles pour le « vin biologique » sont applicables à partir du 1er août 2012 .
Les vins issus de raisins de la vendange 2011 et qui auront été vinifiés conformément à la réglementation qui vient d'être votée pourront adopter le terme vin biologique et le logo bio de l'UE à partir du 1er août 2012.

 



 





Voir aussi : Histoire de la Vallée du Rhône


 

 

 

Les Cépages

Appellation d'origine contrôlée « Coteaux du Lyonnais » :
Cahier des Charges du 8 septembre 2011, JORF du 10 septembre 2011

Vins Blancs


- cépages principaux : aligoté B, chardonnay B ;
- cépage accessoire : pinot blanc B.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

Pour les vins blancs, le pinot blanc est autorisé uniquement en mélange de plants dans les vignes, sa proportion totale est limitée à 30 % au sein de chaque parcelle.

VINIFICATION

- Dans le cas où des vins sont produits à partir de parcelles complantées de cépages accessoires, les vins sont vinifiés par assemblage des raisins concernés.

 

Vins Rouges et rosés

 

- cépage principal : gamay N ;
- cépages accessoires :
            gamay de Bouze N, gamay de Chaudenay N.

ENCEPAGEMENT DU VIGNOBLE

Pour les vins rouges et rosés, la proportion des cépages accessoires gamay de Bouze N et gamay de Chaudenay N est inférieure ou égale à 10 % de l'encépagement.

VINIFICATION

- Dans le cas où des vins sont produits à partir de parcelles complantées de cépages accessoires, les vins sont vinifiés par assemblage des raisins concernés.

- La proportion des cépages gamay de Bouze N. et gamay de Chaudenay N, ensemble ou séparément, est inférieure ou égale à 10 % dans l’assemblage.

 


Ampélographie
( étude des cépages )

Aligoté B :
cépage typiquement bourguignon, l’aligoté se reconnaît à ses petites grappes et à ses petits grains blanc orangé moucheté de brun.
Ce cépage cultivé en Bourgogne résulte, d’après les analyses génétiques publiées, d’un croisement entre le Pinot et le Gouais B.
Les sept clones agréés d’Aligoté B portent les numéros 263, 264, 402, 651, 920, 935 et 936.
Un conservatoire d’une vingtaine de clones a été planté en Saône-et-Loire en 1991.

Gamay N:
Le cépage Gamay N provient, d'après les analyses génétiques publiées, d'un croisement entre le Pinot et le Gouais B.
Le cépage Gamay est signalé vers 1327 à Millau (Sud-Ouest) et vers 1349 en Bourgogne.
Mutations :
Le gamay teinturier de Bouze est une mutation observée par Caumartin en 1832 sur une souche de gamay noir à jus blanc. Il est originaire du village bourguignon de Bouze-lès-Beaune (Côte-d'Or).
Le gamay fréaux est une mutation observée par Antoine Fréaux en 1841 à Couchey (Côte d'or) sur une souche de gamay de Bouze.

HISTORIQUE

1316 : Possible arrivée du cépage Gamay à Lyon provenant de Millau
1349 : Découverte du cépage Gamay en Bourgogne.
1997 : Grâce à une équipe américaine conduite par Carole Meredith à l'université de Davis, l'analyse ADN du cépage a montré que le Gamay est un hybride entre le pinot noir et le gouais, un cépage blanc du Moyen Age.
 

 

 

 

 

 

Sols et Climat


Le sol
est composé d'un terrain gneisseux

- les formation primaires du Massif Central dominent avec des roches éruptives (granites) et métamorphiques (gneiss, schistes), le plus souvent acides, donnant par altération des « arènes sableuses ou sablo-argileuses » ;
- en limite nord-est, le petit massif du Mont d’Or est constitué de formations sédimentaires secondaires (calcaires et marnes) ;
- au sud-est, en bordure du Rhône, une banquette au substrat granitique est recouverte de dépôts morainiques déposés par les glaciers alpins quaternaires ; il s'agit de cailloutis parfois grossiers plus ou moins argileux.

Hérités de ces substrats, les sols sont légers et argilo-sableux. Ils sont généralement d’une fertilité médiocre mais favorables à une production modérée de raisins de bonne qualité. Le Mont d'Or se caractérise par des sols calcaires, parfois riches en argile, moins filtrants, le drainage étant assuré grâce à la pente. Sur les moraines, les sols sont maigres, souvent lessivés et obligent la vigne à aller puiser en profondeur eau et éléments nutritifs.

 


Le Climat
est avec des tendances climatiques qui sont très proches de celles du Beaujolais avec toutefois une influence méditerranéenne plus prononcée.

La zone géographique bénéficie d’un climat océanique tempéré. Il est caractérisé par une pluviométrie modérée (835 millimètres par an) bien répartie au cours de l'année et une température moyenne annuelle proche de 11°C.

Les Monts de l’ouest arrêtent une partie des pluies océaniques et adoucissent le climat général. La région lyonnaise se situe à un carrefour climatique où se font sentir au gré des saisons ou des années :
- une influence méridionale : celle-ci remonte le couloir rhodanien jusqu’au nord de Lyon en apportant de fortes chaleurs estivales et parfois d'importantes précipitations automnales. Les températures moyennes de l’été dépassent 20°C à Lyon.
- un caractère de continentalité, plus marqué dans les vallées encaissées (comme la Brévenne) où l’on enregistre les plus grands écarts de températures.

La diversité des situations (altitude, exposition) crée une multitude de mésoclimats pouvant induire des écarts de maturité de 2 semaines environ.

 

 

 

 

Fiche technique

L’appellation d’origine contrôlée « Coteaux du Lyonnais » complétée ou non par la mention « primeur » ou « nouveau » est réservée aux vins tranquilles blancs, rouges ou rosés.

Vignoble

Pour les anciens décrets voir : Historique de l'AOC

Quelques informations sur le
Cahier des charges
du 8 septembre 2011,
JORF du 10 septembre 2011

1° Conduite du vignoble

Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 5000 pieds à l’hectare.

La taille est achevée le 15 mai.

La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à :
- 11000 kilogrammes par hectare, pour les vins blancs ;
- 10000 kilogrammes par hectare, pour les vins rouges et rosés.

2° Vendange

Maturité : (modifié le 29 octobre 2009)

une richesse en sucre supérieure à 161 grammes par litre de moût pour les vins rouges et à 171 grammes par litre de moût pour les vins blancs et rosés.

un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 10,5%

Rendement :

Le rendement de base est fixé à 60 hectolitres par hectare.

Le rendement butoir est fixé à 69 hectolitres par hectare pour les vins rouges et rosés, et à 72 hectolitres par hectare pour les vins blancs.

Divers :

Les vins proviennent de raisins récoltés à bonne maturité.

Les vins susceptibles de bénéficier de la mention « nouveau » ou « primeur » sont exclusivement issus de raisins récoltés la même année.


Chai


1° Arrivée en cave

L'aire de production des vins
Pour la vignification et l'élevage, les vins doivent être dans l'air de production ou dans l'aire de proximité immédiate

Enrichissement
- Les techniques soustractives d’enrichissement (TSE) sont autorisées pour les vins rouges dans la limite d’un taux de concentration de 10 %.

- Les vins ne dépassent pas après enrichissement, le titre alcoométrique volumique total de 12,5 %.

2° Vinification:
Les vins ayant droit à l'appellation d'origine contrôlée doivent être vinifiés conformément aux usages locaux. Ils bénéficient de toutes les pratiques oenologiques autorisées par les lois et règlements en vigueur.

- Pour l’élaboration des vins rosés, l’utilisation de charbons à usage oenologique, seuls ou en mélange dans des préparations, est interdite.

Nos commentaires :

Aucune mention sur le cahier des charges interdit les copeaux de bois. Par conséquence, l'utilisation de copeaux de bois est autorisé pour cette AOC.

 

3° Contrôles :

Le contrôle du respect du présent cahier des charges est effectué par un organisme tiers offrant des garanties de compétence, d'impartialité et d'indépendance, pour le compte de l'INAO, sur la base d'un plan de contrôle approuvé.

Les bulletins d’analyse doivent être conservés pendant une période de 3 mois à compter de la date du conditionnement.

 

 

Commercialisation


Les vins d'appellation "Coteaux du Lyonnais " rouges, rosés et blancs, peuvent bénéficier, conformément aux dispositions du décret du 15 novembre 1967 (cf. fiche " Vins de primeur ", de la qualification " Vin de primeur ".]

Les vins sont mis en marché à destination du consommateur :
* Les vins susceptibles de bénéficier de la mention « nouveau » ou « primeur » : le troisième jeudi du mois de novembre de l'année de récolte.
* Le 15 décembre de l'année de récolte ; toutefois, compte tenu de la qualité de la récolte, cette date peut être avancée au 1er décembre par décision du comité régional de l'Institut national de l'origine et de la qualité, après avis de l'organisme de défense et de gestion


 

 

 

 

Adresses

site officiel des Coteaux du Lyonnais

Site Internet
www.coteaux-du-lyonnais.com
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxx
Domaine Decrenisse    

Domaine de la Petite Gallée

Robert et Patrice Thollet

   
Domaine de Sainte Agathe    
Vignoble
Franck Decrenisse
   
Vignoble
Régis Descotes
   

 

 

 

Les nouvelles sur l'appellation

Manger trop sucré, trop salé, trop gras est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - à consommer avec modération.